Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]

Syrenn Vorelis [HC-282]
avatar


Votre personnage
Âge: 10 ans
Langue maternelle: Arabe
Langue(s) apprise(s): bribes d'anglais

MessageSujet: Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]   Sam 16 Aoû 2014 - 11:35

L’exploration continuait ou en soit, ne finissait jamais vraiment. Il fallait dire qu’il y avait beaucoup de temps à perdre et beaucoup de lieu à visiter. Chose qui était loin d’être un aubaine pour le côté fouineur que s’était découvert le jeune garçon. Le temps avait passé, il s’était organisé, avait repéré les lieux où il pouvait dormir, celui où il pouvait manger et avait situé tous ses déplacement de sorte qu’il puisse toujours retourner à ces points. Le plus important étant la nourriture, le sommeil pouvait toujours être organisé dans un coin sombre mais toujours suffisamment éclairé car il s’était tout autant découvert un refus viscéral de l’obscurité trop prononcée. Dans sa tête, le plus gros du travail avait déjà commencé et même si selon lui c’était avant tout des chemins qu’il avait trouvés, c’était à présent une véritable carte qui commençait à se dessiner dans son esprit. Il pouvait reconnaître certains couloirs et avait prit l’initiative de marquer les parties qu’il avait explorées. Il se servait d’un stylo qu’il avait trouvé dans l’unes des salles qu’il avait déjà exploré. Aux croisements, directement à terre sur la droite, il faisait une petite marque qui serait passée inaperçue aux yeux de beaucoup. Puis, il mettait un numéro, aussi peu voyant juste à côté. Son compte partait de la salle où il pouvait manger. Dès la sortie de celle-ci, le couloir portait des marques dans premières directions possibles. Toutes deux portaient le chiffre un. Lorsqu’il avait faim, il pouvait alors remonter le couloir en suivant les marque jusqu’au « 1 ».

A son habitude, l’enfant quittait donc la salle pour manger la pense pleine et préparé pour son exploration. Ses pieds étaient toujours nus et les vêtements qui avaient remplacés le reste, toujours aussi grands. Il trouvait malgré tout toujours plus de stratagèmes pour les tendres plus pratiques et plus confortables. Dans les bacs pleins de ces tissus, il avait trouvé l’invention la plus intelligente qui fût jamais crée. La ceinture. immédiatement, il n’eut plus besoin de rouler le haut de son pantalon mais uniquement le bas bien qu’une partie distincte du haut s’était déplacée sur sa hanche droite. Sur les épaules, il avait un t-shirt jaune pâle. Bien qu’il avait essayé d’en remonter toujours le tissus des épaules, celles-ci finissaient toujours inlassablement découvertes. Le stylo dans la poche arrière droite, le jeune garçon recommençait l’exploration de son jeu de piste, suivant la première piste qu’il avait décidé d’exploré, celle partant à gauche. Dès lors, il était toujours allé à gauche jusqu’à finalement trouver un cul-de-sac bien que la situation ait changé. Il était toujours au premier « 1 » Mais avait entamé la branche « 2 » de droite. Inlassablement, l’enfant progressa dans les couloirs, jetant un coup d’oeil discret dans certaines pièces et s’attardant sur d’autres, marquant d’autres repères sur des intersections avec son stylo qui ne semblait pas vraiment adapté au support qu’était le sol, le forçant à repasser plusieurs fois depuis sa position accroupies.

Finalement, il s’attarda un peu plus longtemps sur une salle qui égaya sa curiosité. A l’intérieur il n’y avait pas un rat. Il put ainsi faire quelques pas à l’intérieur sans crainte d’être surpris. Son premier réflexe fût de trouver un potentiel endroit pour dormir. Il s’assit sur les sièges présents. Il n’était clairement pas confortables et il était certain qu’au premier coup de fatigue, il en tomberait la tête la première. Le jeune garçon fit la moue et descendit à pieds joins avant de fouiller l’espace plus en détail. Il se baissa pour voir sous les meubles et le gros panneau imposant côté contre un mur sans rien voir de bien particulier. L’espace était assez réduit et particulièrement vide et clair, empêchant les grandes découvertes. Plus déçu encore de cette salle qui lui semblait au premier coup d’oeil amusante et qui n’avait finalement rien à offrir. Il tapota ses genoux pour enlever la saleté qui avait dû s’accrocher quand il avait regardé sous les meubles puis releva la tête comme pour chercher une solution. Son regard s’illumina devant la belle surprise qu’il n’avait pas pu voir tant il regardait ses pieds jusque là.

