Renovatio [libre]

Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Renovatio [libre]   Sam 5 Juil 2014 - 21:15

Un halo de lumière rouge, tiède, semblait l'entourer depuis l'éternité. Il était prisonnier du néant, un univers sans borne, duquel il n'était pas possible de s'évader. À quoi bon s'évader d'ailleurs? Cette geôle avait résolument du bon... On s'y sentait exceptionnellement bien, à l'abri de tout. La lumière rouge dissipait de ses rayons les grandes calamités de l'existence. Elle figeait le temps. Terrassait la soif et la faim. Dispersait la gauche et la droite, le haut et le bas. Mêlait le nord et le sud. Fusionnait l'est et l'ouest. Ici, rien ne revêtait la moindre importance. On était tranquille, on avait la sérénité pour soi. Un sentiment de plénitude, la sensation de flotter. Une douce ivresse, dont l'esprit ne cherchait même plus à se débarrasser.  

À moins qu'on ne l'y contraigne.

Subitement, le ciel se déchire. La tiède luminosité, apaisante, converge vers la plaie béante dans le firmament, irrésistiblement aspirée par ce gouffre sans fond. Sans elle, la quiétude ne sait perdurer. Elle est vite chassée par quelque chose d'étrange et de très ancien. La peur. Puis la panique, qui s'installe en même temps qu'un vide total. Et enfin, cette atroce sensation de basculer vers l'arrière. Et de tomber, tomber, des heures durant. Jusqu'à ce choc dévastateur. L'incarnation. La douleur renait. Tout ce corps souffre, chaque nerf hurle. Les pupilles, complètement dilatées, ne sont pas encore mesure de s'adapter à la luminosité de la salle de réveil. Le matricule LM-118 sort de son état de cryogénisation, la terreur sur ses traits.

La bouche ouverte dans une plainte silencieuse, le jeune homme aimerait hurler. Mais aucun son ne s'échappe de ses lèvres écartées. Il est trop faible pour crier. Pourtant, il respire. Son coeur bat à un rythme soutenu. Et tout son organisme grouille déjà de vie. De longue minutes s'écoulent et la douleur se dissipe peu à peu, en même temps que la vue et l'ouïe signent leur grand retour. Bien après le touché, certes, mais antérieurement par rapport au goût et à l'odorat.

LM-118 frisonna. Une demie journée s'étaient écoulée déjà depuis l'initiation de la phase de réveil, ce qui impliquait qu'il était à présent en mesure de se mouvoir légèrement. Le garçon se redressa. Les contours, encore flous, de la salle de réveil lui donnaient le tournis. Il avait mal à la tête. D'autres individus paraissaient être dans le même état que lui, allongés à proximité. Chacun, lui y compris, revêtait une fine tenue d'un blanc immaculé, flanquée d'un badge. LM-118 pour le noiraud. Etait-ce son nom? Il ne savait plus vraiment... Et c'est alors que sans savoir d'où ces mots lui venaient, il gémit un long et plaintif:


- Scheissssssssse, was soll das?

[HRP]
- L'énoncé en allemand signifie plus ou moins: "Saleté, à quoi rime tout ce cirque?"
- Toute intervention est la bienvenue!
[/HRP]
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Trencavel [DM-892]
avatar


Votre personnage
Âge: 22 ans
Langue maternelle: Français
Langue(s) apprise(s): Anglais, Fusrat

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Dim 6 Juil 2014 - 22:32

Brule ce que tu as adoré, adore ce que tu as brulé

Pourquoi étais-ce la seule chose qui me venait en tête en ce moment. A travers le filtre flou de mes yeux endoloris, par delà mes migraines et crampes nocturnes, je pouvais déceler devant moi une vitre ouverte. C'est comme si je venais de naître. Sauf qu'au lieu de chialer pour déplier mes poumons, je me retrouvé avec des phrases bizarre plein l’encéphale, incapable de remettre la main sur quelconques explications logiques de la situation. Machinalement, je fis un pas en avant, puis un autre. Tel un alcoolique je m'extirpais de mon cercueil pour débouler dans une salle. Mon corps engourdi vint s'écraser contre un mur, pas moyen de contrôler ce que je faisais.

D'un geste machinal, ma main vint se vautrer contre mon front, cherchant à cacher mon regard vitreux, digne d'un lendemain de soirée trop arrosée. C'est alors qu'un objet dur vint se frotter à mes narines. mes yeux, qui d'un coup venait, mû par une curiosité assez forte, de devenir clair, purent apercevoir une sorte de bracelet, blanc, sans forme et style, indiquant une série de code et un nom: DM-892. Un groupe de lettres et de chiffres sans aucun sens pour moi. Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier. Un nom, un code, un numéro dans une file d'attente? Rien de cela ne semblait pouvoir éclairer ma compréhension de ce qui m'arrivait. Et puis merde  je suis où là? Y a rien sur les murs, rien pour s'orienter, rien pour se repérer, rien pour déduire notre position géographique. A ce moment, j'aurais bien plongé ma tête dans un bac de glace afin de retrouver mes esprits, mais rien sous la main. Juste cette assommante musique du bip de la DEL rouge qui tournait seule et sans cesse, changeant constamment la lumière de la pièce.


Moi qui aurait cru que l'arrivée d'information complémentaires m'auraient aidée... C'est encore pire. Plus de questions, toujours aucune réponse. Jetant un rapide coup d’œil autour de moi, je pu observer ce qui ressemblait à une salle de réveil. Non pas celle des hôpitaux que je connaissais, mais une sorte de fin de stase. Dans les différents coins, se réveillaient des gens, visiblement aussi endormi que moi, vêtus tous d'une blouse blanche. Baissant les yeux pour me regarder le nombril, j'observais la même tenue sur mon corps, simple blouse hospitalière sans saveur. Visiblement tout était blanc ici.

