[EVENT] Ramasser les morceaux

Diana Lazarev [HV-258]
avatar


Votre personnage
Âge: 26 ans
Langue maternelle: Russe
Langue(s) apprise(s): Anglais

MessageSujet: [EVENT] Ramasser les morceaux   Sam 11 Avr 2015 - 16:19



« Ramasser les morceaux »

Agir


Le bruit ambiant ne s’arrêtait pas, les discours s’enchainaient, se croisaient, s’écartaient et au final, ne s’accordaient pas. Diana avait fini par ne plus écouter. Tout cela était vain, personne ne cherchait à écouter l’autre. Elle-même avait tenté d’y mettre son grain de sel mais elle se rendait compte au fur et à mesure qu’elle n’aurait pas dû. Elle ne représentait d’ores et déjà plus la gentille, celle qui protégeait. Elle pouvait sentir, autour d’elle, en elle, qu’elle paraissait plutôt méchante. De là, la pauvre petite rousse avait fermé son claquet et avait patienté. Elle ne voulait plus prendre part à tout ça, mais juste faire en sorte que personne ne dépasse les bornes et que les évènements se déroulent dans le calme. Si la situation dégénérait, alors là seulement, elle se promettrait d’agir. Les querelles politiques n’étaient pas faites pour elle, telle était l’intime conviction qui germait dans sa poitrine. Si seulement elle pouvait redevenir le symbole de protection qu'elle voulait représenter.

Dès lors, l’ancienne policière s’était reculée, sur le côté, loin de l’agitation principale, muette face aux opposants, aveugle face aux regards, sourde face aux discours vendeurs. Il y avait comme une bulle qui l’enveloppait, solide et inébranlable, que seuls les signes d’agitation ou quelqu’un qui aurait décidé de s’adresser à elle pourrait briser. Voilà à quoi se résumait son rôle jusqu’à présent. Le temps passait, comme au ralenti. Diana ressentait comme une sensation de déjà vu plutôt intense, peut-être était-ce cela, sa vie d’avant ? Jamais elle ne pourrait le dire. Un seul souvenir la narguait dans son esprit. Elle aurait tellement voulu l’oublier. Mais il n’y avait que cela, au milieu du brouillard, des morts, du sang, des cris. Elle secouait la tête, quand ces images lui revenaient piquer ses entrailles. C’était même ce qu’elle faisait, quand soudain, elle avait capté un regard. Celui-ci ne présageait rien de bon. Cette lueur, elle la connaissait. C’était… Déjà trop tard, quand Diana avait essayé de comprendre.

Un cri, une détonation, un souffle puissant, puis le vide.

Quand la rousse rouvrit les yeux, la douleur lui rappela qu’elle vivait toujours. C’était forcément un bon signe. D’autant qu’elle pouvait sentir chacun de ses membres, chaque parcelle de son corps. C’était le plus important, lors d’une explosion. Quelqu’un semblait piétiner son cerveau à lui en donner la tête qui tourne. Diana pouvait sentir le sang couler de ses bras, sa vue était trouble, mais elle pouvait deviner qu’au final, elle pourrait se débrouiller. Ne pas avoir besoin d’aide. Pour mieux apporter la sienne. Car désormais, c’était elle qui devait intervenir, les états de crise, elle connaissait. Elle en avait vécu, au moins une fois, c’était sûr. Ses jambes acceptèrent de soutenir son poids. Elle pouvait voir les morts, trop nombreux. Et pourtant, son cœur restait froid et indifférent. Elle détourna les yeux. Les vivants étaient plus importants. Dégager un passage, trouver un refuge, calmer le jeu. Diana souffla, la poussière qu’avait provoquée l’explosion était presque entièrement tombée. La sortie se trouvait non loin.

