Begegnung Mittel in der Nacht [Rencontre au milieu de la nuit - PV Erwin Kaiser - Terminé]

Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Begegnung Mittel in der Nacht [Rencontre au milieu de la nuit - PV Erwin Kaiser - Terminé]   Ven 18 Juil 2014 - 20:20

Depuis sa séparation d'avec DM-892 et NN-777, le matricule LM n'avait fait qu'errer des heures durant dans l'immense structure de ce qui s'apparentait de plus en plus à un colossal vaisseau spatial... Le monstre de métal semblait phénoménal de par ses dimensions et la technologie qu'il embarquait, encore que à ce sujet, le noiraud tissait davantage de conjectures qu'il n'avait de certitudes. La technique à bord semblait révolutionnaire, mais elle n'était pas intuitive, à tous le moins pas encore intuitive, et le simple fait de se déplacer de compartiments en compartiments pouvait comporter son lot de difficultés. Certains SAS étaient en effet verrouillés, et en l'absence d'indications pour les ouvrir, LM avait dû parfois rebrousser chemin. Au final, égaré, perdu, le garçon s'était résolu à passer la nuit isolé de tous les autres. Le dos appuyé contre la paroi métallique d'un volumineux générateur, le corps recroquevillé, il avait somnolé un moment, épuisé qu'il était. Des sensations aussi terribles que la soif et la faim, qu'il n'avait plu connues depuis dieu sait quand, opéraient sournoisement leur insidieux retour alors qu'il rêvait, l'air apaisé.

LM se cabre subitement, émergeant aussitôt de son état de somnolence. Ses bras tremblent, son visage est tiraillé par la soif et la faim. Le manque est cruel. Avec lenteur, le garçon se redresse, abandonnant sa couche improvisée pour tenter de rallier une partie du vaisseau plus hospitalière. Tout son organisme n'aspire qu'à une chose. Se sustenter.

Bien que complètement désorienté, le garçon se remet à errer, mu par une incroyable volonté. De longues minutes s'écoulent encore jusqu'à ce que le noiraud ne se figent tout à coup. Devant lui, une porte gargantuesque, en partie vitrée, qui donne sur une salle aux proportions ahurissantes. Les ténèbres l'enveloppent, mais des milliers de petits points lumineux s'érigent face à la nuit. Scintillements irréguliers teintés de bleus, les sources de lumières captivent son regard, l'hypnotisant...

Immobile et silencieux, les pupilles rivées sur ce spectacle dont il ne conçoit pas encore pleinement la signification... LM n'a pas perçu la présence dans son dos.  


Dernière édition par Vitus Hirsch le Dim 14 Sep 2014 - 17:13, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Kaiser [LV-493]
avatar


Votre personnage
Âge: 26 ans
Langue maternelle: Allemand
Langue(s) apprise(s): Anglais, russe

MessageSujet: Re: Begegnung Mittel in der Nacht [Rencontre au milieu de la nuit - PV Erwin Kaiser - Terminé]   Dim 3 Aoû 2014 - 17:43

Erwin devait être gentil. Ou bien trop faible pour être méchant, allez savoir… Toujours est-il que l’envie de se rendre utile aux autres le tenaillait. Utile à ceux qui sont dans le besoin, en particulier. Or, rendre service à bord ne semblait pas une tâche bien compliqué. En effet, il y avait des paumés, parfois des blessés et puis cet enfant paniqué qui déambulait tout seul… Les gens ne se comprenaient que rarement et l’angoisse de l’espace faisait naître bien des tensions. La langue n’est plus un problème quand la peur prend le pas sur la raison. Le petit LV venait d’assister à une bagarre dans un couloir. Pour une raison qu’il ignorait et que les deux protagonistes ne devaient pas même se souvenir, ils en étaient venus aux mains et l’un avait fini expressément à la clinique. Cette violence futile ne lui plaisait pas. Il avait tenté de s’interposer mais s’était pris un coup dans la mêlé et avait dès lors reculé. Impuissant et effaré, il les avait regardés se massacrer pour un rien. Ce qui était drôle c’est que les deux enrageaient dans une langue propre à eux-mêmes, ça avait quelque chose de cocasse un combat en melting pot. Ca aurait pu être beau s’ils n’avaient pas pissé le sang au bout de cinq minutes… Après cet épisode, LV avait réfléchi longuement. Il était absolument indispensable que le vaisseau s’organise et que chacun trouve ses marques. Il fallait nécessairement une organisation. Recréer une mini-société en quelque sorte. Sinon, les gens allaient tous finir par péter les plombs comme ces deux idiots. Car il savait bien que ce n’était pas un cas à part mais juste le début s’ils ne faisaient rien pour arranger les conditions de vie. Et pour cela… Il devait trouver un leader. Il leur fallait une personne confiante et charismatique. C’était la clef du problème. Cependant, il ne se sentait pas du tout l’âme du leader nécessaire. Ca lui irait bien d’être le second, le bras droit. Non pas celui qui conseille. Juste celui qui exécute. Oui, c’était sa place ça, son rôle.