Mon esprit, toujours trop faible pour faire de l'humour, ou même pour élaborer une pensée de plus de 3 mots, continuait à me fermer toutes portes en direction de la partie mémorielle de mon occiput. Mais d'un coup, une voix se fit entendre:

Bonjour, vous venez d'être sortie de cryogénisation. Vous allez ressentir quelques symptômes durant une poignée de minutes: vomissements, migraines etc. En cas de persistance de ces symptômes, veillez consulter l'infirmerie du vaisseau.

Merci du message d’accueil. Encourageant. la première chose que j’entends en ressuscitant d'une cuve, ça parle de vomit dans l'espace et... Attends. de quoi espace et vaisseau?!

Vous devriez rejoindre votre cabine afin de vous reposer. En cas de persistance de symptômes...

ça va j'ai compris, et puis j'ai rien comme problEURGHH

Venant de retapisser le sol de ma bile, je maudis cette voix informatique pour avoir eu raison. Mais rejoindre ma cabine. Déjà quelle cabine? Et puis où? Et puis de quoi parles-t-elle putain !?

Soudain, j'entendis une autre voix. Humaine cette fois. Mes yeux, encore faible, en cherchèrent l'origine pendant que mon cerveau devinait que c'était guttural, ou un truc du genre. je sais même pas comment je sais ça.

Hey! Y a quelqu'un? Si possible quelqu'un qui sait ce qui se passe. Oh hey? Pourvu qu'on puisse enfin m'expliquer ce que c'était que ce bordel...

_________________

identité     Mémoires


Dernière édition par Joan Trencavel le Jeu 24 Juil 2014 - 13:21, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Lun 7 Juil 2014 - 11:57

À présent, Vitus s'était levé, quittant le support sur lequel son corps était allongé il y a quelques minutes encore. Les jambes tremblantes, il se tenait debout, prenant appui sur la table de métal qui lui avait servi de lit pour le réveil. Le simple fait de se dresser de la sorte dans la salle immense lui demandait un effort exceptionnel. À chaque instant, ses muscles pouvaient flancher et l'abandonner tout entier à la surface du sol. Une sonde minuscule, flottant par il ne savait quel prodige dans les airs, se précipita à sa hauteur. Vitus eut un geste de recul. L'appareil le prit en compte et ralentit son approche. Il effectua toute une série de mesures sur la personne du matricule LM-118, gravitant à toute vitesse à la hauteur de son crâne. Scan rétinien, expression faciale, tonus musculaire au niveau de la mâchoire, le collecteur d'informations regroupa toute une série de données en 20 secondes seulement, avant de poursuivre sa course vers d'autres patients, situés à bonne distance.

*Was für eine komische Welt hier...*, songea le jeune homme, soudain nauséeux.

Non loin, une voix synthétisée à la tonalité apaisante retentit. Ce n'était pas de l'allemand, mais le garçon fut en mesure de comprendre sans effort le sens des paroles, bien qu'il ne sut pas encore quelle étiquette il fallait mettre sur le langage en question. Et puis... un second son s'éleva. Plus chaud, plus vivant. Une voix humaine. Ce n'est qu'après une demie minute que LM-118 réalisa que c'était à lui, entre autre,  que la voix s'adressait. Pris d'un soudain tournis, il s'en fallu alors de peu pour que le garçon ne s'effondre. Puisant une grande bouffée d'oxygène, il parvint néanmoins à se ressaisir, en même temps que son esprit ingérait enfin les paroles de l'autres, à 15 m de lui seulement.


- Vous... parlez français? interrogea Vitus, à sa propre surprise. Un tourbillon d'informations s'entrechoquaient dans son crâne, alors en pleine ébullition. LM-118 s'avança, avec une précaution extrême en direction de son interlocuteur, titubant, chaque pas exigeant de lui un éprouvant effort de concentration.

Bientôt, il était parvenu à la hauteur de l'autre jeune homme. Il était manifestement plus jeune que lui, mais de peu, et arborait un teint blême, très semblable au sien. Devant cet autre personnage, répandue à terre, une substance blanchâtre nauséabonde.


- Est-ce que tout va bien?, enchaîna Vitus, en implorant en son for intérieur que la réponse fut positive, car il n'était pas en mesure d'aider qui que ce soit efficacement dans les circonstances actuelles.

- Qui êtes-vous? Que se passe-t-il ici? J'ai si mal au crâne...

Si les premiers mots dans la langue de Molière avaient été pénibles à formuler, maintenant, ils coulaient de source. LM-118 était manifestement capable de s'exprimer couramment en français, presque sans accent.

[HRP]*Was für eine komische Welt hier...* = *Quel univers étrange par ici...* [/HRP]
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Trencavel [DM-892]
avatar


Votre personnage
Âge: 22 ans
Langue maternelle: Français
Langue(s) apprise(s): Anglais, Fusrat

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Ven 11 Juil 2014 - 6:25

Un autre gars s'était avancé vers moi. Sans doute un tout petit peu plus âgé que moi, et il parlait parfaitement le français. Cependant, c'était pas sa langue naturelle, je le sentais à sa petite pointe d'accent qui perçait malgré sa maitrise parfaite de la langue. D'origine c'était moche, je l'avais reconnu. J'ignore toujours d'où cette information me parvenait, mais j'étais plutôt ravie.