« Que ceux qui peuvent se lever viennent se réfugier par ici ! Prenez les blessés, personne ne doit être laissé de côté ! »

Elle ne pouvait pas savoir si quelqu’un l’écouterait, sa voix était étouffée par la poussière qu’elle respirait et les toux qui tentaient de faire sortir celle-ci. Ses bras l’élançaient, mais la douleur restait négligeable une fois l’adrénaline sur le devant de la scène. Diana ne cherchait cependant pas à aider des blessés, mais plutôt à déblayer la voie pour ceux-ci. Elle soulevait les tables, les bancs qui s’étaient renversés, elle repoussait tout ce qui pouvait obstruer la route. A chaque effort, le sang se mettait à affluer plus fort hors des plaies, sa tête commençait à tourner de plus en plus. Sa vision n’avait pas décidé à redevenir nette. Néanmoins, il y avait plus important. Après s’être frayée un chemin vers la sortie, elle déboucha vers l’espace de détente, ou ce qu’elle prit pour, au vu des installations présentes. Son cœur tambourinait dans sa poitrine, et le sang contre ses tempes. Il n’y avait toujours aucune minute à perdre. L’endroit pouvait se reconvertir en refuge, maintenant, il fallait y mener les blessés, les acheminer jusque-là. Sans rien lâcher. Continuer d’œuvre pour l’Humanité si fragile face à ces gens que la raison avait abandonnés. Diana ne voulait pas encore y penser, pourquoi cette femme avait ça, sans penser aux conséquences, sans se demander ce qu’il en adviendrait. Le mal pour faire le mal. Peu importe comment cette femme, qui désormais ne se résumait plus qu’à un tas de chair en lambeaux, voyait son acte. Qu’il fut patriotique ou charitable dans son esprit corrompu ne le transformait pas en bonne action, à l’extérieur.

L’évacuation continua, lentement, surement. Diana tentait d’indiquer le chemin, par des gestes, des mots, des regards. Soutenant moralement, quand elle ne soulevait pas des décombres pour libérer des corps, morts, ou non. Elle était une machine, dressée à servir, inépuisable tant qu’elle n’aurait pas terminé son but. Tant que tout le monde ne serait pas en sécurité. Aider. Indiquer. Sauver. Ne pas penser. Ne pas avoir mal. Ne rien lâcher, même si la conscience semble vous filer entre les doigts. Etre le bon chien policier qu’on lui avait appris à être.
Codage by TAC

_________________

CornflowerBlue
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Break [WK-911]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Russe, Allemand, Français, Italien (bribes)

MessageSujet: Re: [EVENT] Ramasser les morceaux   Dim 19 Avr 2015 - 14:08

Il n'avait rien vu venir...

La discussion s'était enlisée. Chacun disant exactement la même chose tout en étant persuadé de proposer une valeur ajoutée par rapport à celui qui venait de s'exprimer. S'il avait tenté de continuer à traduire un minimum pour ceux qui le désirait, il avait finir par s'en tenir au strict minimum. C'était de toute façon toujours la même chose. Le panier de crabe était devenu intergalactique, c'était bien tout. Sans s'en rendre compte, il était passé en pilotage automatique, attendant simplement que quelque chose sorte du refrain répétitif de ce pseudo débat. Il n'avait pas prévu que ça pourrait ça.

Il n'avait pas fait attention à la jeune femme avant de l'entendre hurler à la périphérie de son champ de vision. Était-elle restée particulièrement discrète avant de se jeter dans l'action ainsi, ou était-elle simplement de son mauvais côté, il n'en savait rien. Il avait à peine eut le temps de comprendre. Il avait vaguement eut l'impression d'être visé. Les choses se passaient trop vite pour que son seul oeil valide puisse proposer une meilleure parade. Par réflexe, WK se replia sur lui-même, son bras gauche protégeant son visage, sa jambe couvrant son ventre. Ça n'avait été qu'un réflexe irraisonné, il n'avait pas eu le temps de comprendre ce qui allait se passer. Mais ce simple réflexe l'avait sans doute sauvé.

La déflagration avait frappé, son souffle avait envoyé voler la table où il s'était assis. Le vacarme de l'explosion s'était vu amplifié par les hurlements surpris des gens présents. Mais il n'avait pas hurlé, ce n'était pas possible. La douleur était tellement violente qu'il ne restait pas suffisamment d'énergie à son corps pour hurler. Il n'y avait plus la place de penser... Il n'avait pas décidé de se rouler ainsi par terre pour étouffer les flammes qui étaient encore accrochées à ses vêtements, ou du moins ce qu'il en restait. Le moindre mouvement lui faisait voler la conscience en éclat. La fumée était trop épaisse, trop poussiéreuse pour qu'il puisse voir dans quel état était sa jambe. Il palpa, doucement. Il n'y avait pas de doucement. La chair était à vif, la peau était devenue si fine sous la brûlure qu'un simple frôlement suffisait à relancer la douleur. Il palpa plus loin... Son dos aussi avait été fortement touché, mais dans une moindre mesure.