Alors il partit en quête de ce chef de file. Et, non seulement il avait l’impression d’être profondément utile à tous, mais en plus cette sensation de mission secrète le ravissait. L’aventure le plongeait dans un bien-être, une véritable quiétude. Il savait qu’il finirait par trouver. Mais il préférait que les recherches s’éternisent… Il commença donc à vagabonder dans les couloirs, observant les autres. Qui serait à même de les diriger ? Qui en avait la force mais non l’orgueil ? Bien des questions lui venaient en tête. Comment choisit-on un leader ? Sur ses compétences, ça paraît logique. Mais demander un C.V. à tous ceux qu’ils rencontrent serait bien compliqué. Surtout que personne ne pourrait y inscrire autre chose que « Monté à bord de l’Eléonor ». C’est un peu court. Quelles compétences étaient donc nécessaires au leader idéal ? Force, autorité ? Charisme, c’est évident. Compréhension ou fermeté ? La fermeté prévalait selon lui. Il fallait des règles strictes, de la rigueur. Il repensa au salut rigide qu’il exécutait comme un réflexe depuis quelques temps. Il avait été dans l’armée, ça ne faisait plus aucun doute. Quelle avait pu être son grade ? Sa position ? Peu importe. Importait le présent ! Donc, de la fermeté. Quoi d’autres ? Il avait l’impression de faire une liste de courses, tout en continuant à détailler les gens autour de lui. Il en reconnaissait beaucoup désormais, i y avait néanmoins toujours des nouvelles têtes. Un leader qui parle le plus de langues possibles ! Bien sûr ! C’était inconcevable qu’il ne puisse être compris que par un petit nombre. Ou tout du moins, il devait trouver un moyen de se faire entendre et bien comprendre. Voilà qui commençait être difficile à trouver. Toutefois, il ne s’inquiétait pas. La perle rare était là, quelque part. Forcément. Alors, il avançait. Tournait à gauche, à droite. Prenait l’ascenseur. Continuait tout droit. Il savait à peu près où il était mais n’y faisait guère attention. Perdu dans ses spéculations et ses observations.

C’est ainsi qu’il se retrouva à l’étage inférieur du vaisseau, dans ce couloir mal éclairé. Il ne croisait pas grand monde à ce niveau. C’est pourquoi il avait bien l’intention de remonter sans tarder… Mais un homme plus loin attira son regard. Il était seul. Rares étaient les personnes qui évoluaient seul par ici. Les gens se regroupaient, selon la langue qu’il parlait. Et s’il ne trouvait pas la leur, ils restaient avec ceux qui leur inspiraient le plus confiance et dont ils pouvaient comprendre des bribes. Donc, une personne seule, c’était bizarre. Personne ne pouvait avoir envie de rester seul… Même les plus solitaires ou méfiants, c’était impensable ! L’environnement était trop angoissant. Trop hostile. Et tout était trop inconnu. S’ajoutait à cela, son air… Ahuri. Perplexe ? Erwin ne savait trop comment qualifier ça. Il avait l’air d’avoir découvert que la Terre était ronde. Alors il s’approcha de lui, sans un mot, et regarda là où son regard semblait se diriger. Il balaya la salle à semi plongée dans l’obscurité sans plus comprendre. Un coup d’œil vers l’inconnu ne lui en appris pas davantage. Allons, bon, qu’est ce qui lui prenait ? Avait-il réellement fait une découverte ? A cette interrogation, il se demanda si un scientifique ferait un bon leader. Non. Probablement pas. Et cette nouvelle tête alors ? Il fallait voir. Voir d’abord les langues qu’il maîtrisait.

- Vous cherchez quelque chose ?

