Mens sana in corpore sano [Priorité Erwin Kaiser]

Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Mens sana in corpore sano [Priorité Erwin Kaiser]   Mer 17 Sep 2014 - 13:43

Le trajet entre le secteur cryogénisation et le réfectoire de l'aéronef parut interminable à Vitus. Cela dit, la compagnie de LV-493 lui était des plus profitables et alors que tout deux déambulaient d'un pont à l'autre, l'instruction du matricule LM-118 commençait. C'était pour le jeune homme une délivrance totale que de percer certains des mystères qui l'entouraient, en profitant pour se faire des précieux éclaircissement de son collègue. Si plusieurs réponses ouvraient la porte à un plus grand nombre de questions qu'elles n'en résolvaient, au moins était-il rassurant d'être peu à peu en mesure de saisir toute la complexité, et dans un sens l'atrocité, de leurs situations.

Enfin, les deux hommes atteignirent le compartiment réfectoire. Bien qu'il s'efforçait de n'en rien montrer, LM était à bout de force. Il n'aurait pas tenu une demie heure de plus sans s'effondrer. En son for intérieur, le noiraud conjurait ses dieux de leur accorder, à LV et à lui, de la quiétude dans le lieu qu'ils s'apprêtaient à fouler. En effet, Vitus souhaitait se sustenter modestement en petit comité, et approfondir les questions soulevées jusqu'alors... Rien ne l'ennuierait plus dans pareilles circonstances qu'un trouble paix pataud.

Le réfectoire était une salle aux proportions impressionnantes, équipé de plusieurs terminaux qui semblaient permettre de passer commande. Pour l'heure, pas trace d'une seule âme dans les parages. Le matricule LM-118 exaltait. Après la délivrance de l'esprit allait donc intervenir celle du corps. Mens sana in corpore sano.

Avec les instructions de LV, il ne fallut pas plus de 20 secondes à Vitus pour apprendre à se servir des terminaux de commande. C'est ainsi que quelques instants seulement après la manipulation de l'appareil, les deux garçons se retrouvèrent attablés face à face. Devant Vitus, sur la table, une ration de riz blanc odorant, accompagné d'une modeste portion de canard laqué et de quelques légumes, ainsi que d'un raffiné thé de jasmin. Le service de nutrition à bord semblait capable de véritables prodiges. Les yeux rivés sur ceux de LV, le matricule LM patientait avant d'entamer son repas tant convoité, s'infligeant par là une véritable torture. Avant, il lui fallait parler.


- LV, en m'amenant au réfectoire alors que j'errais complètement égaré après mon réveil, vous m'avez été d'un grand secours. Ich werde dies nie vergessen, und es Ihnen angemessen vergelten, Sie dürfen mir vertrauen... Und darauf wünsche ich Ihnen einen guten Appetit.

A la première bouchée, le noiraud fut transporté. Il se remit à trembler, et dû lutter avec lui-même pour ne pas se ruer bestialement sur ce plat qu'une machine avait généré. Un tel comportement eut été inconvenant, indigne, en face de celui à qui, mine de rien, il devait la vie.

- Je dois vous paraitre bien minable, affamé de la sorte. J'ai si faim que je pourrais vraisemblablement passer les 24 heures à venir à me nourrir des merveilles que produisent ces machines... cela dit, ce ne serait pas très raisonnable, et je crains que mon organisme n'en fasse les frais. Autant donc se contenter de cette assiette, quand bien même ca n'a rien de facile.

LM-118, tout en ingurgitant avec délicatesses quelques autres fourchetées, abandonnait des regards réguliers au jeune homme, avec lequel il apparaissait avoir de nombreux points communs. Un lien de confiance était né et se renforçait de minute en minute. Le ton aimable, la mine résolue, la démarche légère et fluide, la volonté ferme, tout indiquait que LV méritait cette confiance que Vitus lui accordait.

- Herr Kollege, nous avons passablement conversé durant le trajet naguère, et vous avez daigné répondre à chacune de mes questions lorsque vous disposiez des réponses idoines. Si vous voulez bien, je suggère à présent que nous récapitulions tout ce que nous savons et que nous en tirions ensemble les conclusions adéquates. Pour vous, pour moi, pour notre avenir à tous.