Il fallait qu'il sorte de là. Il voulut se remettre debout, mais il était impossible d'avancer dans l'état. Il était saisi de vertiges et manquait vomir au moindre pas. Il retomba presque aussitôt.  Il attrapa sur son dos la blouse dont il s'était servi de cape et l'enroula sommairement autour de sa jambe gauche pour la protéger un minimum. À travers le vacarme, il entendit la voix de la rousse. Elle avait trouvé une sortie. À travers la douleur, il tâcha d'enregistrer où elle était. La traversée serait longue et douloureuse. Il allait falloir ramper à travers le réfectoire. En se tordant suffisamment, il pouvait mettre sa jambe gauche en appui sur la droite et ainsi lui éviter tout contact avec le sol. Ses bras allaient devoir faire le reste du travail. Il déchira un morceau de son pull qu'il se fourra dans la bouche pour s'empêcher de se mordre sous l'effet combiné de l'effort et de la douleur. Il tira ses manches sur ses mains pour les protéger des objets métalliques qui avaient chauffé à cause de l'explosion. Il eût un vague sourire en pensant qu'il avait bien choisi sa tenue...

Et la traversée commença en direction de la voix de la rousse, qu'il supposait être aux environs de l'espace détente...

_________________

Mais avec un seul oeil, il est impossible de tout voir n'est-ce pas ?
Voir le profil de l'utilisateur
Shitaka Maemune [HK-777]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: Japonais
Langue(s) apprise(s): Anglais

MessageSujet: Re: [EVENT] Ramasser les morceaux   Ven 1 Mai 2015 - 14:33


Et voilà que l’un d’eux se mettait à se défendre quant au fait qu’ils voulaient élire un tyran… Ne se rendait-il par compte que c’est ce qu’ils essayaient de faire quelques minutes plus tôt.
Une chose était sure, ils étaient mal organisé… Et la faute lui revenait tout de même sur le dos… Elle s’était jetée dans le tas comme ça… Sans aucun véritable plan en tête. A présent, la moindre personne un peu ambitieuse voulait diriger ce bâtiment, avec ou non de mauvaises idées derrière la tête, cependant ils ne sauraient jamais. Il fallait que tout le monde se mette d’accord sur comment organiser de véritables élections. C’était bien humain que les personnes présentent veulent se présenter au poste, ou bien c’était ce que son cœur lui disait à ce moment.

Soudainement elle avait senti son poil se hérissait sur les bras et sur sa nuque. Une personne avait attiré son attention et Himiko ne sentait rien qui vaille. Cependant c’était une sensation vraiment trop étrange et nouvelle depuis son réveil pour qu’elle se doute de quelque chose.
C’est là que cette même personne se mit à hurler et à courir dans sa direction, il lui semblait, avant de se faire exploser.

Si elle avait eu le temps, elle aurait pris soin de mettre à terre le traducteur avant que celui-ci prenne de nombreux dégâts. Son instinct lui avait ordonné de se cacher sous la table. Aussi avait-elle évité blessures et taches de sang. Elle ne savait pas trop ce qu’elle avait fait, son corps avait agi tout seul.
L’asiatique s’était relevée quelques secondes plus tard, pour assister à un spectacle effroyable. De nombreux blessés et… des morts peut-être ? Recouvert pas un tas de morceaux de chair humaine et de sang. Himiko mit rapidement sa main à la bouche, dans un haut le cœur. Ce n’était pas le moment de rajouter un peu plus de dégout à la scène…
Malgré l’horreur qui se tenait devant elle, persuadée de n’avoir jamais vu telle chose dans sa vie, elle était restée quelques secondes à ne rien faire, à se demander justement ce qu’il fallait faire dans ce genre de situation.
C’est là qu’elle entendit la voix de la rousse qui répétait déjà depuis quelques secondes qu’il fallait sortir les blesser et les amener ailleurs. Sa lucidité reprit le dessus ! Ailleurs mais où ? Elle la voyait maintenant déblayer le chemin dans la salle suivante. C’est à priori là qu’elle voulait les laisser.
Il fallait néanmoins trouver une infirmerie, quelque chose pour pouvoir soigner les blesser.