Il s’était exprimé dans sa langue natale, à une vitesse normale, sans insister sur un mot ou accompagner ses dires de gestes. Allait-il être compris ? Il aurait bien voulu que le futur leader parle au moins sa langue…

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Re: Begegnung Mittel in der Nacht [Rencontre au milieu de la nuit - PV Erwin Kaiser - Terminé]   Ven 5 Sep 2014 - 18:01

LM fut pris d'un haut le coeur qui l'arracha à sa transe contemplative lorsque retentit la voix. Il n'avait pas perçu l'avancée de l'homme dans son dos, et l'idée qu'on ait pu s'approcher de la sorte de sa personne sans que ses sens ne l'alertent provoqua en lui un relent de récrimination et de colère à l'égard de lui-même. Le matricule LM-118 devait se montrer plus vigilant; ne pas céder aux sirènes de la désorientation qu'avait généré son réveil dans ce milieu étrange, empreint de mystères et par là résolument dangereux. En délaissant quelques heures plutôt NN et DM, le noiraud avait fait un choix égoïste. Il avait jugé que ces acolytes constituaient davantage des boulets que des béquilles, et partant, il avait pris la résolution de ne compter que sur lui-même, au moins aussi longtemps qu'il ignorait tout des circonstances de sa présence à bord de l'aéronef. En son for intérieur, il avait arrêté que rien ni personne n'était digne de sa confiance. Aussi ne devait-il croire qu'en ses propres forces. Des forces qui faiblissaient d'ailleurs à vu d'oeil, alors que la faim et la soif le tiraillaient.

Un instant plus tard, le garçon se retourna avec promptitude, révélant par son geste gracile les traits fins et délicats de son visage émacié par le manque. Il ne souriait pas. Tout son corps n'aspirait en cet instant qu'à une seule chose, imprimant à son esprit un simple message, clair, limpide. Manger - boire.

Le jeune homme dut redoubler d'efforts pour contenir ses besoins les plus primitifs, d'un ordre franchement bestial, qui l'encourageaient à se précipiter sans attendre sur la silhouette de l'inconnu, à le mettre à terre, à le rouer de coups jusqu'à la mort et à se délecter de sa chaire et de son sang pour calmer l'ardeur furieuse d'un estomac, son estomac, au supplice. Certes, l'autre semblait présentement plus en forme que lui, nourri à satiété et disposant du physique d'un véritable athlète; mais LM bénéficiait pour sa part de l'effet de surprise - à supposer en tout cas que ses traits faciaux n'aient pas déjà trahis les pensées que lui dictait son instinct de survie -, et la hargne qui le dévorait lui paraissait en mesure de déplacer des montagnes. Ayant recouvré un contrôle presque total de son appareil musculaire, le garçon estimait sérieusement pouvoir rivaliser avec son adversaire, ou plus exactement, sa proie

Il allait se ruer sur le type lorsqu'une pensée, trouble et diffuse, enfouie aux tréfonds de son être, plus subtile et plus forte que son instinct sommaire, remonta à la surface de sa conscience et l'interrompit dans sa tentative. Cette langue dont le garçon avait fait usage, cette intonation, ce timbre... C'était le même idiome que sa langue maternelle. Ce langage sublime et supérieur, qu'il n'arrivait même plus à nommer, mais qui par son simple retentissement parvenait à l'apaiser, à tous le moins pour un temps. Il s'agissait d'un véhicule de culture et de raffinement, qui, dans la bouche de l'autre, revêtait une signification capitale: ils étaient de la même famille linguistique, issus d'un même cercle. Dans l'esprit égaré de LM, les deux hommes se devaient soutien et assistance.

Faisant montre d'un incroyable effort, le noiraud musela ses pulsions. Il resta immobile quelques instants, incapable dans un premier temps de formuler la plus élémentaire des réponses... Puis enfin, la prunelle de ses yeux se figeant à la hauteur du regard de l'individu qui portait le matricule LV-493, LM s'exclama dans un Hochdeutsch de première classe:


- Absolument. Je me suis réveillé il y a un peu plus de seize heures, et les trois dernières ont été une véritable torture. Faim et soif, deux tourments depuis longtemps oubliés, se sont manifestés et alliés pour me supplicier. Je ne sais pas depuis combien de temps mon organisme ne s'est plus nourri, mais...

La jambe gauche et les mains de LM tremblaient à présent de manière patente, dénotant l'ampleur du manque.

- ... si je ne trouve pas rapidement de quoi assouvir cette apétance de mon corps... je crains le pire. C'est donc de la nourriture que je cherche, désespérément...

Au prononcé du substantif nourriture, le regard de LM s'illumina d'une lueur quasi démente. Redoublant d'effort pour se contenir, le noiraud enchaina avec une série de deux questions qui le taraudaient presque autant que ses plus élémentaires besoins physiques:

- Savez-vous où je pourrais me restaurer et reprendre des forces? Et puis... qui êtes vous bon sang?

Et dans sa tête, une foule d'autres interrogations se disputaient le privilège d'être énoncés verbalement...