[HJ] Trad.: Ich werde dies nie vergessen, und es Ihnen angemessen vergelten, Sie dürfen mir vertrauen... Und darauf wünsche ich Ihnen einen guten Appetit. --> Je ne l'oublierai pas, et je vous le revaudrai de manière appropriée, vous pouvez me faire confiance. Sur ce, je vous souhaite un bon appétit. [/HJ]

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Kaiser [LV-493]
avatar


Votre personnage
Âge: 26 ans
Langue maternelle: Allemand
Langue(s) apprise(s): Anglais, russe

MessageSujet: Re: Mens sana in corpore sano [Priorité Erwin Kaiser]   Jeu 16 Oct 2014 - 22:18

Alors que LV effectuait mécaniquement son salut militaire, voilà que son interlocuteur en faisait autant. Incroyable… D’habitude, lorsqu’il l’exécutait, cela avait davantage tendance à effrayer quelques peu la personne face à lui ou la rebuter voire carrément l’écœurer. Ce qu’il avait bien du mal à comprendre… Non, en vérité, cela l’avait choqué. Certes, il est évident que toutes les personnes à bord ne partagent pas les mêmes valeurs mais alors autant rester ouvert ! Et ne pas réprouver la coutume d’autrui. Dans le fond, ça l’avait blessé. Profondément blessé même. Car… Peut-être bien qu’ils avaient raison. Peut-être que ce signe qu’il faisait incarnait une idéologie méprisable, abominable. Comment savoir ? Il ne se basait que sur sa mémoire corporelle. Avait-il été quelqu’un de mauvais ? Il ne lui semblait pourtant pas. Mais aurait-ce été le cas … ? Ces questions étaient impitoyables. C’est pourquoi il les bannissait de son cerveau aussi longtemps qu’il se trouvait en présence de quelqu’un. Et puis là, ce n’était pas n’importe qui…

Notre homme s’était tourné et avait ouvert la marche, l’air sûr de lui. Il en était à se demander comment il allait bien pouvoir appeler ce qu’il percevait comme la nouvelle incarnation de l’autorité même. Ses interrogations pratiques furent très tôt interrompues. Une question. Quoi de plus naturel… Quoi de plus noble même ! Il répondit. Mais sa réponse en amena une autre, puis encore une, et une autre. Et les questions se multipliaient, se démultipliaient. Patient et compréhensif, le jeune homme prenait soin de répondre comme précédemment, du mieux qu’il put. Avec précision, donnant ses sources, décrivant et fournissant nombre de détails. La série de point d’interrogation ne fut tarie que par l’arrivée au réfectoire. Il était temps que son sieur se nourrisse d’autres choses que de considérations et images mentales. Il l’amena donc, non pas à une table, mais devant le poste de commande et là lui montra rapidement le fonctionnement de la console. Il fallait qu’il saisisse au plus vite le terrain sur lequel ils avaient été tous balancés. Comprendre et s’approprier les systèmes à l’œuvre. Ou mourir. En attendant, il alla s’assoir à une table isolée et continua de le détailler. Il n’en revenait toujours pas… Ce personnage semblait réunir absolument tout ce qu’ils pouvaient espérer d’un meneur. Mais il fallait à présent le faire accepter de tous. Ce n’était pas une mince affaire… Il ne doutait point des qualités de l’homme. Toutefois, les barrières du langage allaient constituer un frein sans doute puissant à l’élaboration d’un ensemble social. Comment leur expliquer qu’il était l’homme de la situation ? Pour lui, cela crevait les yeux. Cependant, ils n’avaient pas tous la même perception, c’était attesté. Restait à voir s’il parlait d’autres langues de fait… Ou des talents insoupçonnés de mime, qui sait ?

Son Kamerad revint un plateau entre les mains qu’il déposa sur la table, entre eux deux. Un fumet curieux s’en échappait. D’un coup d’œil, LV inspecta. Le choix était, disons, inattendu. Pas pour autant désapprouvé. Plutôt surprenant, voilà tout. Mais qu’à cela ne tienne… C’était tout à fait appétissant. Il attendit que l’autre se serve puis prit sa part respective. Il allait sauter sur sa fourchette quand il sentit un regard peser sur lui. Il releva aussitôt la tête. LM le fixait intensément, comme si cela lui demandait un effort surhumain. Un seconde d’inquiétude électrisa son cerveau. Juste après, il prit la parole, le remercia et lui souhaita finalement un bon appétit. …C’était donc ça ? Seulement ça ? Des bonnes manières jusqu’au bout. C’était gratifiant certes. Il faut pourtant croire qu’il en avait perdu l’habitude après un moment passé dans ces entrailles de fer, à ne parler à personne. Il devenait urgent d’organiser une cohésion sociale… Les conflits menaçaient. L’animalité de chacun prête à sauter à la gorge du premier venu. Pour une question de bouffe, de fringues ou par pure provocation. Le futur leader se mit tranquillement à manger. La question sociale ne cessait de troubler LV. Il entama son repas, semi-inquiet.