Après un rapide coup d’œil, elle s’aperçut qu’elle était sans doute ou presque la seule à ne pas être blessée. Elle irait donc à l’infirmerie ! S’il y en avait une… Mais il devait forcément y en avoir une sur l’Eléonor.
Et comme on ne sortait pas de table sans prendre un plat à ramener dans la cuisine, Himiko décida d’aider un blessé à aller dans l’autre salle avant de sprinter jusqu’à l’infirmerie.
C’est à ce moment précis qu’elle retrouva de vue le traducteur qui était dans un sale état. Elle regrettait de ne pas avoir réussi à l’avoir sauvé de ses blessures avant l’explosion alors elle voulait l’aider à présent plus que quiconque dans cette salle. Et puis la plupart des blessés pouvaient se déplacer jusqu’à la prochaine salle.

Évitant sang et débris du mieux possible, elle posa un genou près de WK. Elle vit tout de suite qu’il était brulé, le transporter n’allait pas lui faire du bien, mais ce ne serait que quelques mètres rapide de douleur comparée à son long périple à ramper.


« Hey, désolée d’avance. » dit-elle avant de le retourner, sans trop de ménagement.

Il fallait faire vite, elle était sure que l’homme comprendrait… ou presque.

Elle le porta ensuite, en position princesse… C’est là qu’elle s’était surestimée parce qu’il était lourd le bougre, enfin c’était normal. Elle réussit néanmoins à le porter jusqu’à la salle en passant devant la rousse, lui faisant un signe de tête.


« Je vais chercher l’infirmerie et ramener des trucs ! »

Elle déposa ensuite WK au sol, délicatement, avant de courir dans le couloir.
Himiko chercha un panneau de contrôle pour examiner un plan et voir où se trouver une infirmerie ou quelque chose de ce genre. Elle se sentait stupide de ne jamais avoir regardé cela auparavant alors que l’I.A elle-même lui avait dit qu’un plan était disponible dans tous les panneaux de contrôle du vaisseau.

Après une minute Himiko remarqua qu’il y avait une « clinique » au pont supérieur. La jeune femme tenta de sauvegarder l’image du plan dans son esprit avant de partir au niveau A. Au cas où, il y aurait aussi de toute façon des panneaux de contrôle dans cette partie du vaisseau.


Quelques minutes plus tard, l’asiatique ouvrit la porte de la clinique… Et elle en fut bouche bée. Elle était immense avec une multitude d’appareil plus bizarres les uns que les autres…


« Ok… Je veux juste du désinfectant et des bandelettes… »

Elle commença à fouiller tous ce qu’elle pouvait, sans faire vraiment attention au désordre qu’elle causait… Après tout, c’était urgent !


« J’ai ce qu’il faut ! Je crois… » Annonça-t-elle en revenant dans la salle qui était déjà un peu plus remplit qu’à son départ.
Elle posa tout sur une table. Il y avait vraiment de tout, mais ce dont ils n’avaient surement pas besoin. Mais peut-être qu’il y avait un médecin qui pourrait les aider parmi eux. Elle dit de son mieux à commencer à s’occuper de l’un des blessés.


[hrp : désolée pour la longueur j'ai beaucoup avancé.]

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Elzia Jdanov [JR-573]
avatar


Votre personnage
Âge: 26 ans
Langue maternelle: Russe
Langue(s) apprise(s): Allemand et Chinois (Parlées)

MessageSujet: Re: [EVENT] Ramasser les morceaux   Mar 9 Juin 2015 - 3:29

L'explosion tonitruante qui mis fin au débat et par la même occasion envoya au tapis la plupart de l'assistance, assourdi pendant un certain temps la jeune femme. Hélas de sa position privilégiée elle eut tout le loisir d'observer la scène, les lumières produites par la détonation se chargeant ensuite d'imprimer sur sa rétine chaque image d'épouvante pour entacher son cerveau d'une autre marque indélébile. Deuxième. Ou bien troisième fois, qu'elle échappait à la mort ?

Pas le temps d'y penser. Sang. Sueur. Larme et cris. Elzia indemne mais pourtant couverte du sang de l'homme qui s'était dressé devant-elle un peu plus tôt, entreprit de se lever constatant avec soulagement l’absence de blessures. Le pauvre malheureux n'avait pas eu cette chance, s'étant pris l'onde de choc de plein fouet.  