Yep, je parle français. Pour ce qui est de savoir si tout vas bien, difficile à dire. Je ne me souviens de rien, je ne sais ni où nous sommes, ni pourquoi nous y sommes. Tout est dans le brouillard. j'ai de la compote dans le cervelet.

Je me frottais la tête tout en tombant dans mes pensées. Pas moyen, même en cherchant loin, de trouver quelque chose qui aurait pu me rattacher à un quelconque passé. Rien hormis ce matricule qui trônait sur mon bras de manière inexplicable.

Qui je suis? Je ne sais pas? quelqu’un en référence à ce matricule sans doute. Par hasard, toi, tu serais pas quelqu'un qui est sensé nous aider au départ? Tu te souviens de quelque chose? Ton nom par exemple?

Je lui montrait mon poignet et mon numéro, espérant une sorte de réponse de sa part.

Bon... On fait quoi? On va où? C'est pas que c'est pas génial ici, mais entre le froid des capsules, les blouses blanches dernières tendances et la voix qui détecte quand je vais vomir, j'aimerai partir explorer cet... engin.

Sans attendre je commençais à farfouiller dans la pièce. Elle était étonnamment propre, excepté ma participation à la décoration sur le sol bien sur. Pas de poussière, comme si elle était utilisée fréquemment. Mais par qui? Pourquoi? Une machine? d'autres êtres vivants? Encore tant de questions sans réponses. Regardant mon homologue humain, je cherchais dans ses yeux une approbation quelconque à mon envie d'expédition. J'étouffais là-dedans. Et même si je ne me souvenais de rien, une sorte de curiosité abondante surgissait en moi et je voulais tout découvrir. Explorer la moindre partie de ce vaisseau, tout savoir. Je tenais encore à peine debout, mais rien à faire, j'avais déjà envie de bouger.

Bon on y va. C'est pas tout, mais on découvrira rien si on avance pas.

Ma tête était déjà ailleurs et je rêvais de découverte phénoménale dans une aventure sans précédent. Mais surtout, cette aventure devait me rappeler ce que j'étais, qui j'étais car c'est assez désagréable de ne rien connaitre de sa propre histoire alors que des tas d'informations sur l'Histoire de l'humanité me revenait en tête.

Spoiler:
 

_________________

identité     Mémoires


Dernière édition par Joan Trencavel le Jeu 24 Juil 2014 - 13:22, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Dim 13 Juil 2014 - 8:35

Intérieurement, ce fut la douche froide. Vitus escomptait glaner par ses questions des renseignements utiles sur son lieu de situation et le contexte de son réveil, mais son acolyte n'en savait manifestement pas davantage que lui. En plus, il semblait physiquement moins bien supporter les effets du réveil que lui-même, ce qui faisait des deux personnages un spectacle bien triste à voir de détresse humaine, du moins au premier coup d'oeil. LM-118 soupira, et s'appliqua à répondre aussitôt à chacune des interrogations de DM-892.

- Bon. Nous sommes manifestement dans le même pétrin vous et moi... ce qui nous donne une excellent prétexte pour que nous ayons recours au tutoiement. Ca ne vous dérange pas? Et ce sera plus simple pour moi.

L'ombre d'un premier sourire passa sur les lèvres du noiraud. Chaque seconde, il allait un peu mieux. La sensation de tournis et de malaise ne serait d'ici quelques minutes plus qu'un souvenir désagréable. En revanche, Vitus déplorait le fait qu'en ce qui concernait son passé... Les brumes impénétrables n'étaient pas prêtent de céder le pas à un temps plus clément.

En guise de réponse à la série de questionnements qui jaillit de la bouche de l'autre garçon, Vitus démultiplia les signes de dénégations. Il n'en savait absolument rien, et ce fait ne devait pas être étranger à la sensation de vertige qui le broyait encore. Il avait besoin de réponses. Et vite. Telle serait sa priorité. D'autant qu'en lui, pour une mystérieuse raison, il avait l'impression d'être de revêtir de l'importance. Vitus se pressentait des traits autoritaires de meneur.


- Absolument. Il y a d'autres "patients" en réveil ici il semblerait, mais il est patent qu'ils ne pourront pas nous aider. Du coup je suggère effectivement que nous allions explorer les environs, avant tout à la recherche d'individus qui se seraient réveillés avant nous, ou bien qui auraient organisés le réveil. Mais comme on ne sait pas ce qui nous attend à l'extérieur, et que le milieu pourrait être hostile, je parle de l'environnement mais aussi des gens que nous pourrions rencontrer, je suggère que nous ne nous séparions pas. De toute manière, nous ne sommes pas en nombre suffisant pour que nos explorations soient plus rentables dans l'hypothèse d'une scission du groupe.

Alors qu'il réfléchissait à voix haute, Vitus observait de manière circulaire l'immense salle. Il y avait ici un nombre impressionnant d'hommes et de femmes en phase de réveil. Que cela pouvait-il bien pouvoir dire.

- Par ici..., trancha Vitus, en repérant une porte immense qui semblait donner sur un large couloir.

- ... Allons par l'intermède du présent à la rencontre de notre passé et de notre futur...