Alors qu’un silence presque religieux s’était installé pour honorer les mets servis, son nouveau compagnon s’exprima derechef. Paraître minable… ? Ah s’il savait. S’il savait, tient ! Il convenait toutefois de garder ça pour un peu plus tard. Non pas qu’il veuille lui dissimuler le dessein qu’il projetait sur lui, mais le lui livrer trop tôt pouvait l’effrayer, semer le trouble… Il fallait en premier lieu gagner sa confiance. Un peu de temps était nécessaire. Quoi de mieux pour cela que de se placer comme informateur de choix ? Récapitulatif ? Oui, synthétisons l’ensemble des données.

- Que je sache, nous nous réveillons tous, indifféremment, sans aucun souvenir. Nous ignorons tout de notre passé et ce jusqu’à notre nom. C’est le seul point commun qui nous lie les uns aux autres. A part ça, la population est extrêmement hétéroclite : âge, sexe, nationalités, langues… Rien ne semble converger. Un nombre est difficile à poser, les réveils continuent de s’enchaîner. De la même façon, impossible de savoir depuis combien de temps nous sommes là. L’absence totale de repère temporel nous oblige à compter en cycle personnel, le temps est alors une conception très subjective. Je dirai que je suis réveillé depuis quelques mois et que nous devons avoir dépassé la cinquantaine de personnes réveillés. Outre cela, nous subissons tous le même réveil il semblerait, nous sortons de cryogénie. Quant à savoir ce que cela implique…

Il réfléchit un instant. Avant de reprendre son flot. Il revenait logiquement à son interlocuteur de tirer les conclusions qui s’imposaient.

- Outre cela, nous avons rapidement découvert que nous étions au beau milieu de l’espace, dans un vaisseau spatial nommé l’Eléonor. Ce dernier est dirigé entièrement pas une intelligence artificielle, l’I.A. Aucun équipage de personne physique. L’I.A. nous a toutefois fiat une annonce aussi intéressante que brève. Elle nous a transmis le dernier message reçu de la Terre. Celui-ci souhaitait bonne chance aux « grands gagnants ». Par ailleurs, selon des rumeurs, il semblerait que nous ayons une destination fixe, un certain système planétaire. Anthares ou quelque chose comme ça…

Il s’interrompit. Avait-il quelque chose à ajouter ? Il ne lui semblait pas. Il venait de résumer l’ensemble des questions-réponses, peut-être même un peu plus. Ah si !

- De façon plus concrète, il n’y a encore aucune organisation à bord. C’est l’anarchie totale et cela commence très sérieusement à peser, au fur et à mesure que la population croît. Par ailleurs, nous avons découvert certes de quoi nous nourrir mais aussi des lieux prévus au repos ainsi que des vêtements plus ordinaires et bien plus pratiques que ces blouses.

Il eut un mouvement de tête en direction de sa blouse. Il n’était pas peu fier d’arborer une tenue plus décente que cela. Un pantalon sombre, une chemise blanche. Voilà qui l’habillait davantage, dans tous les sens du terme. Bientôt, ce sera le tour de LM. La métamorphose ne faisait que commencer…

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Re: Mens sana in corpore sano [Priorité Erwin Kaiser]   Dim 2 Nov 2014 - 17:07

Faisant preuve de la meilleure attention pour son interlocuteur, Vitus ne s'en adonna pas moins à se sustenter. Il se régalait du contenu de son assiette tout en buvant les paroles du matricule LV.

Par un curieux hasard, le terme du discours de LV-493 et du repas de LM-118 coïncidèrent parfaitement. Le noiraud eut un sourire aimable pour son comparse, qu'il remercia chaleureusement.