Elle entendit alors une voix et sans vraiment en avoir conscience se dirigea vers la source, guère éloigné de son maigre refuge. Elle ne croisa pas de blessé ou bien ne s'en souvint pas puisqu'il ne lui semblât s'écouler qu'une micro seconde avant de se retrouver dans la clarté irréelle de cette autre pièce. La fumée, mêlée de poussière formant une brume devant ses yeux n'était donc pas un obscurcissement de sa vision, mais juste le résultat logique de l'explosion logique, d'une bombe humaine logique. Ce constat simple, logique, fit sourire Elzia qui s'infligea immédiatement une bonne claque pestant contre elle-même. Ce n'était pas l'heure de sombrer dans un état second. L'auto-remontrance eut l'effet escompté puisqu'elle recouvrit assez de lucidité pour vouloir se rendre utile. Penchée au dessus d'une table sur laquelle reposait un ensemble d'outils, de médicament et autre bandages familier elle se laissa entraîner par l'instant.  

-Qu'on m'apporte des gants, s'il n'y en a pas de l'eau bouillante ou de l’alcool. Vite ! Elle ne saurait peu-être jamais à qui elle venait de s'adresser.Toi ! Elle pointa du doigt un type qui passait Traducteur, Vite.

Il fallait qu'ils s'organisent, elle ne se souvenait d'aucune manière de le faire mais il le fallait, cela au moins pouvait-elle l'affirmer. Ne pas se poser de questions. Ni quand à comment elle prenait la chose aussi bien, ni quand à pourquoi elle réagissait comme par réflexe, ni même quand à ce qui avait bien pu passer par la tête de cette folle à lier. Pas de question on t'as dit cerveau !

-Traducteur ? Elle demandait au cas où. Sait-on jamais il y'en avait bien un non ? Avant ? Aucune idée trop de flou. Que quelqu'un allonge les blessés, les moins atteints au fond de la pièce, les plus graves proche de la sortie. Je veux aucun bobo ici, on verra ça plus tard. Je veux, un ravitaillement en médicament. Je veux que quelqu'un trouve des brancards ou tout autre chose permettant de transporter les blessés. Je veux qu'on prépare un minimum l'infirmerie si possible.

Elle balançait des ordres intelligiblement ne sachant trop lesquels serait suivis mais bon, advienne que pourra ! Ceci-dit elle se pencha sur son premier patient. Un homme, jeune, 25 à 35 ans, brûlures -pas étonnant bordel- sur la jambe en grande partie. Elle pris sur la table un instrument en forme de stylet le réglât et en sortit une fine lame laser, découpa le pantalon le plus délicatement possible conte tenue de l'urgence et révéla l'étendu de l'affection. Il se tenait dans une posture bizarre qui suggérait une gène dans son dos.

-Assis. Je regarde votre dos dans un instant.

La jambe se trouvait dans un sale état. Quelle procédure ? Appliquer le gel anti-inflammatoire puis éliminer les chaires mortes ou l'inverse ? Merde ! En attendant elle se saisit du dit gel. Heureusement présent sûr la table. Examinant le flacon elle frémit. Du Chinois ?!

-Regarde. Samidor ou bien Antibrulgel ? Elle montrait frénétiquement un endroit de la bonbonne. Allez aide moi à sauver ta jambe mec ! Elle déposa le médicament et rejoignit le stock d’ustensiles divers pour s'y équiper d'une batterie pour le scalpel, de bande, de désinfectant ainsi que d'une lampe frontale.

-Et ces gants !? Cria-t-elle en se retournant vers le bonhomme mal en point.
Voir le profil de l'utilisateur
Mathew Johnson [NS-257]
avatar


Votre personnage
Âge: 22
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Aucune

MessageSujet: Re: [EVENT] Ramasser les morceaux   Mar 9 Juin 2015 - 11:42

Je m'étais mis de côté proche de la porte de sortie après avoir fini mon discours, pouvant ainsi observer et écouter l'assistance tout en attendant que quelqu'un puisse m'emmener vers la salle pour rassembler toutes les personnes réveillées dans un même lieu et ainsi faire un vrai débat. Honnêtement la politique ne me plaisait guère. Mais il fallait bien avoir quelques règles dans ce vaisseau avant que tout dégénère.