[HRP]Aucun souci pour le temps de réponse. J'étais à l'étranger, je n'aurais pas pu te rendre la pareille avant aujourd'hui! Je suggère qu'après ta réponse, pour peu que tu sois d'accord d'aller explorer les environs avec Vitus, nous fermions ce topic pour en ouvrir un autre avec des rpgistes plus anciens qui constitueraient le comité d'accueil. On verra bien ce qui se passe. Qu'en dis-tu?[/HRP]
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Trencavel [DM-892]
avatar


Votre personnage
Âge: 22 ans
Langue maternelle: Français
Langue(s) apprise(s): Anglais, Fusrat

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Mar 15 Juil 2014 - 14:33

Visiblement, mon collègue a pris l'initiative. ça ne me dérange pas, autant pas trop en faire tant qu'on ne sait rien du tout. Attendons les informations avant. Il m'avait indiqué un couloir devant lui en suggérant que nous le prenions. ma réponse fut simple, je commençais à m'y engager sans attendre, ma curiosité me poussant à bout. Alors que mes maux de têtes et d'estomac s’estompaient de plus en plus vite, je sentais mes force ressurgir, comme si elles avaient étés enfermées depuis des milliers d'années dans un recoin sombre de mon corps. Je pouvais presque de nouveau gambader comme avant, et l'idée de trouver quelqu'un pouvant m'expliquer ce qui se passe agissait sur moi comme une injection d'adrénaline pure.

Alors en avant!

Le couloir était sombre, ses parois, grise et terne ne laissaient place à aucune aspérité ni texture. Tout était froid et lisse. Déprimant en sorte. Cependant, la petite lumière qui trônait au bout, sans doute fruit d'une imagination trop enthousiaste, me motivait à avancer tout autant qu'elle me terrifiait sur les explications plausibles de notre amnésie collective.

Que crois-tu qu'on va trouver là-bas? ça commence trop à ressembler à un film de sciences-fiction de série B tout ça.

J'avais interrogé LM-118 pour me rassurer. Comment pouvait-il savoir ce qui nous attendait, nous sortions de la même cuve. Mais autour de nous, j'avais rien pour me repérer. Ni odeur, ni lumière, ni forme ou couleur. Juste un couloir gris qui avançait dans le vide, sans indications. Je déteste ça. Quand tout est si lisse qu'on se peux rien en tirer. C'est comme si on s'était contenté du stade 0 du savoir humain, juste faire un trou pour passer. Allez savoir pourquoi, j'avais encore des images historique qui me revenaient en tête sans arrêts, des visions de camps d'horreur ou de laboratoires scientifiques, sans doute lié à l'architecture du couloir. En comparaison je revoyais des photos de lieux historiques qui pullulaient trop rapidement dans ma tête. Que de savoirs faire, que d'imagination. A coté, ce couloir m'inspirait que du dégout. C'est tout un passé qui se bousculait dans ma tête sans que je puisse pour autant y trouver le mien. Frustrant d'avoir la tête si pleine alors que l'on se sait rien.

Putain, je suis aussi stressé qu'une vache qui va à l'abattoir. C'est pas croyable, commet on a fait pour se retrouver dans une situation pareille?

Heureusement, le dénouement approchait. Pas par pas, nous avions franchis les mètres de ce couloirs pour enfin débouler sur la lumière, j'allais enfin pouvoir savoir ce qui se passait...

Spoiler:
 

_________________

identité     Mémoires
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Dumont [NN-777]
avatar


Votre personnage
Âge: 20
Langue maternelle: Français
Langue(s) apprise(s): quelques bribes d'allemand, anglais

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Mar 15 Juil 2014 - 17:57



Elle est au volant de sa … de sa quoi … elle ne sais plus. Elle regarde autour d'elle, mais tout lui semble froid, gris, sombre. Elle ne distingue rien autour d'elle. Tout ce qu'elle sait, en haussant les épaules, c'est qu'elle rêve. Enfin, elle croit. Quelque chose la secoue mais elle comprends que ce n'est pas que dans le rêve. Qu'elle bouge même en vrais. Tout se brouille, tout se mélange.

« Quelque chose ne va  pas » Songe-t-elle s’efforçant de se rendormir ou de se réveiller.

« Ici I.A. Nous n’avons eu d’autre choix que d’interrompre votre cryogénie. Nous sommes navrés. Vous allez être transférée en salle de réveil et pourrez alors sortir. »

La voix résonne en elle. Elle ouvre brutalement les yeux. Dans un cercueil ! Elle est dans un cercueil ! Non, non c'est une erreur, une … Une quoi ?
De l'eau l'entoure, elle voit les bulles s'agiter tandis qu'elle lève les mains pour taper contre la vitre. Il fait gris, il n'y a pas de couleurs. Les formes sont floues. Ses doigts lui paraissent lointains comme s'ils appartenaient a une autre personne …

« Normal tu es dans un cercueil. »

Elle tourne la tête comme si on lui avait parlé. Mais non il n'y a personne, juste l'oreiller de plastique qui flotte vaguement sous ses cheveux roux.
Un grincement. Le couvercle émit un clic. Il se déverrouillait. L'eau fut drainée, on ne sait ou. Il était temps, elle avait l'impression que l'air dans ses poumons allait brûler et exploser. Aussitôt qu'elle le put, elle se redressa en position assise, crachant et aspirant l'air a grand bruit. Elle grelottait en même temps qu'elle reprenait son souffle. Elle se rendit compte alors qu'elle devait penser a respirer, sans quoi elle l'oubliait. Il fallait qu'elle pense a tout … Tourner la tête, respirer, tourner dans l'autre sens, respirer encore, et respirer, respirer, respirer.

Puis au bout d'un moment ça lui sembla naturelle et elle cessa d'y songer. Alors elle se concentra sur son environnement : La pièce lui semblait sombre. De pales lueurs vertes suintaient du sol.

« L’éclairage de secours peut être ? »

Elle avait parlé a voix haute, mais ne put que s'interroger sur le sens de ses mots. Encore perchée sur sa cuve, a demi reliée a elle par des tubes et des tuyaux, elle entreprit des les arracher un a un. Puis elle essaya de quitter son cercueil de verre et de plastique. Sauf qu’après sa longue stase -Combien de temps?- ses jambes se dérobèrent sous elle, incapables en cet instant de la porter. Elle était faible.

