Progression Approximative ... [LIBRE]

Dante E. Sparda [AA-001]
avatar


Votre personnage
Âge: 48 ans
Langue maternelle: Russe
Langue(s) apprise(s): Anglais, Roumain

MessageSujet: Progression Approximative ... [LIBRE]   Sam 6 Déc 2014 - 21:22

Dante traversa un couloir avant d'arriver dans ce qui semblait un cul de sac. La paroi du fond s'ouvrit en deux par son centre et révéla une petite pièce avec 3 sas aligné sur le mur du fond. Il s'approcha du 1er sas lorsqu'il s'ouvrit comme pour l'inviter à entrer. Méfiant, il tâtonnât et finit par entrer puis le sas se reforma dans un bruit de pression brusque. La lettre B s'afficha sur un cadran situé au dessus de l'entrée et une légère sensation de pression vers le haut se fit sentir pendant quelques secondes puis s'estompa et la porte s'ouvrit. Un long couloir se révéla alors devant ses yeux donnant un point de vue imprenable sur le vide sidéral à sa gauche et diverses ouvertures à sa droite. Malgré cela, il resta fasciné par l'espace, comme s'il avait toujours voulu rester là à l'observer, comme hypnotisé, une pensée traversant son esprit :

*Comme c'est calme ...*

Soudain, le bruit de quelque chose tombant sur le sol le sortit de sa torpeur. Il tourna brusquement la tête en direction du bruit puis s'en approcha et porta la main machinalement à son flanc droit, comme pour y saisir quelque chose avant de constater un vide. Il fixa sa main comme si elle appartenait à un autre :

*Mais pourquoi j'ai fait ça ?*

Il s'adossa au mur près de l'ouverture d'où venait le bruit et attendit d'entendre un autre bruit. Mais rien ne se produisit durant la minute qui suivit. Il finit par se mettre à découvert et observa l'intérieur de la pièce. Absolument personne, seulement des casiers et ce qui ressemblait à une boite vide qui se trouvait sur le sol, probablement l'objet qui avait fait du bruit. Cependant, rien n'indiquait qu'il avait pu tomber spontanément. Toujours méfiant, il inspecta l'endroit et ne trouva que des vêtements et des petites boites verrouillées avec un rectangle miroitant sur le dessus. Ne s'attardant pas sur les boites, il chercha un vêtement à sa taille mais apparemment, les propriétaires des casiers avaient tous de petits gabarits. Après un moment, il finit par trouver quelque chose de pas trop court. Soudain, le bruit du sas qu'il avait emprunté se fit entendre, suivit de bruit de pas. Quelqu'un arrivait et les pas se rapprochaient. Dante guetta la personne mais lorsqu'elle apparut devant ses yeux, rien n'aurait pu le préparer à ce qui se présenta devant ses yeux ...

_________________



никогда не забуду ...
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Wu [LM-308]
avatar


Votre personnage
Âge: 19 ans
Langue maternelle: Vietnamien
Langue(s) apprise(s): Chinois

MessageSujet: Re: Progression Approximative ... [LIBRE]   Lun 8 Déc 2014 - 13:14

Sa course effrennée l’avait menée jusqu’à une pièce particulièrement exigüe à son goût. La pénombre ambiante lui permettait vaguement de distinguer les contours des meubles et autres formes imposantes, menaçantes. Elle avait cherché d’abord quelque chose pour bloquer la porte mais impossible… Aucun de ces fichus meubles ne décollait du sol. Etaient-ils collés ? Ou manquait-elle de force après toutes ces péripéties ? Ah il avait tout prévu. Absolument tout. Le décor était lugubre à souhait ! Alors, à tâtons, effrayée, elle se mit en quête d’une cachette. Elle trouva finalement des casiers et se glissa dans l’un d’eux. L’espace n’était de toute évidence pas prévu pour accueillir une personne normale mais sa carrure d’anorexique lui offrait au moins cet avantage. Repliée sur elle-même dans une position digne de grands gymnastes, elle tentait de calmer sa respiration. La fuite, la terreur, toutes les images vacillaient devant ses yeux. Comment reprendre son souffle… Dans un espace où elle ne disposait que de quelques centimètres cube d’air ! Son dos lui faisait mal, elle commençait à avoir froid. Elle aurait dû récupérer sa blouse avant de partir à toutes jambes. Mais pas penser… Evidemment. La priorité avait été de s’éloigner de ce psychopathe. Ce malade.