- LV, vous êtes vraiment extraordinaire, je vous remercie. Vous venez de fort bien synthétiser la situation, et par là vous m'avez rassuré. J'étais tourmenté lorsque vous m'avez trouvé dans les tréfonds de l'Eléonore, sujet à de très sombres pensées, mais par vos actions ces dernières minutes, vous êtes parvenus à me libérer de nombreux poids... J'ai retrouvé un état d'esprit plus constructif et plus propice à améliorer notre situation à tous... Si vous me le permettez, je vais à présent vous livrer le fond de ma pensée.

Le noiraud marqua une pause appuyée. Attendant l'approbation de son comparse pour se livrer.

- Il y a plusieurs axes sur lesquels nous devons agir au plus vite. J'en devine trois principaux.

1) Il faut nous organiser, sans quoi le désordre va bientôt régner et nous anéantir. Les survivants doivent être accueillis, orientés, soignés si cela est nécessaire... A défaut, nous encourons le risque d'un chaos social, nous pourrions en venir à nous battre les uns contre les autres, à nous entretuer, et par là il va sans dire que nous mettrions potentiellement en danger notre survie à tous, dans la mesure où certains membres à bord de l'Eléonore disposent peut-être de compétences clés qui nous seront indispensables pour la suite de ce voyage.

2) Nous devons collecter toutes les données en lien avec notre périple actuel. Combien sommes nous à bord au total, quelles sont nos coordonnées de destination, combien de temps encore avant l'arrivée? Quelles ressources avons nous à disposition? A quelle vitesse voyageons-nous? Je vous ai entendu dire qu'en l'absence de repères, le temps devenait une notion très subjective... A dire vrai, on ne saurait mieux dire... Tout cela me remémore la formule d'un savant, qui, il y a de cela des temps immémoriaux, avait établi que l'énergie est égale à la masse multipliée par le carré de la vitesse de la lumière . Je ne comprends que partiellement les implications de cette formule, mais je l'ai étudiée dans ma jeunesse... C'est crucial pour nous. D'autres en savent peut-être davantage, nous devrions rechercher les talents parmi nous et leur assigner des tâches pour le bien être commun.

3) Enfin, pour notre santé mentale à tous, il serait de bon goût que nous trouvions le moyen de reconstruire notre passé, notre histoire individuelle, et l'histoire de la société qui nous a porté... La connaissance de nos origines nous aidera dans le règlement des difficultés du présent et dans l'esquisse des solutions d'avenir.


L'élément LM-118 s'était quelque peu emballé, livrant sans tabou le fruit de ses réflexions, produit de son cerveau en état d'ébullition. La tâche de l'équipage humain de l'Eléonore lui sembla subitement impossible à réaliser, tant elle était colossale. Ils devaient d'abord façonner un Etat à bord du vaisseau, prévoir des modes de résolution des conflits, pour éviter que la situation ne dégénère entre les individus ou les groupes d'individus. Parmi la multitude de pensées qui assaillaient son esprit, celles-ci semblaient revêtir la plus grande clarté, signe que par le passé, Vitus avait déjà été confronté à ce genre de problématiques. Le reste lui semblait bien plus flou, mais LM s'efforcerait de remédier à cet état de faits en temps opportun. Pour le reste, l'équipage devait impérativement s'assurer de comprendre les implications de leur voyage actuel et futur, et dans un troisième temps, veiller à recouvrer la mémoire, ce dernier point revêtant des implications cruciales, tant sur le plan personnel que sur le plan collectif.

- Mon empressement doit vous sembler bien risible... à peine réveillé, me voilà déjà à déblatérer de grands discours! Je suis néanmoins convaincu de l'importance des propos que nous échangeons en ce moment-même, et je crois deviné que vous partagez mes craintes et mes espoirs... LV... seriez-vous d'accord de devenir notre leader à tous? Vous semblez avoir toutes les qualités requises pour un tel poste. Je vous aiderai volontiers. Nous pourrions réunir tous les membres recensés à ce jour sur le vaisseau en une grande assemblée constituante, et chargés les plus aptes à structurer ce corps immense dont nous sommes tous un élément, potentiellement indispensable. Naturellement, la nécessité est telle que dès demain, nous devrions nous mettre à l'ouvrage. Qu'en dites-vous?