En face de lui, juste au dessus du panneau, une vitre donnait vu sur quelque chose. Pour mieux constater l’ampleur de la chose, l’enfant grimpa à nouveau sur un des deux sièges en face du panneau. C’était impressionnant.. Il y avait une autre salle derrière la vitre sur laquelle on avait une pleine vue ou du moins, la vue de l’obscurité. Il n’y avait rien ou plutôt on ne voyait rien. Pour en voir d’avantage, l’enfant s’avança, posant un genou sur le panneau. A cet instant, la lumière fût telle que le jeune garçon descendit pour se cacher derrière le panneau. Il se demanda s’il était pour quelques raisons responsable de ce changement brutal. Une pièce n’était pas vivante et n’aurait pas pu comprendre. Tout doucement, il remonta sur le siège pour regarder de plus près le panneau. Il était plein de bouton qui pour beaucoup s’étaient allumés en même temps. Il assumait le fait qu’il ait peut-être touché quelque chose avec son genou. Le jeune garçon regarda à nouveau la salle cette fois bien plus lumineuse, grande, jolie et intimidante. A première vue elle était vide et était apparemment liée aux boutons disposés sur le panneau. Les yeux du petit curieux se posèrent plus précisément dessus. Il y avait encore une fois peu de choses à comprendre. Parfois quelques chiffres mais surtout des dessins. Il ne put s’empêcher de remarquer que l’un d’entre eux ressemblait à une glace. Il était bien connu que jeune, avoir les yeux plus gros que le ventre n’était pas encore un crime et même s’il avait mangé il y avait peu, il ne disait pas non à une glace. Le jeune garçon regarda timidement en direction de la porte, il n’y avait pas de bruit et toujours aucune grande personne. Ce devait être que ce n’était pas une bêtise.

L’enfant appuya sur le symbole de glace, chose qui n’eut aucun effet. Il fît à nouveau la moue, remarquant la porte située à droite du tableau. Celle-ci n’avait pas de poignée et ne s’était pas ouverte quand il était passé mais peut-être que l’un de ces boutons pourraient l’ouvrir. Décidé, il étira ses doigts loin au dessus de lui et sortit de ses points ses deux indexes. Il fallait qu’il réussisse à ouvrir cette porte. Puis, il commença à appuyer sur tous les boutons lumineux chacun leur tour sans vraiment savoir ce qu’il en faisait. il savait juste qu’il fallait que ça marche. Finalement, après une série de touchés hasardeux, les deux longs bouts de métal finirent par s’écarter pouvant enfin laisser passer le jeune garçon qui n’attendit pas une seconde pour descendre de ce siège si peu confortable. Il regarda l’intérieur avant de faire un pas vers le centre. D’ici la pièce paraissait plus grande encore. Elle était toujours vide, il n’y avait pas grand chose à voir mais toujours, les lumières attiraient le regard de l’enfant qui ne prêtait pas attention au bruit dans son dos de la porte qui se fermait lançant ainsi le début de la simulation.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Robinson [NO-486]
avatar


Votre personnage
Âge: 26 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Russe

MessageSujet: Re: Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]   Jeu 16 Oct 2014 - 16:28

D'après l'expérience d'Alexander, une chose était sûre: "On se fait chier dans ce vaisseau". Oui, bien sûr, il y a des lieux à visiter, des gens à aider, des mystères à résoudre ou des souvenir à... se souvenir mais les faits étaient là, on se faisait quand même pas mal chier ici. Il faut dire, la communication entre passagers était difficile, entre les gens traumatisés, ceux qui doutent de tout et les autres, ceux qui ne comprennent pas ce que l'on dit, ce n'était pas du tout évident. Il était actuellement entrain de parler à une jeune fille fort charmante qu'il avait dans le collimateur depuis quelques jours à grand renforts de mimes et de langage des signes improvisés, il avait décidé d'errer dans le vaisseau après lui avoir fait un signe d'au revoir d'un geste de la main ainsi que lancé un clin d’œil équivoque.

