Yallah Chebeb! (PV Syrenn Vorelis)

Joan Trencavel [DM-892]
avatar


Votre personnage
Âge: 22 ans
Langue maternelle: Français
Langue(s) apprise(s): Anglais, Fusrat

MessageSujet: Yallah Chebeb! (PV Syrenn Vorelis)   Mar 29 Juil 2014 - 10:02

Enfin je tombais sur un endroit sympa! Après avoir déambulé pendant des heures dans ce vaisseau, eut par-ci par-là quelques vagues explications de ce qui se passait dans le coin, je découvrait ce pourquoi tout homme voudrait survivre: une table de billard. J'étais au préalable déjà tombé avant sur les quartiers de l'équipage et j'avais put m’engouffrer dans une chambre ouverte me semblant vide. J'y avait dégoté des fringues à peu près à ma taille et me voila donc flanqué d'un jean bleu et d'un polo noir. Le tout assez basique, mais c'est mieux comme ça. Je ne supportais plus cette blouse de toute façon.

J'entrais tranquillement dans cette salle. La dernière fois que j'avais joué au billard, et bien... Je m'en souviens plus. Mais les règles m'étaient familières, ainsi que le nom du jeu. Je laissais mes doigts caresser le bords de la table délicatement, comme si il s'agissait d'un objet religieux. Finalement, tout n'étais pas si mal sur ce vaisseau. Manquait plus qu'à trouver une bibliothèque et ce serait parfait. J'avais envie de lire des trucs. Oh je ne sais pas quoi, ne me souvenant de rien, mais des trucs, n'importe quoi aurait fait l'affaire.

Me positionnant au centre de la pièce, je prenais une grande bouffée d'air conditionné avant d'aller me laisser tomber sur ce qui semblait être un fauteuil. Penchant ma tête en arrière, je crus voir un stock d'objet me semblant familier. Me concentrant un peu, je peut découvrir un objet curieux, que j'avais dû surement connaître avant, mais dont rien ne me restait. Je le saisit sans difficulté et trouvait le bouton de démarrage. Et... Oh chouette un truc à lire! Mon esprit sautait de joie comme un enfant de 6 ans à qui on venait d'offrir un nouveau jouet. Voila que je me plongeai dans une lecture intense et approfondi de ce curieux objet. ça ne parlait pas de grand chose, une sorte de notice d'utilisation de quelque chose, mais le simple fait de lire me détendait à un point tel que je n'aurais pu l'imaginer. C'est comme si je renaissais à nouveau.

Tout n'est pas si catastrophique finalement...

J'avais dis ça tout seul, personne n'avait dû m'entendre. Et même si ils m'avaient entendu, encore fallait-il qu'ils me comprennent. J'avais vite remarqué les difficultés de communication entre tous le monde, ce qui n'optimisait pas notre action. Faudra faire avec.

Seulement voila, cela faisait seulement une dizaine de petites minutes que je lisais seul que j’eus la soudaine impression que l'on m'observait. Vous savez, ce sentiment étrange qui veut que, alors que l'on ne voit rien, on sait que quelque chose vous voit... Bin moi j'aime pas ça! Mon encéphale venait de tilter comme une alarme micro-onde dans ma tête. ça fait du bruit, mais ça refroidi vite. Tentant d'évaluer la "menace potentielle" je jetais brièvement un coup d’œil autour de moi. Rien... Je repris la lecture. mais une minute après, même pas d'ailleurs, je ressentis la même chose, encore plus près. Je posais ma trouvaille, me décidant à vérifier de plus près afin d'être sûr et je me levais. Sans même commencer à fouiller, je lançais:

Il y a quelqu'un?

_________________

identité     Mémoires
Voir le profil de l'utilisateur
Syrenn Vorelis [HC-282]
avatar


Votre personnage
Âge: 10 ans
Langue maternelle: Arabe
Langue(s) apprise(s): bribes d'anglais