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Kaiser [LV-493]
avatar


Votre personnage
Âge: 26 ans
Langue maternelle: Allemand
Langue(s) apprise(s): Anglais, russe

MessageSujet: Re: Mens sana in corpore sano [Priorité Erwin Kaiser]   Sam 8 Nov 2014 - 14:56

Le discours de son compagnon ne faisait que structurer l’ensemble des réflexions qui avait traversé l’esprit, à un moment ou un autre, de notre homme. Toutefois, son cerveau ayant à peu près la consistance d’une éponge, il ne pouvait parvenir à organiser ces déductions, hiérarchiser les données et ainsi de suite. De sorte qu’il se trouvait forcément dans l’impasse. Sans savoir par où commencer. L’homme qui lui faisait face l’avait fait, non seulement de façon concise et efficace mais en plus, cela faisait à peine quelques heures qu’il devait être réveillé. Il avait perçu tous les enjeux en un rien de temps. Et ils partageaient la même conclusion : une structure sociale devait s’imposer. Le besoin crucial d’un leader. Un leader qui…

Hein ? Lui ?! Le sourire qu’il avait gardé pendant tout le monologue s’effaça soudain. Jusque-là il était parfaitement d’accord avec lui et affichait régulièrement son assentiment par un léger hochement de tête. Ca avait été d’ailleurs très agréable. Ils partageaient bien plus que la même langue. Plus que la culture même. Ils s’accordaient sur des valeurs, des principes. Mais là… Soudaine rupture. Un leader, lui ? L’idée lui parut tellement absurde qu’il ne put réprimer un petit rire, comme si son interlocuteur venait de faire un trait d’humour. Visiblement pas… Son visage demeurait très sérieux. Ce qu’il en disait… ? Vraiment ? Risible. Voilà. C’était le mot. Tout à fait risible. Les autres allaient lui rire au nez d’ailleurs. Non, pas question. Mais… Il avait tant d’estime pour lui. Ce qu’il disait le touchait car cela ne pouvait être complètement insensé. Un bon leader… Non. Il devait se tromper. Son jugement était biaisé. Il ne le connaissait que depuis une heure, tout au plus. Il lui avait porté secours et l’avait renseigné. Mais il jugeait bien trop vite. Non, non. Le leader idéal, c’était lui. De toute évidence. Cependant… Quoi de plus agréable que d’être élevé ainsi au-dessus des autres… Voilà qui était fort tentant. Voir enfin la reconnaissance de son travail… Attendez. De quel travail… ? Ca n’avait pas de sens. Avait-il œuvré par le passé pour s’élever de la sorte ? Quoi qu’il en soit, cela ne lui donnait aucune légitimité à ce jour pour prendre le pouvoir. Il n’en avait pas l’étoffe de toute façon. Ca crevait les yeux. Perdu dans ses réflexions, il commençait à faire attendre son compagnon. Sans faire attention, il le fixait intensément depuis un certain temps à présent. Voilà qui était gênant ! Il s’extirpa de sa rêverie brusquement. La réalité. Appréhender et gérer la réalité. Rien que la réalité.

- Il me semble que vous, vous feriez un leader idéal, sortit-il de but en blanc.

Il s’interrompit. Quelques instants. Le temps de savoir comment poursuivre… Comment s’expliquer sans trop bafouiller.

- Vous présentez les qualités réellement nécessaires pour nous guider. L’analyse que vous venez de me détailler le prouve bien. Vous avez su hiérarchiser en un rien de temps les informations que je vous ai confié pêle-mêle pour donner une priorité aux nombreux problèmes auxquels nous devons faire face. Et ce alors que vous êtes tout juste réveillés.

Il hésita à poursuivre. Devait-il livrer le fond de sa pensée ? Il réalisa que lui l’avait fait et LV décida dès lors de lui accorder sa pleine confiance. Persuadé de ne pouvoir être trahi par un homme de sa condition.

- En vérité, lorsque je vous ai trouvé, j’étais en recherche d’un leader. Je vous ai vu. Vous m’avez convaincu. Vous êtes l’homme que je cherchais. L’homme de la providence. N’en doutez pas. Je vous ai bien observé…

Il marqua une nouvelle pause. Pendant qu’il parlait, il l’avait fixé dans les yeux. L’air de dire qu’il ne pouvait pas en être autrement. Ce qui ne laissait pas la place au doute dans son esprit. Maintenant… Il tenait toutefois à l’assister dans sa tâche pour le moins délicate. Plus encore, le seconder. Il continua encore.