« Merde ! 
- C'est mal barré pour te carapater en vitesse si ça chauffe. »

Elle se redressa pour clopiner a distance de la cuve.
Merde, mais il n'y avait personne ici ?

« Eh, ho ? Il y a quelqu'un ? »


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Mar 15 Juil 2014 - 22:13

Les éléments se précipitèrent quelque peu. DM-892 s'était avancé en direction du couloir terne par delà le portique d'accès, alors qu'une étrange lueur diffuse répandait sa sibylline nébulosité à l'angle de l'allée, loin au devant. Tout en s'exécutant, le dit matricule articula une question, qu'il agrémenta d'un commentaire sur la nature des évènements en cours, qui lui remémorait le genre des séries b. Il fallu à Vitus quelques secondes pour saisir le sens de cette dernière remarque, le concept de série b lui étant inconnu dans sa langue maternelle.

- Sincèrement, je n'en sais rien. J'espère seulement mettre la main sur des indices afin de pouvoir au moins en déduire des informations sur le lieu dans lequel nous nous trouvons. Accessoirement, je ne serais pas contre le fait d'ingurgiter une ou deux pilules contre les maux de tête... ca m'aiderait peut-être à me remémorer mon nom. LM-118... Ceci n'est pas mon...

Vitus s'était tout à coup figé. Il lui avait semblé entendre quelque chose dans son dos, un appel. Mais cette impression fut rapidement chassée par une nouvelle intervention de son compagnon de réveil.

- Putain, je suis aussi stressé qu'une vache qui va à l'abattoir. C'est pas croyable, comment on a fait pour se retrouver dans une situation pareille?

Il haussa les épaules, l'air à la fois débile et inquiet. En effet, ils étaient dans de beaux draps, à ne même plus savoir comment ils s'appelaient. La seule solution pour corriger le tir et s'extirper de ce faux pas, c'était d'investiguer. La méthode était un brin téméraire, mais Vitus ne se sentait pas l'âme d'attendre que les évènements lui tombent dessus et lui en apprennent, peut-être, davantage à son sujet. Non, il se devait d'être proactif, et d'agir en leader. Il voulait avoir autant que possible son destin entre ses mains.

Le garçon chancela et dut s'appuyer contre une paroi du couloir. Il avait l'air désemparé. La mine sombre, son cerveau était en ébullition... Et puis ce qu'il avait cru percevoir il y avait de cela trente secondes à peine se répéta. Une voie s'éleva, plus affirmée que naguère, en provenance de la salle de réveil. La tonalité du son laissait présumer qu'il s'agissait d'une femme. Elle cherchait un interlocuteur. LM-118 se ressaisit alors et se rua en arrière du mieux qu'il put. Il faillit s'encoubler au 5ème pas, mais rectifia sa trajectoire et parvint ainsi à rallier la pièce qu'il venait de quitter.

Devant lui, une demoiselle d'à peu prêt son âge, dans l'état de santé qui était sans doute le sien 15 minutes plus tôt. Teint extrêmement blême. Musculature défaillante. Violents maux de tête. La fille ne paraissait pas dans l'immédiat constituer une menace. Malgré tout, histoire de se rassurer, Vitus estima nécessaire d'affirmer par un geste sa meilleure santé physique du moment. Il déposa donc une main ferme sur l'épaule gauche de l'inconnue, laissant joué le peu de forces qui lui étaient revenus pour bien faire comprendre à la demoiselle qu'il avait la situation en main au propre comme au figuré. Il lança un rapide regard vers l'arrière pour voir où en était son collègue, puis répondit enfin à l'appel de NN-777:


- Oui oui... du calme, du calme. Ca va aller. Nous sommes là. Mon collègue, qui porte le matricule DM-892 et moi-même, LM-118. Tout est en ordre, nous allons t'aider. Un bref silence s'installa, rapidement brisé par des mots nouveaux. Cette fois, Vitus ne s'était préoccuper à aucun moment du vouvoiement, que les circonstances bannissaient de facto.

- Tu parles bien français n'est-ce pas? Nous venons de nous réveiller nous aussi... impossible de se souvenir de quoi que ce soit, on ne sait même pas où on est. Nous étions sur le point de filer par ce couloir..., il désigna d'un signe de la tête la direction d'où ils venaient. ... lorsque nous t'avons entendu. Tu penses que tu pourras nous suivre? Tu souhaites te joindre à nous?
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Trencavel [DM-892]
avatar


Votre personnage
Âge: 22 ans
Langue maternelle: Français
Langue(s) apprise(s): Anglais, Fusrat

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Mer 16 Juil 2014 - 8:08

D'un coup, je vis Vitus repartir en courant en arrière. Quoi qu'avais-je dis de si étrange? Visiblement rien car une voix féminine me vint d'un coup à l'oreille. Merde, un autre réveillé... Sans attendre plus encore, je partais à la poursuite de la dite voix, revenant ainsi sur des pas chèrement conquis. j'arrivais de nouveau dans la salle blanche où mon vomi séché trônait royalement sur le sol pour découvrir une demoiselle, pas plus âgée que moi, en train d'émerger elle aussi d'une cuve. Vitus était déjà en train de la rassurer.

Heu... Salut confrère Humaine, DM-892 pour vous servir. Le réveil n'est pas trop dur?

Alors qu'elle retrouvait un semblant de couleur petit à petit, Vitus s'occuper de l'intégration à notre "groupe d'exploration". C'est vrai qu'on en était toujours au point mort. On ne savait toujours rien, si ce n'est que ces matricules me rappelaient quelques camps de la mort dont l’Histoire humaine regorgeaient.