MessageSujet: Re: Yallah Chebeb! (PV Syrenn Vorelis)   Mer 6 Aoû 2014 - 0:58

L’enfant observait naturellement beaucoup. C’était pour lui un choix de sureté et de stabilité. Il gardait ses distances, se faisait discret, ne se faisait pas trop remarquer au possible et tentait de temps à autres de se rendre utile mais il restait un mauvais point dans tout cela. Ses difficultés à comprendre les grandes personnes. Elles avaient des manies étranges. Se regroupaient, parfois restaient seules ou encore émettaient des sons semblant viser quelque chose. A chaque fois que le jeune garçon avait tenté de se rapprocher pour en capter d’avantage, il n’en avait pas compris plus. Parfois même, ces sonorités étaient échangées comme un jeu de ballon oral. Ils faisaient des passes, changeaient les variations et c’était là une faculté que l’enfant s’était mis à admirer. Ils avaient cette capacité étrange que certainement, toutes les grandes personnes devaient avoir. Il en était même venu à se dire que ce devait être pour eux un moyen de ne pas avoir peur. Il commençait après tout sérieusement à se demander si les grandes personnes n’avaient vraiment peur de rien. Le jeune garçon savait que plus tard, il deviendrait peut-être comme eux. Un peu plus grand, il aurait sans aucun doute moins peur. Il n’était malgré tout pas certain de quand ou encore comment et s’il y avait un remède miracle à sa petite taille et ses peurs qui ne semblaient pas oppresser les grandes personnes, alors il était bien décidé à se le procurer.

La première chose à faire était de trouver un spécimen. Une grande personne qui ne serait pas trop difficile à examiner dans les moindres détails. Il ne relevait pas ici seulement dans sa situation. Il n’avait croisé personne dans son cas jusqu’à présent mais il était tout à fait possible qu’un autre arrive. Il était arrivé imparfait, quelles garanties avait-il qu’il en soit l’unique victime. Il s’en faisait un nouveau devoir car percevait d’hors-et-déjà cet alter égaux dans son imaginaire. Il ne savait pas encore comment seraient ses cheveux, ni la couleur de ses yeux mais savait qu’il serait gentil, fiable et bien plus effrayé que lui. Lorsqu’il devrait le protéger, il faudrait qu’il soit à même de le faire correctement. C’était encore une fois l’occasion de se rendre utile aussi, avant de se lancer dans sa chasse au parfait spécimen. Il se mit en situation d’embuscade, dans un coin calme, détourné du sens dans lequel allait la marche du couloir puis attendit. En dépit de son caractère légèrement hyperactif, lorsqu’il se faisait un devoir d’une certaine chose, patienter n’était en rien un problème. Plusieurs grandes personnes passèrent mais elles étaient trop collées l’unes à l’autre ou encore étaient trop effrayantes. L’enfant aurait put choisir son idole pour cette inspection mais préférait faire la surprise de revenir le voir en grande personne sans peur.

Enfin, le bon spécimen passa dans ce fameux couloir. Elle avait l’ait un peu louche mais de toutes celles qui étaient passées, c’était de loin le meilleur élément. Il ne se déplaçait pas en groupe et ne semblait pas suivre le même chemin que tous les autres. Il était ainsi bien plus simple à filer. Le jeune garçon attendit un peu que le bruit de ses pas se soit éloignés pour commencer à le suivre. Il conservait constamment une distance suffisante pour ne pas être entendu alors que ses pas plus légers lui accordaient une meilleure discrétion. Sa position lui permettait toujours de se réfugier à tout instant. Après tout, certaines grandes personnes s’énervaient facilement. Il s’assurait constamment de savoir exactement où se dirigeait cette personne. Celle-ci allait dans une direction assez fréquentée ces derniers temps. Un bon nombres de grandes personnes étaient allées par là. L’enfant s’inquiétait de croiser d’autres grandes personnes avec une même destination mais par chance ce ne fût pas le cas. Alors, il aurait dû abandonner son spécimen pour tenter d’en trouver un autre qui conviendrait tout aussi bien. Convenable et sans trop de risques. La destination, à cause de l’effervescence dans cette direction, il ne l’avait pas encore explorée. D’une certaine façon elle ne semblait pas très intéressante non plus. Dans son coin et sans entrer dans la pièce, il vit la grande personne farfouiller dans des tissus. Il était à présent temps d’imiter pour apprendre.