- Je tiens cependant à vous proposer mon aide. Je suis prêt à vous seconder. Je pense que notre alliance dans ce sens pourra être bien plus efficace que l’inverse. Après, vous êtes bien sûr libre de refuser… Ou de rompre si vous trouvez meilleur parti. Enfin rompre… Je veux dire comme rompre un contrat, c’est entendu hein… Je…

Il s’empourpra comme un adolescent face à une représentante de la gente féminine. Comment gâcher toute crédibilité… tout semblant de sérieux… Mon dieu. Il se haïssait à cet instant. Il toussota pour reprendre un brin de consistance avant d’ajouter d’un air faussement détaché :

- Enfin, vous avez raison. Tout cela doit tout de même attendre « demain ». Vous devez être exténué. Je puis vous conduire à un lit si vous le désirez…

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Re: Mens sana in corpore sano [Priorité Erwin Kaiser]   Jeu 20 Nov 2014 - 19:04

Vitus ne broncha pas à la première assertion de son collègue, quand bien même en son fort intérieur, un violent brasier s'était subitement ranimé. Interdit, le noiraud se contenta de brièvement détourner le regard, scrutant le réfectoire, avant de très lentement ramener la prunelle de ses yeux sur le visage de l'élément LV-493. Dans l'intervalle, l'autre garçon avait déjà repris son discours, sous le regard attentif et reconnaissant de Hirsch.

Alors qu'Erwin précisait sa pensée et se livrait, Vitus lui ne put s'empêcher d'admettre en lui que la situation telle que décrite par son collègue était en fait parfaitement juste, et qu'il présentait véritablement la solution idéale. Si LV ne se sentait pas l'étoffe d'un Leader, lui pouvait endosser ce rôle, il était prêt, et au fond de lui, il en avait très envie. Cela dit, le fait qu'à ses yeux, LV-493 puisse faire un excellent meneur lui aussi scellait l'alliance des deux jeunes hommes. Le tout n'en fut que plus évident lorsque, timidement, un brin maladroitement, le garçon qui un peu plus tôt avait sauvé Vitus en l'arrachant à la faim et à la mort lui suggéra de l'aider dans ce but. Avant d'évoquer déjà la rupture et de se confondre dans des explications peu claires, qui arrachèrent au noiraud un léger sourire.

D'un mouvement prompt, Vitus ramena son bras droit qui tombait le long de son corps au niveau de la table, à la hauteur de l'avant-bras de son collègue, qui reposait sur la surface entre eux deux. Alors qu'il articulait les premières syllabes de sa réponse, LM-118 effleura LV-493 à la hauteur du poignet, d'un geste gracile et éphémère, sensé lui témoigner tout sa reconnaissance et toute l'estime qu'il lui vouait.


- Je ne compte pas rompre. Pas avec vous, s'exprima Vitus, sans détourner le regard un seul instant, l'air espiègle, le ton de sa voix un brin provocateur.

- M'est avis que vous parlez juste LV. Il me faut y réfléchir sérieusement, cela dit, je serais dans tous les cas honoré de vous avoir pour allié dans mes entreprises. Je me sens proche de vous. Et ce ressenti transcende la seule promiscuité linguistique et culturelle qui découlent de nos origines communes. Puis-je suggérer que nous nous tutoyons?

Et alors qu'il esquissait sa question, une pensée étrange traversa l'esprit du matricule LM-118, pensée que celui-ci ne fut d'ailleurs pas capable de saisir complètement. Il lui manquait des connaissances, son réveil brouillait la signification exacte de l'idée qui s'était imposée à lui.

*** Dans l'optique où tout ceci devait finir par se réaliser, LV deviendrait... l'éminence Grise de l'éminence Rouge. ***

S'arrachant à cette pensée loufoque et troublante, il restait à LM à prendre position vis-à-vis de la dernière assertion de son collègue.

- Certes... Dormir serait une sage idée. Cela dit, si nous décidons de nous atteler au projet que nous avons évoqué ce soir, je crains fort que mon sommeil ne doive en souffrir quelque peu. Et cela commence dès à présent déjà. Je vais songer à ce dont nous avons parler...