Pendant que j'étais quelque peu absorbé par mes pensées je vis un mouvement étrange dans le réfectoire. Un femme s'était mise à courir vers le rousse et notre traducteur. Je l'entendit crier une phrase avant d'entendre la déflagration d'une explosion. Je fus projeté en arrière et sentit une vive douleur dans mon avant bras droit et dans ma jambe déjà blessée. Au moment de retomber au sol, j'eus du mal à respirer pendant quelques secondes à cause du choc. Pendant un moment je ne vis que poussière et n'entendis qu'hurlement et cris de surprise et de douleur de la part des personnes présentes au moment de l'explosion.

Après ces quelques secondes, je parvins à me redressé. Mon pantalon noir ne permettait pas de voir la couleur rouge du sang cependant en posant ma main, je sentis que le tissu était légèrement moite à cause du sang mais le saignement n'avait pas l'air très intense. En tout cas un chose est sûre, je ne voulais pas me vider de mon sang que ce soit au niveau de la jambe ou du bras, j'avais déjà donner à mon réveil.

J'entendis alors la voix de la rousse. Elle avait trouvé un endroit sûre pour les blessés. Je réussis alors à ma lever t'en bien que mal et me mis en route vers la voix. Pendant mon chemin, je ne vis qu'un corps allongé par terre. Je m'accroupis alors à côté du corps inerte et essayai de sentir un pouls. Il n'y en avait aucun. Cette personne que je ne connaissais pas était morte dans l'explosion. Je me remis alors en marche vers le lieu sûr laissant le cadavre que je ne pourrai de toute façon pas trainer avec un avant bras et une jambe estropiés.

Enfin parvenue là où les blessés étés mis, au moment de rentrer je vu une fille sortir en courant de la pièce mais cela ne m'interpella pas longtemps car je vu WK allongé par terre. Ses blessures semblaient très sérieuses. Une des femmes qui étaient intervenues lors du long débat, se mis à découper le pantalon du blessé et on pu voir l'étendu des dégâts. La vue de la blessure ne me fis ni chaud ni froid, j'avais vu pire. Mais je voulais soutenir les blessés comme je pouvais car dans mon état allée faire des cavalcades dans le vaisseaux pour trouver des brancards et autres n'était pas possibles.

Je vis alors le jeune fill qui était sortie à mon entrée revenir avec les bras pleins de médicaments et nécessaires pour soigner. Je me dirigeais donc là où elle avait déposé ses trouvailles pour trouver quelques choses pouvant être utile. J'arrivai en même temps que la femme qui était avec WK, elle commença à prendre ce qu'il lui était nécessaire et demanda des gants. Observant la table je n'en vis pas... Mais en laissant mon regard se balader pour voir l'état des autres blessés je vis des gants par terre près de la porte empruntée par la personne ayant ramener les ustensiles, ils avaient dû tomber au moment de l'entrée. Je suis donc allé les chercher et les donner à la soigneuse de WK.

M'asseyant comme je pouvais à côté de WK, je tendis les gants à la dame:

- Tenez je viens de trouver des gants. Que puis-je faire pour aider dans mon état? Dois-je tenir la main aux blessés et les rassurer?

En regardant plus précisément la salle où nous étions, je pus découvrir des instruments de musique dans un coin de la grande salle. Et un déclic se fit. Je savais jouer de certains de ces instruments. Ce n'était surement pas le moment d'en jouer mais peut être que cela pouvait détendre les malades et les empêcher d'avoir une surplus de stress?

- Et je sais jouer de la musique, rajoutais-je, cela pourrait relaxer un minimum les blessés... Et je sais aussi chanter.

Cette dernière phrase était venue toute seule comme si j'avais l'habitude de chanter et que c'était ma nature de la faire.

_________________

♫  « La musique est le domaine des démons. » ♫

Thomas Mann
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Kaiser [LV-493]
avatar


Votre personnage
Âge: 26 ans
Langue maternelle: Allemand
Langue(s) apprise(s): Anglais, russe

MessageSujet: Re: [EVENT] Ramasser les morceaux   Mar 9 Juin 2015 - 14:43

Un cri et... Pas le temps. De réfléchir, d'agir. Il aurait voulu se jeter sur son camarade, le protéger. Ou au moins protéger quelqu'un... Mais pas le temps. Il eut juste le réflexe de se jeter au sol en se protégeant la tête de ses avant-bras.