Elle se trémoussa sur place, essayant de trouver une position moins douloureuse pour ses épaules quand sa main rencontra… Du tissus. Du jean pour être précis. Dans tous ces malheurs, voilà enfin une bonne nouvelle. Des vêtements ! De vrais vêtements ! Des étoiles dans les yeux, elle se mit à chercher du bout des doigts des sous-vêtements qui lui iraient. Manquant décidemment de chance aujourd’hui, elle ne trouva qu’un boxer d’homme. Bon. Qu’à cela ne tienne. Il ne fallait pas être trop compliquée à cette heure. Elle choisit également un t-shirt bien trop grand et trop large pour elle qui aura au moins le mérite de lui couvrir un peu les jambes et de lui tenir plus chaud que rien du tout. Mais maintenant, il fallait enfiler tout ça… Pas gagné comme étape quand on a pas la place de faire le moindre mouvement et qu’un sociopathe rôde non loin. Elle enfila le boxer sans trop de peine enfin… tout est relatif. Mais alors le tee-shirt… Il lui était impossible d’étendre ses bras. Elle se contorsionna dans tous les sens mais rien à faire. Dépitée, elle fit silence et écouta aux alentours pendant quelques secondes. Pas un bruit. Peut-être qu’il ne l’avait pas vu rentrer ici… Peut-être même qu’il ne l’avait pas suivi, qu’il était resté dans l’autre salle, couché par son coup de pied… On pouvait toujours rêver.

La demoiselle prit la décision d’ouvrir le casier. Lentement. Mais à peine entre-ouvert, elle prit une grande inspiration. De l’air ! Comme c’était bon de respirer de l’oxygène… Sans plus attendre elle mit le tee-shirt qui désormais était sien et remarqua qu’effectivement il lui arriva presque aux genoux. Parfait ! Maintenant… Du bruit. Si, du bruit. Elle en était sûre ! Aussitôt, elle bondit dans son casier comme un animal pris en chasse. Elle referma presque entièrement la porte coulissante et observa alors sans faire un bruit. Sans même prendre la peine de respirer.

Un homme. Mais un autre homme… Pas le fou furieux. Lui aussi était en blouse. Et il avait l’air un peu paumé… Qui était-ce encore ? Que faisait-il ici ? Il semblait complètement à l’ouest. Il resta un moment debout, à l’entrée. Comme indécis. Pendant ce temps qui lui parût interminable, elle hésitait… Devait-elle s’annoncer ? Sortir ? Lui demander de l’aide ? Il n’avait vraiment pas l’air méchant… Peut-être qu’il pourrait le défendre même. Et peut-être… Puis il se mit à regarder quelques objets dans la pièce qu’elle ne distinguait pas. Elle essaya de comprendre, scruta ses faits et gestes mais ne saisissait pas. Brusquement, l’homme se mit à ouvrir les casiers, les uns après les autres. Merde ! Merde ! Merde ! Il la cherchait ! Evidement… Comment avait-elle pu imaginer qu’il en fut autrement… Il allait la ramener auprès de ce malade. Mais qu’avait-elle fait pour mériter cela, ce n’est pas possible d’être malade à ce point ! Il continuait d’ouvrir des casiers. Sans hésitations. Sans s’arrêter. Putain… Il allait la trouver. C’était fini. Tout était fini. Elle n’aurait plus qu’à implorer leur pitié… Il continuait d’ouvrir les casiers, d’empoigner des vêtements pour les jeter pêle-mêle dans la pièce. Il accélérait. Ou bien n’était-ce que son cœur qui tambourinait dans sa poitrine ? Elle craignait de finir par éclater en sanglots. Jusqu’à…

L’homme s’arrêta tout aussi soudainement et releva la tête vers la porte d’entrée. Là-bas, des bruits de pas. Quelqu’un venait. Mais de là où elle était, il lui était impossible de savoir qui… Voilà qui était particulièrement angoissant.
Voir le profil de l'utilisateur
James Lenington [FY-159]
avatar


Votre personnage
Âge: 34 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Aucune

MessageSujet: Re: Progression Approximative ... [LIBRE]   Mar 9 Déc 2014 - 11:03

La flippée réagit rapidement et après lui avoir décoché un coup destructeur dans la mâchoire, pris ses jambes à son cou pour filer hors de la pièce. James eu du mal à se remettre du choc se relevant juste à temps pour la voir disparaître dans l’encadrement de la porte. Étrangement il sentait moins la douleur que la honte. Tous ses actes depuis le réveil jusqu’à cet instant lui semblait comme vécu par un autre, le trauma dut à la peur l’avait-il rendu fou ? L’asiatique ne manquait pas tellement d’arguments pour lui jeter la première pierre, la déchirure de la robe, les réflexions, les regards qu’il lui jetait alors privé de toutes inhibitions. Il devait à tout prix s’excuser de cette conduite horrifiante. Horrifiante ? Bah certainement pas jusque-là. Après tout elle-même y était allée de son lot d’incompréhensions et d’étourderies.