Je vins me placer prêt de la capsule pour aider la jeune femme à faire ses premiers pas. Les miens n'ayant pas été de tout repos, je préférais être là pour donner un coup de main.

Tu devrais peut être la laisser souffler un peu avant, lançais-je à Vitus, qui semblait encore plus pressé que moi d'en finir avec la variable inconnu de notre identité, Elle tient à peine debout. Dans deux minutes, ça ira mieux.

J'avais dit la dernière partie de la phrase en adressant un sourire à la jeune fille. Y avait de quoi paniquer dans cette situation. puis, me grattant machinalement la joue, je m’efforçais d'être lez plus rassurant possible, bien que c'était dur d'y croire sois-même. On avait rien sur nous, mais alors rien du tout qui eu pu nous rattacher à notre vie d'antan. Et le fait d'y voir flou au réveil, rajoutait à l’incompréhension totale de la situation. Il m'avait fallu 5 minutes pour distinguer clairement ce qui m'entourait. J'ignorais donc si elle nous voyait clairement ou pas encore.

Si on est mort, le paradis, c'est vraiment pourri comme endroit, lançais-je comme une blague, le comité d’accueil n'est pas à la hauteur.

Je crois donc comprendre que nous n'étions pas seul ici. Combien d'entre nous s'étaient déjà réveillés? combien arpentaient encore ces couloirs sinistres? Avaient-ils découvert leur identité? Savaient-ils comment s'y prendre? Pourquoi personne n'est là pour nous accueillir? Tant de question sans réponse qui se bousculaient sans fin dans ma tête. Et au milieu de tout ça, une citation qui résonnait tel une prophétie prisonnière au fond de mon crâne: Brule ce que tu as adoré, adore ce que tu as brulé...

_________________

identité     Mémoires
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Dumont [NN-777]
avatar


Votre personnage
Âge: 20
Langue maternelle: Français
Langue(s) apprise(s): quelques bribes d'allemand, anglais

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Jeu 17 Juil 2014 - 20:10

Sa blouse lui collait a la peau, trempée comme elle l’était, et laissait voir des détails que la rouquine aurait mieux aimé garder pour elle. Elle cria une nouvelle fois, persuadée, soudain, d’être seule dans ce dédale de lueurs verte.
Une main se posa sur son épaule, la gauche, et une voix s’éleva :
Oui oui... du calme, du calme. Ca va aller. Nous sommes là. Mon collègue, qui porte le matricule DM-892 et moi-même, LM-118. Tout est en ordre, nous allons t'aider.

Des numéros ? Pourquoi est ce qu'ils ne donnaient pas leurs noms. Elle faillit le leur rétorquer, quand elle s'aperçut qu'elle ne savait plus son propre nom. Il était la, sur le bout de sa langue, mais pas moyen de pouvoir le recracher. La rouquine se mit a trembler, ses dents s'entrechoquant entre elles. Un gémissement lui échappa tandis qu'elle levait ses yeux verts sur les deux inconnus.

Tu parles bien français n'est-ce pas? Nous venons de nous réveiller nous aussi... impossible de se souvenir de quoi que ce soit, on ne sait même pas où on est. Nous étions sur le point de filer par ce couloir... lorsque nous t'avons entendu. Tu penses que tu pourras nous suivre? Tu souhaites te joindre à nous?

Cet homme avait un accent étrange. Il lui semblait familier, comme si elle avait passé sa vie a l'entendre, a le côtoyer. Le second prit la parole a cet instant.

Heu... Salut confrère Humaine, DM-892 pour vous servir. Le réveil n'est pas trop dur?

En fait si. Elle avait mal partout, le monde tournait, ses jambes ne la portait plus. La pièce sentait le vomi, et elle était prête de vomir a son tour. Ce qu'elle fit sur la blouse de DM-892 et copieusement.

« Allez fait toi tout de suite des amis, c'est vrais que leur dégobiller dessus ça aide ! »

« Pardon ... »

Elle avait hoqueté encore une fois, avant de s’essuyer le visage d'un revers de main

« On … On est où là ? »

Un bras se passa sous ses aisselles encore trempée du jus de la cuve. Elle tenta de se lever... Elle gémit, le monde recommença a valser. « Oh ! ... »

Dans deux minutes, ça ira mieux.

Elle leva encore les yeux vers l'inconnu, vers DM-892. Zut, c'est flou, aussi elle s’efforça de battre des cils encore et encore jusqu'à ce que sa vision lui revienne convenablement. Au bout d'un moment il lui sembla que ses jambes étaient plus fermes, plus stables. Elle s’éloigna du jeune homme avec un sourire de remerciement.

« Alors toi, naïve ! Vas ! Souris ! Et viens pas pleurer quand il t'aura poignardé. »

La rousse fronça les sourcils et tourna la tête de droite a gauche s'attendant a trouver les personnes qui lui parlait si mal. Mais en dehors des deux garçons il n'y avait personne.C'est comme ça qu'elle déchiffra le numéro cousu au dessus de son sein droit. Elle le lut péniblement :

« NN-777 … c'est moi ça ? »

Et comme les deux autres l’entraînaient vers les couloirs, elle sursauta. « Hé ! Vous m’emmenez ou ? C'est pas plus sage de rester la ? On va venir nous chercher non ? »

« Pauvre sotte, pauvre sotte, pauvre sotte, sotte, sootte, sauuute, saute ! »
Voir le profil de l'utilisateur
Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Ven 18 Juil 2014 - 9:06

Une expression de soulagement accompagnée d'un sourire amusé se lut sur les traits de Vitus lorsque la demoiselle, NN-777 de son matricule, s'épancha sur DM-892, répandant sur son haut jusque là épargnée une substance pestilentielle d'aspect blanchâtre.