Fumée, feu, cendres. Des cris. Des cris de douleurs, des ordres. Pêle-mêle. Le tout s’enchevêtraient sans pouvoir en démêler les provenances. Quel bordel... Il se releva. Tout était flou, il n'y voyait plus rien. Tout se mélangeait dans son champ de vision. Les couleurs, les formes. Plus de sens. A l'oreille, il reconnu la voix forte de la rousse. Elle avait réagi très vite. Mais pas question qu'il traîne. Malgré sa vision trouble, il se releva et suivit son exemple. La voilà qui donnait des directives, montrait le chemin. Il se mit alors à traduire ses dires, rapidement, sans s'arrêter à chaque mot incompréhensible à ses oreilles. Il s'agenouilla devant plusieurs personnes, vérifiant qu'elle était à même d'évacuer la salle par elle-même. Finalement, il tomba sur un homme qui titubait, éperdu. Il le prit solidement aux épaules et, doucement, ils prirent ensemble la direction de la sortie.

Erwin l'amena jusqu'au refuge et le déposa au sol. Il semblait bien atteint mais il ne se sentait pas en mesure de le soigner. Il repartit alors pour le réfectoire et fit de nombreux allers-retours afin d'évacuer les blessés. Pour la plupart, les gens se laissaient faire, trop faibles ou perdus pour résister. Il les rassura comme il pu, traduisant plus ou moins bien dans les quelques langues qu'il avait en tête. Enfin, il revint une dernière fois dans le réfectoire. Une annonce de l'I.A. déclarait que la salle allait être fermée pour cause de dégâts importants. Il jeta un regard circulaire sur l'ensemble de la pièce. Il n'y avait plus que des morts à présent. Un beau chaos. Ne s'arrêtant pas plus à pleurer les cadavres, il s'approcha du point d'origine de l'explosion.

Des cendres. C'était tout ce qu'il restait de cette jeune femme. LV prit tout de même le temps de fouiller un peu les alentours, sait-on jamais. Mais rien. Sa vue n'étant pas revenu à la norme, il craignait de passer à côté de quelque chose d'important mais... Il ne pouvait plus rien faire. Il fit alors demi-tour et la salle se referma brutalement dans son dos. Rejoignant le refuge, il contempla un instant le sol jonché de blessés plus ou moins préoccupants. La nana de la photo avait prit les choses en main apparemment. Et elle criait à qui veut des ordres. Elle semblait parfaitement savoir ce qu'elle faisait... Apercevant le traducteur bien mal en point, il prit alors le temps de traduire quelques directives vraisemblablement urgentes qu'elle avait lancé.

C'est alors qu'il aperçut son ami. Le type blessé à la jambe sur lequel il avait veillé pendant quelques temps à l'infirmerie. .. NS ! C'est cela. Il avait pas l'air très en forme. Il semblerait que la blessure à sa jambe se soit rouverte. Malgré tout, il bougeait et voulait aider. Sans trop savoir pourquoi, il sentit une pointe d'inquiétude à son sujet. Décidé, il s'empara de bandelettes et s'agenouilla à côté de lui. Tout en lui faisant un bandage serré, il lui ordonna de ne pas bouger. Puis, voyant qu'il continuait de regarder les instruments au fond de la salle, il soupira. Lui, il n'y voyait franchement pas l'intérêt mais si ça pouvait lui faire plaisir et l'empêcher de bouger, il lui en récupéra un, lui tendit et fila.

Il y avait plus urgent. Celle qui s'improvisait médecin continuait de donner des directives dans tous les sens. Des brancards... Comment allaient-ils donc trouver ça... Quoique peut-être qu'il y en avait à l'infirmerie. Il héla la première personne qui passa près de lui et qui semblait à peu près indemne, il lui fit signe de le suivre : direction l'infirmerie et au pas de course !

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Break [WK-911]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Russe, Allemand, Français, Italien (bribes)

MessageSujet: Re: [EVENT] Ramasser les morceaux   Sam 22 Aoû 2015 - 9:50

Les choses allaient trop vite pour qu'il ait le temps de les comprendre à travers la douleur de sa jambe. Depuis le sol où il rampait, le réfectoire paraissait un continent entier... Quelle idée à la con putain... Il lui faudrait des heures pour arriver au bout, mais pas question de rester là. Soudain, il sentit quelqu'un à côté de lui, il reconnut l'asiatique de tout à l'heure lorsqu'elle bafouilla une excuse pour... pour quoi ?? Putain... Il eut du mal à retenir un hurlement lorsqu'elle le retourna pour le porter... Encore une fois, ça allait trop vite. Le temps qu'il comprenne la situation, elle l'avait déjà déposé dans la pièce d'à côté, pas le temps de la remercier qu'elle était déjà repartie.