Vitus marqua une pause. Puis enchaîna:

- Peut-être pourrions nous nous donner rendez-vous d'ici une dizaine d'heures. Nous entreprendrons d'abord de trouver des vêtements plus adaptés que cette blouse blanche, puis nous ratisserons le vaisseau en vue de réunir le plus grand nombre de passagers possibles, à qui nous expliquerons notre démarche. Ensuite, ils déciderons de nous suivre ou non... Les forces que nous allons éveillés à travers cette démarche sont toutefois redoutables. Il se pourrait que nous risquions nos vies...

Hirsch jeta un regard dédaigneux à la blouse qu'il portait. Certes, LV et LM risqueraient peut-être leur vie dans les prochaines heures en cherchant à imposer un ordre social à bord du vaisseau. Mais cette démarche devrait aussi leur permettre, à eux d'eux, de ne plus jamais avoir à porter les guenilles qui préservaient pour l'heure l'intégrité corporelle du noiraud au matricule LM-118.

_________________



Dernière édition par Vitus Hirsch le Jeu 27 Nov 2014 - 19:17, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Kaiser [LV-493]
avatar


Votre personnage
Âge: 26 ans
Langue maternelle: Allemand
Langue(s) apprise(s): Anglais, russe

MessageSujet: Re: Mens sana in corpore sano [Priorité Erwin Kaiser]   Mer 26 Nov 2014 - 21:52

Notre homme s’empourpra et ne put soutenir le regard de son interlocuteur. Il baissa les yeux sur la table au moment même où celui-ci l’effleura. Oh. Was ? Avait-il rêvé ou… ? Mais non. Impossible. Il jeta un coup à son interlocuteur, l’air vaguement méfiant. Il ne lui semblait pourtant pas que… Mais… Après tout… Que… Non, c’était invraisemblable. Etait-il sérieux ? Ou était-ce une blague de fort mauvais goût ? Décidemment pas. Il se sentit soudain mal à l’aise. Déconcentré, il tenta de rattraper tout de même son discours. Proche… Promiscuité… Commune… Se tutoyer ?! Il semblait pourtant bien sérieux. Non, non, il devait se faire des idées. Ça n’avait pas de sens. Il ne pouvait pas être… Être… Oh non.

LV essaya de toutes ses forces de ne pas y penser. Mais, évidemment, plus il s’y astreignait, plus cette idée le parasitait. Il écoutait à demi. Déconcentré. Déconcerté. La fin de sa tirade lui semblait néanmoins un peu trop… Dramatique. En mourir ? Pourquoi donc ? C’était absurde. Cependant… Ô joie. Il avait une porte de sortie valide pour ne pas se ridiculiser davantage. Son camarade devait dormir. Parfait. C’était sa chance.

Il se leva un peu plus précipitamment qu’il ne l’aurait voulu et l’invita à en faire autant d’un geste.

- Vous pouvez me tutoyer, bien sûr.

A ces mots, il eut pourtant le sentiment qu’il ne pourrait pas en faire autant. Comme si une hiérarchie les séparait. Une ligne infranchissable. Un respect obligé. …Un grade.

- N’y pensez plus. Enfin… N’y pense plus. Il faut que tu dormes. C’est une priorité absolue, tu dois être véritablement exténué. C’est même impressionnant que vous… que tu aies pu tenir jusque-là. Je vais te conduire à une chambre et te montrer comment tu peux te vêtir plus décemment que ça. Il ne te reste qu’à espérer trouver quelque chose à ta taille…

Sur ces paroles, il prit la direction des cabines, d’un pas vif. Il connaissait le chemin par cœur. Guider les gens entre le réfectoire et les cabines était devenu un peu trop habituel pour lui…

[HRP : Gaffe, t’as mis Erwin dans ton Rp à un moment :p
Quant à la suite, c'est comme tu veux. On peut arrêter là ou tu peux ouvrir un Rp aux cabines !]

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé []



MessageSujet: Re: Mens sana in corpore sano [Priorité Erwin Kaiser]   

 

Mens sana in corpore sano [Priorité Erwin Kaiser]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ϟ MENS SANA IN CORPORE SANO ϟ EVENT VI ϟ Groupe VII
» Mens sana in corpore sano (21.05 - 11h09)
» ϟ MENS SANA IN CORPORE SANO ϟ EVENT VI ϟ Groupe IV
» ϟ MENS SANA IN CORPORE SANO ϟ EVENT VI ϟ Groupe III
» Adam Lucas, mens sana in corpore sano

L'Eléonor ::  :: Mémoire externe :: RP