L'un de ses passe-temps les plus "passionnant" était de se perdre dans le vaisseau et de retrouver son chemin. Ce jeu lui permettait de rencontrer de nouveaux passagers perdus dans les confins du vaisseau, d'en espionner d'autres mais surtout de trouver de nouvelles pièces encore inexplorées. Après s'être enfoncé dans les boyaux que constituaient les couloirs, Alexander perdit finalement vite intérêt à son activité, il n'avait pas faim, pas sommeil, il ne savait pas vraiment quoi faire de constructif. Il marchait simplement, une main touchant le mur, relevant les irrégularités ce celui-ci. Il hésita un instant à aller revoir la fille avec qui il parlait plus tôt mais une lueur dans une pièce attira son attention. Passant sa tête par la porte, il vit tout d'abord une première pièce puis une seconde qu'il pouvait voir au travers d'une vitre, baignée de lumière. Dans cette même seconde pièce, un enfant.

Qu'est-ce que c'est que ce bordel?

[HRP]Désolé pour la réponse de mauvaise qualité, j'ai perdu la première à cause d'un bug, qui m'a dégoûté[/HRP]
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Kaiser [LV-493]
avatar


Votre personnage
Âge: 26 ans
Langue maternelle: Allemand
Langue(s) apprise(s): Anglais, russe

MessageSujet: Re: Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]   Sam 25 Oct 2014 - 5:40

Non, c’était pas par là. Il en était persuadé à présent. Les couloirs ne lui disaient plus rien du tout, les salles étaient toutes closes. C’était bien trop long. Rah, le réfectoire était à l’exact opposé. Il en était convaincu désormais… Mais. Parce qu’il y a toujours un Mais. Mais, l’orgueil ou la curiosité l’empêchaient de faire bêtement demi-tour. A moins qu’il n’espère encore voir surgir le réfectoire devant ses yeux ? Comme ça, brusquement ? Sorti de nulle part tel un mirage. Après tout, pourquoi pas ! Ce vaisseau était plein de ressources insoupçonnées. Il n’avait même pas idée… Bref, voilà notre LV marchant sans savoir où. Plus il avançait dans ce couloir, plus il se demandait si cela valait vraiment le coup. La faim le tenaillait depuis un bon moment déjà. Que pouvait-il y avoir au bout de ce couloir qui soit plus important que son estomac ? Vraisemblablement rien. Toutefois, une lumière l’attirait…

Une lumière, pas n’importe laquelle. Une lumière différente que celle blafarde légèrement bleuté qui éclairait faiblement les couloirs. Celle-ci plongeait le dédale dans une espèce de constant état d’urgence, une ambiance très oppressante mais qui plaisait bien au jeune homme. Sans masochisme pour autant. Bref. Une lumière différente. Plus chaude. Il la suivit en bon papillon qu’il était. Arrivant devant la porte, il entra. Selon le bon principe de « J’ai vu de la lumière alors je suis rentrée ». Dans la pièce exigüe, il trouva un autre type. Il l’avait déjà croisé vaguement, sa tête lui rappelait un truc. Mais ça datait de son réveil, pas d’avant. Donc peu intéressant. Il se souvint quelle langue ledit jeune homme parlait sans toutefois pouvoir la nommer. C’était un truc qu’il parlait approximativement. Bon, autant retarder le moment de l’utiliser et de passer pour un parfait imbécile… Il salua donc le demi-inconnu d’un signe poli de la tête et s’approcha de lui, de la vitre devant laquelle il était planté. C’était la véritable source de lumière…

Stupeur. De l’autre côté, une autre salle, beaucoup plus grande. Une salle ? Etait-ce seulement une salle ?! Ca n’avait aucun sens ce qu’il y avait derrière ! C’était comme un ciel : des nuages partout formaient un amas brumeux, blanc. Un ensemble cotonneux indéfini. Au milieu, un escalier. De ceux qui n’ont pas de fin, pas de sens. De ceux qui n’existent normalement qu’en deux dimensions car la troisième est précisément impossible. Un véritable paradoxe. Il n’y avait plus d’envers, d’endroit. Et sur ces marches, un gamin. Le gamin. Comment…

Sans plus réfléchir, l’homme se précipita à la seconde porte. Bloquée. Il eut beau tirer, pousser… Rien à faire. Elle était fermement verrouiller. Il commença à se jeter dessus. De tout son poids, toutes ses forces… Il jeta un regard impuissant à l’autre. Il devait avoir l’air d’un malade mais qu’importe. Il devait sauver cet enfant. Il était sous sa responsabilité. Pourvu qu’il ne lui arrive rien. Il s’en voudrait tellement. Attendez… Le sauver de quoi… ?