*Ce gars attire les régurgitations, c'est pas croyable...*compatit LM-118, un brin désolé en son fort intérieur. Le plus triste dans l'affaire, c'était qu'à défaut d'autres vêtements à disposition immédiate, il allait devoir supporter la flagrance de son camarade jusqu'à nouvel avis.

- Argh, ça craint! J'espère qu'on mettra vite la main sur quelque chose qui ressemble à une salle d'eau, équipée d'habits de rechanges. N'exigez pas de moi de tenir plus d'une heure avec une telle infamie dans le nez! , maugréa encore le noiraud, la mine sombre. Sa reconnaissance pleine et entière allait au destin qui l'avait préservé du sort funeste de DM-892.

Alors que la demoiselle articulait deux questions dans la foulée, Vitus s'était déjà remis en route direction le couloir à la lumière étrange. Il passa le sas/portique et effectua quelques pas encore avant de répondre à distance, d'une voix ferme et déterminée.


- Pas la moindre idée de l'endroit où on est, je te l'ai déjà dit! Et pour peu que ces badges nous désignent effectivement... ton petit nom pour l'heure... c'est bel et bien NN-777. Enchanté de te connaitre. Par contre, pitié, ne régurgite rien sur moi!

Le garçon se retourna, abandonna un clin d'oeil un brin provoque à la demoiselle, puis repris son avancé, d'un pas un peu plus résolu que tout à l'heure, en espérant que les autres se hâteraient de le rejoindre. Malgré sa jactance, Vitus tenait déjà à eux. Ils étaient les seuls êtres vivants avec lesquels il pouvait interagir pour le moment, et une possible assurance vie en cas de problèmes. Et puis NN-777 avait un certain charme, une fois passé sous silence les circonstances peu glorieuse de son dernier moment de faiblesse, qui avait prit DM-892 pour victime.

Arrivé seul pour l'instant au bout du couloir, Vitus avait le choix entre prendre à gauche ou à droite. Il s'engouffra sur l'axe de gauche, où luisait tout à l'heure la lumière suspecte... Et essaya à nouveau de courir sur quelques mètres. Lorsqu'il s'immobilisa, stupéfait. Il y avait sur le côté un compartiment de taille réduite, barrée par une porte flanquée d'une fenêtre en verre sur le tiers supérieur. Par delà, on découvrait des vêtements en nombre, semblables aux blouses qu'ils portaient.


*Aleluya... *

- Hey, DM-892... je crois que tu vas m'aimer!

Clama le noiraud, enthousiasmé par sa découverte, d'une voix forte.

- DM-892?

Vitus se figea, pris d'effroi. Aucune réponse ne lui était pour l'heure parvenue, mais il venait d'accomplir une nouvelle découverte, effroyable celle-là. A quelques mètres devant lui, sur la droite, une proéminence circulaire structurait la paroi du couloir. Il s'agissait en fait d'un minuscule hublot, une fenêtre sur l'extérieur, un poste d'observation technique. Et quel extérieur... On discernait au loin de l'autre côté du vitrage spécial des points lumineux intenses, ancrée dans une mer d'un bleu électrique, un nuage de gaz immense, flottant à bonne distance. Ils étaient dans l'espace. Vitus déglutit avec peine. Ses nausées le prirent à nouveau pendant un instant, mais le garçon respira lentement et profondément pour se ressaisir. C'était de là sans doute qu'avaient fuiter tout à l'heure les éclats lumineux.

- OYYY! DM-892, NN-777?
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Trencavel [DM-892]
avatar


Votre personnage
Âge: 22 ans
Langue maternelle: Français
Langue(s) apprise(s): Anglais, Fusrat

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Dim 20 Juil 2014 - 8:09

J'avoue qu'en guise de présentations, NN-777 brillait dans l'originalité. Je sais que chez certains animaux, on marque son territoires à l'aide de différentes substances, mais outre le fait que ça sent pas bon, je la trouve assez entreprenante si il s'agit de s'approprier ma personne après deux minutes de discussions. Enfin bref, maintenant, ma tunique, étant déjà moche à la base, pesait maintenant un âne mort sur mes épaules. Charmant début de journée me diriez-vous, mais étrangement, ça m'allait. Faut dire que j'avais rien avec quoi comparer. A quoi pouvez bien ressembler une bonne journée?

Pas grave, je suis aussi passé par là, mais j'avais personne sur qui le faire, j'étais seul. On put de la gueule à deux maintenant.

Je lui adressais un sourire réconfortant. J'y pouvais rien de toute façon. Mais, si j'entendais jusqu'à maintenant LM-118 répondre aux différentes questions que la jeune femme se posait, il venait de disparaître de mon champ de vision. Faisant signe à NN-777 de me suivre, je pris le couloir d'un pas ferme. Suivant de loin la voix de mon compagnon, je put découvrir ainsi- miracle si l'on peut dire- un vestiaire! Sans attendre une seconde, je changeais ma blouse au plus vite afin de me débarrasser de traces de biles qui trônaient sur la mienne.

Ayé, tu peux recommencer. lançais-je avec humour en direction de la demoiselle.

Cependant, à peine fus-je changé qu'au loin j'entendais notre compères nous appeler. Que pouvais-t-il bien vouloir? Je mis donc à sa recherche, déambulant dans les couloirs au son de sa voix. Enfin, je l'aperçus au loin. Son visage était figé, son regard perdu dans le vide.