*Où allons-nous à bord de ce vaisseau? Que sont ces lumières au-delà de la porte automatisée devant nous? Ce pourrait-il qu'il s'agisse de capsules similaires à celles que j'ai vues dans la salle de réveil? Ca voudrait dire que... nous sommes finalement beaucoup plus nombreux que tout ce que j'avais imaginé... Et puis cette langue que nous avons en commun vous et moi, comment la désigne-t-on déjà? Depuis quand êtes vous réveillé? Quelle est votre fonction à bord? Qui dirige? Quelles sont nos chances de survies sur le long terme? Savez-vous ce qui s'est passé? Pourquoi nous sommes là? Que va-t-il advenir de nous? Ne devrions-nous pas nous organiser pour assurer notre survie? Pouvons nous compter l'un sur l'autre? Deviendrons-nous amis?*

Toutes attendraient un moment plus opportun pour se manifester en dehors des pensées du jeune homme.

Suspendu au lèvre de son interlocuteur, LM-118 savait qu'indépendamment de ce que celui-ci lui communiquerait, sa réponse serait pour lui un soulagement en soi. Elle contribuerait à dissiper le brouillard dans sa tête et lui fournirait ipso facto une meilleure compréhension de la réalité. Sur cette base, il aviserait. Et opérerait un choix crucial. Un choix en vertu duquel il ferait de LV soit un allié précieux, soit, s'il en avait la force, son premier festin depuis des temps immémoriaux.
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Kaiser [LV-493]
avatar


Votre personnage
Âge: 26 ans
Langue maternelle: Allemand
Langue(s) apprise(s): Anglais, russe

MessageSujet: Re: Begegnung Mittel in der Nacht [Rencontre au milieu de la nuit - PV Erwin Kaiser - Terminé]   Jeu 11 Sep 2014 - 14:17

La perle rare. Il l’avait trouvé ! Elle était là, juste sous ses yeux. Ca ne faisait absolument aucun doute. De toute façon, l’hésitation n’était pas permise devant ce genre de personnage. Pourquoi lui faisait-il tant d’effet ? C’est étrange quand on y pense : il ne le connaissait que depuis une poignée de secondes. Il avait juste un visage. Mais non ! Pas juste un visage ! C’était CE visage. Il incarnait tout ce qu’il aurait pu attendre. Il dépassait même le tableau le plus parfait qu’il aurait pu peindre du leader idéal ! Tout ce qu’il avait listé, comptabilisé, analysé… Tout cela ne valait rien. Il avait devant lui une représentation des plus dignes. La définition même. Il lui avait suffi de le voir ces quelques instants.

Tout d’abord, cette vivacité, cette réactivité. Une pointe d’agressivité. Alors même qu’il ne s’était pas sustenter depuis son réveil. Une énergie que peu peuvent déployer après leur réveil, alors en plus sans s’être alimenté, restauré de quelques façons que ce soit… C’était très impressionnant. Il se souvint de son propre réveil, sans grande gloire. Il avait été réellement minable, presque incapable de porter son poids en premier lieu. Cet homme devait donc avoir des ressources d’énergie inouïes. Et surtout de la dignité ! Il ne se traînait pas, ne rampait pas à terre tel un insecte, comme ils en avaient vu d’autres faire. Non, il se tenait debout, relativement droit et le menton relevé. Cependant, ce qui fascinait au plus haut point notre homme, c’était son regard. Il y avait là-dedans une telle soif, une telle avidité ! Un mélange de volonté prodigieuse et de voracité destructrice. Ce type-là avait du potentiel à revendre… Et, comble des douceurs, il parlait sa langue. Sans accent, impeccablement. La langue la plus impérieuse et noble. Il la maîtrisait. Sa mission s’arrêtait là, LV n’avait pas à chercher plus loin. Il le sentait au plus profond de lui. Néanmoins une nouvelle mission commençait dès lors… L’assoir comme Kaiser devant tous et demeurer son bras droit s’il l’acceptait.

Promptement, LV se redressa devant lui, parfaitement droit et apposa sa main droite à sa tempe en un salut militaire impeccable.

- Je suis l’élément LV-493. Je fais partie des tout premiers réveillés. C’est pourquoi je maîtrise le terrain ou, du moins, les zones les plus indispensables à notre survie. Je suis donc en mesure de vous guider jusqu’à de quoi satisfaire votre appétit. Qui plus est, je détiens un certain nombre d’informations puisque je suis réveillé depuis sensiblement plus longtemps. Je serai ravi de répondre à toutes les interrogations que vous pouvez avoir. Quoique beaucoup de questions restent encore sans réponse. Malheureusement.