Il espérait pouvoir respirer quelques minutes qu'une jeune femme s'affairait sur sa jambe. Il entendait qu'ici ou là, on demandait un traducteur. C'était comme ça qu'on avait commencé à l'appeler. C'était toujours plus pragmatique que WK. Sauf que là, c'était impossible. Les mots se mélangeaient dans sa tête. Il entendait toutes les voix dans toutes les langues possibles éclater dans son cerveau entre les vagues de douleur. Non franchement, il allait falloir que quelqu'un d'autre s'en charge...

La jeune femme qui l'auscultait était un mélange impossible d'attention et de brusquerie. Elle faisait au mieux pour l'ausculter sans lui faire mal, mais l'urgence avec laquelle elle donnait ses instructions ici et là ressortait sur les gestes qu'elle faisait. À moins que ça ne soit lui qui soit trop sensible... Son dos le gênait, elle s'en rendit compte mais considérait que l'urgence était sa jambe, chose avec laquelle il était plutôt d'accord. Elle lui colla une bonbonne sous le nez et lui intima l'ordre de traduire, ou plus exactement, de démêler dans les signes ce qu'était ce médicament. Putain, il n'était pas médecin, et il ne comprenait pas cette langue... Du chinois... il manquait plus que ça... Il n'avait jamais aimé cette langue, c'était infernal à prononcer, le moindre faux pas pouvait causer l'incident diplomatique, et il fallait près d'une quinzaine d'année avant de pouvoir profiter des subtilités... Putain c'était pas le moment de penser à ça... Mais il avait du mal à maintenir ses pensées dans le sens qu'il désirait. Il chercha désespérément un sens dans les traits sensés former des mots sur la bonbonne... Il y avait forcément une bouée quelque part dessus, quelque chose auquel il pourrait se raccrocher, un indice à donner à la femme... À force de se dévisser l'oeil, il regarda les signes jusqu'à qu'un attire son attention. Un flou dans le fond de sa mémoire, quelqu'un aimait cette langue, quelqu'un avait voulu partager avec lui... il y avait quelques signes dans le fond de sa tête...

Il pointa alors du doigt le signe qu'il avait reconnu :
"Ça, c'est le feu... ce signe, c'est le feu. Celui-là, peut-être l'eau ou le froid, quelque chose comme ça. Peux pas faire mieux..."

Il avait horreur de ça. Il était complètement impuissant, et même les mots, ses chers mots, ne pouvaient pas l'aider. Les seuls qui pouvaient l'aider, ils ne les aimaient pas. Putain de karma.

Il reconnut NS qui vint s'asseoir à côté de lui. Toujours aussi désireux d'aider. Il saignait, LV voulait le soigner mais comme il ne tenait pas en place c'était compliqué. Il finit par lui mettre un instrument de musique dans les mains. Celui-ci s'en réjouit : il allait pouvoir jouer pour rassurer et déstresser les blessés. Pitié non, pas ça... Il n'avait pas besoin qu'on le rassure, il n'était pas stressé, il avait mal. C'était tout. Il avait mal. Point final. Hors de la douleur, le reste était une masse floue sur laquelle il était obligé de se concentrer pour en tirer du sens. Il n'avait pas besoin qu'on rajoute des grattements de cordes à la masse... Finalement, le seul que ça allait déstresser, c'était NS lui-même... S'il n'avait pas eu aussi mal, il se serait dit que c'était déjà une bonne chose. Mais il préféra diriger sa rancoeur sur la bonbonne qu'il ne pouvait pas lire. C'était tout aussi inconstructif, mais au moins, personne ne lui en voudrait.

[HRP : je me permets de répondre même si c'est le tour de Diana, histoire de relancer. ^^ Si c'est pas bien dîtes moi, je mettrai ma réponse de côté pour plus tard]

_________________

Mais avec un seul oeil, il est impossible de tout voir n'est-ce pas ?
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé []



MessageSujet: Re: [EVENT] Ramasser les morceaux   

 

[EVENT] Ramasser les morceaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'automne en mille morceaux!
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

L'Eléonor ::  :: Confort :: Espace de détente