James pourtant décidé à ne pas la laisser s’enfuir sans lui présenter quelques excuses hésita un instant avant de lui emboutir le pas à travers les couloirs. Là il l’a perdit de vue ne pouvant prédire si ses pas l’avait conduite dans tel ou bien tel pièce. Il se résigna à s’arrêter de chercher la pauvre ingénue et de toute façon tomberai bien tôt ou tard sur celle-ci, à ce moment-là il se ferait pardonner. Il perçu alors des bruits de mouvements se répercutant sur les murs des couloirs et lui indiquant vaguement une direction, il suivit donc ces sons tombant nez à nez avec un autre homme.

Un type inconnu jusqu'alors, lui aussi en robe de réveil et lui aussi un air de paumé gravé sur la figure. Dans sa main il tenait quelques fringues que James ne put s'empêcher d'observer avec un très grand intérêt. Trempé par son propre sang qui lui dégoulinait du nez jusqu'au menton, coulant à travers ses dents et gouttant à présent sur le sol il avait cet air fameux d'un victorieux héros ! Il voulait juste trouver de quoi se changer, si possible même de quoi prendre une DOUCHE avant d'aller s'excuser devant l'asiatique et enfin chercher des réponses à toutes ces questions.

- Dit moi que tu parles ma langue... Pitié.

Sans grands espoirs James jeta un regard par-dessus l'épaule de l'homme mirant les autres vêtements éparpillés sur le sol de la pièce.

- Peut-être que je peux t'en prendre un... Dis-moi que ce n'est pas ton trésor ou bien ton précieux.

_________________

L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracle prévoir un délais.
Voir le profil de l'utilisateur
Dante E. Sparda [AA-001]
avatar


Votre personnage
Âge: 48 ans
Langue maternelle: Russe
Langue(s) apprise(s): Anglais, Roumain

MessageSujet: Re: Progression Approximative ... [LIBRE]   Mer 10 Déc 2014 - 21:00

Dante se trouvait nez-à-nez avec un homme au nez ensanglanté, surement dû à une bagarre. D'abord méfiant, il fût surpris des paroles qui sortirent de sa bouche :

"Dis moi que tu parles ma langue ... Pitié."

Étonnamment, il comprenait ce qu'il disait, malgré que cette langue ne lui vienne pas naturellement à l'esprit. Il chercha ses mots et répondit dans un anglais approximatif :

"Oui, je ... Comprend ce que tu dis ..."

L'homme jeta un oeil par dessus son épaule et sembla avoir découvert le Graal en mirant le tas de vêtements qui trônait au milieu du vestiaire. Il parla à nouveau, suppliant presque dans ses intonations :

"Peut-être que je peux t'en prendre un ... Dis-moi que ce n'est pas ton trésor ou bien ton précieux."

Cette fois-ci, Dante répondit avec fluidité, les mots venant naturellement et sans discontinuité :

"Sert-toi, je n'ai que faire de vêtement, tant que je peux garder ceux-là ..."

Il leva le bras où se trouvait le pantalon, les chaussettes, le caleçon et la chemise qu'il avait trouvé pour illustrer son propos. Dante se cala dans un coin de la pièce et retira sa blouse pour mettre les vêtements. Les chaussettes et le caleçon allaient, le pantalon manquait un peu d'amplitude mais c'est la chemise qui ne fermait pas jusqu'en haut, l'intéressé étant trop carré d'épaule. Il laissa un bouton d'ouvert et partit en quête de chaussures à sa pointure. Ne se souvenant pas de celle-ci, il essaya de nombreuses paires mais n'en trouva pas parmi les casiers déjà ouvert. Il se mit donc à ouvrir d'autres casiers pour trouver et questionna l'arrivant du même coup :

"Tu sais ou on est ? Et pourquoi je ne me souviens de rien ?"

Il vit une goûte de sang tomber du nez de son interlocuteur et ajouta, comme si ça lui avait rappelé quelque chose qu'il avait zappé :

"Il y a eu du bruit ici quand je suis arrivé, ça venait de toi ? Et est-ce que ça a un rapport avec ton nez ?"

Cherchant toujours, il finit par ouvrir un casier et y vit une jeune fille nue cachée et vraisemblablement terrifiée. Décontenancé par cette découverte, il ne put que laisser échappé un :

"Euh ..."