Sans plus attendre, il l’invita à le suivre d’un hochement de tête et fit volteface. Il se mit ensuite en marche, d’un pas ferme et décidé. Il savait parfaitement où se trouvait le réfectoire et comment faire fonctionner ces machines de commande bizarre. Pourtant, il était pris d’une grande inquiétude. Une question qui dépassait toutes les autres et auquel il ne parvenait à trouver de réponse satisfaisante : comment devait-il appeler leur futur commandant … ?

[HRP : Tu peux ouvrir directement au Réfectoire ou continuer ici ou les deux ! A toi de voir !]

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Vitus Hirsch [LM-118]
avatar


Votre personnage
Âge: 27 ans
Langue maternelle: suisse-allemand
Langue(s) apprise(s): allemand, français, anglais

MessageSujet: Re: Begegnung Mittel in der Nacht [Rencontre au milieu de la nuit - PV Erwin Kaiser - Terminé]   Dim 14 Sep 2014 - 17:10

L'exécution par l'élément LV-493 d'un parfait salut militaire eut un effet remarquable sur Vitus, dont le corps se raidit aussitôt. Mécaniquement, son bras droit s'éleva à la hauteur de la tempe et rendit le geste, avec un aplomb retrouvé. Il n'avait pas eu besoin de réfléchir un seul instant, son corps s'était exécuté spontanément, sous l'emprise d'un réflexe depuis longtemps acquis. À l'instar de son interlocuteur, LM avait dû servir au sein d'une armée pour être en mesure de réagir si vivement à un salut martial. Ce nouveau point commun avec LV rassura Vitus, alors que son attention se détournait déjà de ce ressenti afin de se focaliser sur le discours du tiers.

- LV-493 ... je maîtrise le terrain ... Je suis donc en mesure de vous guider jusqu’à de quoi satisfaire votre appétit ... je détiens un certain nombre d’informations ... interrogations  ... beaucoup de questions restent encore sans réponse.

Vitus s'imprégna l'esprit de chacune des propositions de l'énoncé de LV qu'il jugea essentielle, et se jura de ne pas en oublier une bribe aussi longtemps que son état d'excitation interne, dû à la détresse qu'il vivait actuellement, ne soit dissipé. Il avait résolument bien fait de réfréner sa pulsion meurtrière initiale, qui, si elle avait trouvé en lui un terrain propice, l'aurait au mieux contraint à se satisfaire d'un corps humain pour tout repas, au pire mener droit à la mort. Rasséréné mais pas pour autant naïf au point de s'estimer déjà sauvé, il adressa sa réponse à LV en ces termes laconiques:

- Excellent! Je vous suis.

Contenant par un effort de volonté ses tremblements, Vitus s'engagea à la suite du garçon d'un pas qu'il tenta d'accorder sur celui de LV. Etonnamment, cet inconnu n'en était déjà plus un, et sans qu'il ne put se l'expliquer, LM-118 accordait d'ores et déjà une confiance prudente à cet homme.

Alors qu'ils s'éloignaient du SAS qui donnaient sur l'entrepôt à capsules, parmi le foisonnement de questions occupant la tête de Vitus, une nouvelle interrogation avait jailli, ouvertement plus complexe et plus incertaine que toutes les autres. Leur rencontre, avait-elle été le fruit du destin, ou du hasard?


*J'y réfléchirai...* , songea Vitus, alors qu'au moment de bifurquer sur la gauche pour rejoindre un nouveau pont, il engageait une nouvelle conversation en se présentant - ce qu'il s'avait de lui-même se limitait à une suite de deux lettres et trois chiffres -, puis en s'appuyant par la suite sur toutes les questions que son bon sens lui dictait d'adresser au matricule LV-493.

[HRP]Ca marche, merci beaucoup! J'ouvrirai un nouveau topic au réfectoire pour accueillir la suite de nos aventures : ) [/HRP]

Suite ici!
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé []



MessageSujet: Re: Begegnung Mittel in der Nacht [Rencontre au milieu de la nuit - PV Erwin Kaiser - Terminé]   

 

Begegnung Mittel in der Nacht [Rencontre au milieu de la nuit - PV Erwin Kaiser - Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je vois que je ne suis pas la seule à avoir faim en plein milieu de la nuit !
» Cri sourd au milieu de la nuit
» Petite fringale au milieu de la nuit. [Elanore d'Odelian]
» Chant au milieu d'une nuit [libre]
» Début de soirée en milieu hostile ...

L'Eléonor ::  :: Dispositifs de cryogénisation :: Entrepôt à capsules