[HRP: Désolée aussi pour la médiocrité et l'effet décousu... Sommeil, blabla... Bordel]

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Syrenn Vorelis [HC-282]
avatar


Votre personnage
Âge: 10 ans
Langue maternelle: Arabe
Langue(s) apprise(s): bribes d'anglais

MessageSujet: Re: Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]   Lun 17 Nov 2014 - 0:20

Le jeune garçon restait ainsi, immobile quelques instants dans le silence avant que tout ne soit boulversé. Lorsqu’il vit les premières formes apparaître, il eut un geste de recul, positionnant son avant bras devant ses yeux comme si la lumière précédemment émise n’avait pas eu pour effet de l’éblouir face à cette construction titanesque. A nouveau, l’enfant se sentait ridiculement petit face à l’immensité de la chose. La pièce avait toujours été grande, mais alors qu’elle était vide, il était la seule chose capable de dépasser du sol. Désormais, cette incroyable construction le surplombait. Il n’avait pas réellement à se poser des questions sur ce dont il s’agissait, il le savait par principe. C’était là un escalier.

Le jeune garçon après avoir reculé de quelques mètres prît le temps de regarder l’ensemble de la pièce. Les murs, autrefois apparus sous ces plaques lumineuses n’étaient plus. Il n’y avait plus rien de ce qu’il avait précédemment perçu et c’était là inquiétant car il ne semblait y avoir aucune échappatoire à ce qu’il voyait à présent. La porte par laquelle il était entré avait disparu elle aussi et seul cet escalier brisait la monotonie de ce vide à présent obscure. Le petit blond n’aimait pour ainsi dire pas grandement le noir. Effectivement, en bon enfant qu’il était, il en avait presque peur. Si encore, il y avait eu un adulte pour l’accompagner dans ce périple, il aurait été moins inquiet mais il était seul.

Le benjamin du vaisseau tomba accroupi et se tapota gentiment les joues avant de se pincer le genou. Il pensait par ces moyens pouvoir échapper à un mauvais rêve alors qu’il se serait endormi dans cette pièce lumineuse. En vue du manque de résultat, le jeune garçon se releva tout doucement, la taille de la chose se répercutant par deux fois sur son esprit. Quelques larmes commencèrent à inonder ses yeux bleus sans que pour autant un râle ne sorte de sa bouche. Il ne rêvait pas, il était seul et il n’y avait absolument personne pour l’aider. Après tout, il ne connaissait pas la manière dont il pouvait se faire comprendre auprès des adultes.

De cela, il réalisait toute la stupidité de ses bêtises. Il partait sans cesse sans en prévenir les autres et il osait se croire fort et capable de gérer une situation lorsqu’il n’en était rien et qu’en définitive, il restait le gamin incapable de faire autre chose que de pleurer sur une situation ingérable sans parvenir à la résoudre. L’enfant passa ses manches trop longues sur ses yeux. Il ne pouvait pas se laisser abattre de la sorte. C’était bien car il n’y avait personne pour l’aider qu’il devait faire de son mieux pour se sortir de là. C’était peut-être là l’occasion de faire ses preuves et d’être accepté par les grandes personnes. Il ne devait pas se laisser abattre. Le blond serra les poings dans ses manches et posa le pieds sur la première marche de l’escalier y voyant la seule échappatoire, ne manquant pas de réaliser que celui-ci était étrangement façonné.
[Mon excuse, c'est vous deux pour vos réponses. Amusez-vous bien.]

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé []



MessageSujet: Re: Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]   

 

Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]
» Les grandes découvertes ne se font jamais seul [Fury, Neigy, Fumy, Aigly]
» (F) Katie McGrath ✣ les liens du sang sont parfois les plus forts [LIBRE]
» ROUND 1 - les chiens ne sont pas tous poilus mais sont parfois des hommes
» Les daemons sont parfois hallucinants • Blue

L'Eléonor ::  :: Bloc d'entrainement :: Simulateur