Bin quoi? T'as vu un fantôme?

Puis, m’approchant de lui, je vis qu'il fixait un hublot. Par curiosité, je penchais aussi la tête pour voir ce qui pouvait bien le perturber. Et là, quelle ne fut pas ma surprise quand je tombais nez à nez avec une nébuleuse spatiale... Nous étions dans l'espace... Putain de merde... A ce moment, je devais avoir le même regard débile que mon compagnon. Faut dire que ça avait de quoi vous abattre un Homme ça.

Bordel de Zeus... LM, NN, c'est quoi ce foutoir? Dîtes juste quelque chose...

Bien qu'il y ai quelque chose de fascinant à se trouver ici, j'aurais sans doute préféré savoir pourquoi j'y étais avant. Voyager dans l'espace, c'est des rêves de gosses ça, mais bizarrement, ça ne me déclencha pas une euphorie, mais un sentiment de grand vide. Maintenant, il allait être beaucoup plus dure de déclencher des souvenirs sans avoir avec moi le décor extérieur...

_________________

identité     Mémoires
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Dumont [NN-777]
avatar


Votre personnage
Âge: 20
Langue maternelle: Français
Langue(s) apprise(s): quelques bribes d'allemand, anglais

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Dim 3 Aoû 2014 - 12:07

L'espace …
Elle se trouvait dans l'espace.
Ça n'était pas rassurant, de voir toutes ces étoiles qui scintillait au loin dans ce grand vide, ce rien.

La rouquine ne savait pas quoi répondre a ces deux comparses. Elle se contenta de les regarde d'un air idiot. DM s’était changé. L'autre était partit en reconnaissance et avait trouvé ce hublot.

C'est un rêve, non un cauchemar. Et si elle se pince, elle se réveille. Oui ! C'est ça ! NN-777 se pinça jusqu'à ce que la peau de son bras soit aussi rouge que ses cheveux, mais non pas de réveil rassurant, pas d'autre lieux que celui ci.

« Je veux rentrer ! »

Rentrer, s'habiller, manger, travailler, être dehors. En fin de compte des plaisirs simples.
Il faut dire que ça avait un truc un peu fascinant de rester la, bouche bée devant la concentration d’étoiles, et de noir …
En fait c'est glauque et ça fout les pétoches.

Elle se détourna presque a contre cœur de la vision a la fois galvanisante et d'horreur.
Ses pieds nus ne firent presque pas de bruit tandis qu'a son tour elle prennait le rôle de l'éclaireur. Elle suivait simplement le tracé de lumière au sol, et regardait d'un air plutot curieux autour d'elle.

De nombreuses questions se bousculaient dans sa tête.

[Pardon du temps d'attente.]
Voir le profil de l'utilisateur
Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   Jeu 4 Sep 2014 - 18:13

DM sollicitait explicitement une réaction de ses deux comparses par rapport à la découverte du hublot spatial, attente à laquelle LM ne fut néanmoins pas en mesure de répondre par autre chose que le silence. NN fit cependant état d'une réaction un brin plus encourageante, en abandonnant un "je veux rentrer" dépité. La situation était catastrophique, il n'y avait pas lieu de se voiler la face. Prisonniers d'une structure aux proportions méconnues, exposées aux menaces infinies d'un espace hostile et sans limite... qu'adviendrait-il de leurs fragiles existences? Il y avait matière à entretenir un pessimisme coriace et des idées plus sombres encore.

Le regard errant, captivé par les beautés fatales de l'univers visible, LM n'avait plus prise avec la réalité. De longues minutes s'écoulèrent avant que le jeune homme ne reprenne enfin la pleine et entière possession de ses moyens... et qu'il ne remarque que NN s'était substitué à lui dans le rôle de l'aventurier explorateur. Dans son environnement direct, il n'y avait guère plus que son compagnon des premiers instants: DM.

De ses moments d'égarement, LM avait retiré un plan, clair, net, précis, qui devait assurer sa survie aussi longtemps que possible dans l'environnement inconnu qu'il foulait désormais, nu de tout souvenir. Sa vie paraissait être en jeu. Et celles de nombreux autres. Il n'avait pas le droit de faillir, de se laisser abattre, pas avant d'avoir dissiper sa brume et récupéré l'aura de son passé, quel que celui-ci fût. Le plan que LM allait suivre était aussi simple que redoutable d'efficacité, et s'il ambitionnait beaucoup, il comportait aussi sa part de risques. Le premier était d'impact immédiat. Il allait se séparer de ses deux collègues. D'une voix lasse, mais résolue, LM déclara:


- DM, j'ai été heureux de te croiser. Toutefois, nos chemins se séparent ici pour le moment, parce que je continue seul. Je dois suivre ma propre route dans ce brouillard dense, mon intuition me dicte ce choix. En fait, je crois que je suis un free lance. J'ai le sentiment de l'avoir toujours été. Salut.

Et sans attendre l'ombre d'une réaction de son collègue, le matricule LM rebroussa chemin au pas de course. Sa démarche avait maintenant radicalement regagnée en assurance, et en meilleur état de santé que DM et NN, il ne faisait aucun doute qu'il les sèmerait rapidement à supposer que ces derniers optent pour se lancer à sa poursuite.

Pour l'heure, LM la jouerait solitaire.
[HJ] Un retard qui en cause un autre... navré de ne poster qu'à présent. J'ai préféré abrégé de mon côté. C'est au surplus cohérent avec ce que je planifie pour la suite : ) [/HJ]
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé []



MessageSujet: Re: Renovatio [libre]   

 

Renovatio [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

L'Eléonor ::  :: Dispositifs de cryogénisation :: Salle de réveil