Dans la pièce juste à côté, le jeune garçon trouva des tissus similaires regroupés. Pour être certaine de ce qu’il faisait, il trottinait de temps à autres tout en souplesse devant l’autre pièce afin de s’assurer que ses gestes étaient le bon. Il tenta de trouver les tissus qui étaient les plus semblables à ceux que semblait choisir le spécimen. Il finit par identifier le tout comme des vêtements en vue de la façon dont la grande personne se comportait avec. Il parvint à trouver le même pantalon bleu. Mais ne parvenait pas à trouver quelque chose pour le haut de son corps ressemblant à ce que venait d’enfiler l’adulte. Il eut bien du mal à enfiler le pantalon qui ne tenait pas autour de sa taille. Il en roula le haut pour que la tenue soit suffisante. Le bas dépassait très nettement de ses pieds et semblait ne pas en finir. Il prît l’initiative de les rouler de la même façon pour le pas être gêné. Il n’y avait ici rien à sa taille et c’était là une preuve supplémentaire qu’il était défectueux et qu’il devait se réparer. Mais déjà, la grande personne s’éloignait. Paniquant, l’enfant prit le premier bout de tissus censé couvrir les épaules et l’emmena avec lui, l’enfilant alors même qu’il continuait sa filature.

Ce haut était blanc, tout doux, bien plus confortable que le pantalon qui paraissait atrocement dur. Ce devait encore être un choix de grandes personnes. Encore une fois, la taille n’était pas la bonne et alors que les manches longues descendaient bien trop bas, une partie du tissus penchait vers la droite, découvrant une large partie de son épaule. Ce n’était plus tellement grave. Une fois qu’il aurait appris comment devenir un adulte, les vêtements, seraient à la bonne taille ou d’avantages, il serait à la bonne taille pour les vêtements. L’enfant n’aimait décidément pas le pantalon qui entachait sa discrétion. Le tissus frottant produisait un bruit que ses anciens vêtements ne faisaient pas. Il devait être encore plus vigilant. Finalement, le spécimen fît un nouvel arrêt dans une salle à nouveau sans plus d’intérêt et encore une fois vide. A croire que la chance était de son côté. Il s’arrêtait devant une table creuse et le toucher aurait pu laisser penser que la matière était douce alors que le jeune garçon savait que ce n’était pas le cas. Finalement, ce spécimen n’était pas vraiment exceptionnel et n’était peut-être pas même le bon, il était plus étrange que beaucoup de grandes personnes. Peut-être que lui aussi était défectueux à sa manière.

Puis, le spécimen s’assit plutôt négligemment dans un endroit prévu à cet effet. L’enfant y voyait peut-être un nouveau rituel réservé aux grandes personnes. Bien qu’il n’était plus certain de la qualité de sa source, il avait une envie folle d’essayer. Lorsqu’il leva la tête, l’enfant se cacha d’avantage encore toujours derrière la porte. Il craignait d’être vu, chose qui finalement ne semblait pas être le cas. En réalité, la grande personne faisait enfin quelque chose d’intéressant. Elle s’était focalisée sur un objet qu’elle avait prise qui a première vue n’était aucun intérêt et cela, ça intéressait l’enfant. Il souleva son pantalon de sorte qu’il fasse le moins de bruit possible dans cette manoeuvre risquée. Il était encore pieds nu, cela lui semblait plus naturel et plus discret. Dans un élan agile, il traversa la salle en se cachant à divers endroits jusqu’à arriver à l’arrière du fameux siège. Entre temps, la grande personne avait émis un son, chose qui était assez positive pour son expérience. Comme toujours, ce n’était là qu’un bruit auquel il n’y avait pas grand chose à comprendre. Doucement, il passa la tête sur la gauche du siège et regarda. Ce que le spécimen semblait viser était incompréhensible. C’était des sortes de dessins linéaires qui n’étaient pas vraiment au goût de l’enfant qui se posait des questions sur les critères esthétiques de cette grande personne. Tentant tout de même le coups, il fixa la feuille pendant un moment espérant obtenir une poussée de croissance subite lorsque tout à coups, le spécimen posa le papier. Le jeune garçon se cacha à nouveau derrière le dossier du fauteuil en un instant. Le fauteuil avait remué, il venait de se lever. Un vent de panique souleva l’enfant qui prépara un plan d’attaque alors que de nouveaux sons firent leur apparition. Il tendit l’oreille, les jambes fléchies tremblantes, se préparant à faire le tour du fauteuil dans l’autre sens si la grande personne en venait à avoir l’idée de regarder derrière.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
 

Yallah Chebeb! (PV Syrenn Vorelis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

L'Eléonor ::  :: Confort :: Espace de détente