_________________



никогда не забуду ...
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Wu [LM-308]
avatar


Votre personnage
Âge: 19 ans
Langue maternelle: Vietnamien
Langue(s) apprise(s): Chinois

MessageSujet: Re: Progression Approximative ... [LIBRE]   Ven 12 Déc 2014 - 10:52

Les bruits de pas se rapprochèrent jusqu’à entrer dans la salle. Mais la petite demoiselle ne pouvait toujours voir de qui il s’agissait. Bien qu’elle s’en doutait fortement… La voix le confirma. C’était cet espèce de malade. Et merde. Quelle putain de journée de merde ! Elle se tordait le cou pour espérer voir quelque chose mais c’était totalement vain. Les deux hommes se mirent à parler. D’abord de façon hésitante pour le second type. Il devait donc s’agir de l’homme de main, du sous-fifre. Son chef, lui, avait un ton étrange comme implorant. Elle devait se tromper… Ca n’avait aucun sens. Le subalterne se retourna alors sur la pièce et alla s’habiller dans un coin. La jeune femme détourna le regard, se refusant à un spectacle pareil. Elle en profita pour réfléchir…

Si ces deux hommes la cherchaient, elle n’allait pas tenir longtemps. Tous les deux avaient une carrure imposante, surtout le second. Elle n’aurait souhaité pour rien au monde l’avoir en face d’elle. Mais maintenant, elle était coincée. Coincée dans ces quelques centimètres cube d’espace vital. Quelle conne… Elle n’avait pas la moindre issue. Et la pièce n’était pas bien grande. Ils finiraient forcément par la trouver. Lui restait quoi alors ? Implorer leur pitié ? Ils n’en avaient pas. Fuir ? Pour aller où encore… Il n’y avait plus rien à faire. Plus qu’à déposer les armes aux pieds de l’ennemi et espérer. Mais espérer quoi… Son casier s’ouvrit brutalement, la tête du second se planta devant elle. L’air stupéfait. Ses yeux la fixait obstinément. C’était particulièrement dérangeant. Elle aurait préféré qu’on lui annonce d’entrée de jeu sa sentence. Sauf qu’ils ne la comprenait pas… Par fierté – c’était bien le moment – elle se renfrogna et croisa les bras sur son tee-shirt. Un air de défi dans le regard. Elle se mit également à le fixer. Pour qui se prenait-il ! S’ils voulaient la sortir là, ils allaient devoir se faire violence. Parce qu’elle n’allait certainement pas les aider. Ca, non.

D’une main, elle poussa de toute sa force le type en face d’elle. Ce qui le fit sans doute plus reculer par surprise que par quoi que ce soit d’autres, avouons-le… Puis, promptement, elle referma le casier en le faisant violemment claquer. Non, elle ne sortirait pas de là. Pas question. Ils étaient très bien en fait ces petits centimètres cube…
Voir le profil de l'utilisateur
James Lenington [FY-159]
avatar


Votre personnage
Âge: 34 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Aucune

MessageSujet: Re: Progression Approximative ... [LIBRE]   Mar 9 Juin 2015 - 3:59

Une fois fringué James fit un tour sur lui-même afin d'examiner plus en détail la cabine, il y avait un grand hublot donnant sur une vue magnifique de l'espace. Du noir. Du vide. Du froid. Magnifique. Il y avait bien quelques étoiles pour enluminer le tout mais c'était... Décevant. L'estomac remplit. La fatigue éloignée par le coup qu'il venait de recevoir et tout ses doutes envolés face à ce spectacle James décida de s’arrêter là.

L'homme qui venait d'ouvrir un casier lâchât une onomatopée peu discrète. Peu intéressé FY-159 préféra regarder le spectacle décevant du vide spatial. Cette vision aspirait son âme la faisant tournoyer dans une machine à lavé avant de la lui remettre complètement lessivée. Haaaa. Quelle déception... Haaaa. Démotivé malgré le fait que sa situation se retrouvait grandement améliorée depuis son réveil, il pensa à chercher une autre chambre pour y faire un somme, quand une luminescence retint son attention. Il ne venait pas d'halluciner non ? C'était vraiment un... ? Non ! Surement un astre quelconque doté d'une surface réfléchissante. Peu de chance que ça soit autre chose. Il n'osait même pas en parler à l'autre homme tellement c'était ridicule. Et pourtant cela suffit à lui mettre du baume au cœur.  

Une explosion ébranlât le vaisseau tout entier, se répercutant à travers quelques conduits d’aérations ou bien propagée par les couloirs tel un instrument à vent. Pourquoi pensait-il à ça, lui ? Il s’approcha du hublot comme ci il pouvait trouver dans le vide une explication à ce qu'il venait de ce produire. Peu être y aurait-il des blesser ! Désirant se rendre utile il oublia tout sur place et se précipita vers les entrailles du bâtiment. 

[HRP] fin du rp pour moi [/HRP]

_________________

L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracle prévoir un délais.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé []



MessageSujet: Re: Progression Approximative ... [LIBRE]   

 

Progression Approximative ... [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

L'Eléonor ::  :: Quartiers de l'équipage