Faim de louve [PV James Lenington]

Kim Wu [LM-308]
avatar


Votre personnage
Âge: 19 ans
Langue maternelle: Vietnamien
Langue(s) apprise(s): Chinois

MessageSujet: Faim de louve [PV James Lenington]   Jeu 10 Juil 2014 - 18:02

Combien de temps avait-elle erré dans les entrailles infernales de ce vaisseau ? Elle avait l'impression que cela faisait des jours et des jours... Pourtant, logiquement, cela ne devait pas dépasser un jour ou deux. Et elle le savait au fond. Son corps témoignait certes de l'épuisement, de la faim, de la soif mais pas au point de s'écrouler, de s'évanouir. A aucun moment elle n’avait été forcée de faire une halte, alors elle avait marché, marché, sans jamais s’arrêter. Il faut dire qu'elle n'avait rien croisé digne d’un quelconque intérêt. Les salles s’enchaînaient. Les unes après les autres. Et leur contenu, bien que variant, ne l'inspirait pas. Des machines, des plantes, d’autres machines et des couloirs, des couloirs… Des couloirs à n’en plus finir ! Comme un labyrinthe. Qui se refermait autour d’elle. L’angoisse ne la quittait plus désormais : elle n'avait rencontré aucun signe de vie. Personne. Pas un bruit. Si ce n'est le doux vrombissement mécanique dû à une aération constante des lieux. Le silence commençait à la rendre folle. L'absence de vie la paniquait. La solitude la gagnait. Lentement. Sournoisement...

Elle qui pensait avoir passé le plus dur une fois la première porte passée. Son réveil avait été un tel cauchemar ! L'Enfer a un nom. Et Satan n'est autre que cette I.A. qui l'a tiré de là sans trouver nécessaire d’en expliquer la raison. Ni expliquer quoi que ce soit par ailleurs. La demoiselle s’était réveillée, complètement perdue et faible au possible. Elle s’était trainée hors de cette maudite capsule, avait vomi ces tripes – qui visiblement avaient une teinte bleutée – et, une fois à peu près sable sur ses deux jambes, était sorti pour ne plus s’arrêter. Elle avait compris où elle se trouvait en passant devant une bête baie vitrée. Et puis là… L’espace. Infinie. Sombre. Vide. Engloutissant tout. Sur le coup, elle avait juste admiré la vue, n’avait pas franchement réalisé les implications. Ce n’est que remise en route qu’elle se mit à réfléchir, beaucoup, longtemps. L’espace ? Pourquoi ? Comment ? Elle ne se souvenait de rien. Elle avait alors commencé à dessiner de folles hypothèses. Une substance sédative ? Un rêve ? Une défaillance passagère ? Ou bien peut-être était-elle morte… Etait-ce la mort ? Du vide, du sombre. Ça se pouvait bien après tout. Mais elle aurait dû se souvenir de sa vie, non ? N’était-ce pas comme cela que ça se passait ? Comment savoir… Alors elle continuait de marcher. Mille questions tourbillonnant dans sa tête.

La jeune femme finit par atterrir dans une grande salle semblable à une cantine. Celle-ci était très propre, excessivement propre même. Rien n’indiquait que quelqu’un autre qu’elle soit déjà passé par là. L’ensemble était un mélange entre un blanc immaculé qui faisait mal aux yeux et un orange très pâle, presque délavé. Les tables et chaises, en très grand nombre, occupaient la majeure partie de la pièce. Au fond, se trouvait une porte dont le hublot permettait de deviner que se trouvait derrière une petite cuisine. Sur sa gauche, se trouvait un petit poste de commande. D’instinct, elle s’en approcha et l’examina alors d’un œil circonspect. Elle resta perplexe, immobile devant la machine. Pendant un moment. Un long moment. Puis son estomac gronda. Elle sursauta au son peu humain de celui-ci et réalisa qu’elle mourrait effectivement de faim. Qui plus est, s’assoir était une idée qui lui plaisait bien là ! Elle sourit rien qu’en s’imaginant avec un plat chaud et assise devant un bon holociné, une couverture sur les épaules. Rejetant cette image trop idyllique pour l’heure, elle se concentra sur la machine qui lui faisait face.

Elle tapota un peu partout. Un écran holographique finit par surgir. Elle comprenait difficilement le langage proposé mais parvint à saisir que la machine lui demandait son matricule. Elle fronça les sourcils et son regard tomba alors sur sa blouse ornée uniquement de ce badge bizarre. Elle en lut le code et… Mais, comment était-elle censé le donner ? Il n’y avait pas de boutons, rien. Elle chercha sur les côtés du poste. Rien. Du tout. Pas de lecteur. Pas de bouton, de manette... Qu’est-ce que… Ce n’était pas possible. Elle poussa un peu la machine et passa sa main derrière. Elle réussit juste à se l’entailler. Des microcoupures constellaient à présent ses doigts. Elle lécha les quelques gouttes de sang, agacée et fatiguée par tout ça. Ca piquait. Elle soupira rageusement en se dégageant de la machine. Puis…

Un déchirement. Sa blouse s’était coincée dans un recoin derrière. En se retirant, elle l’avait déchiré sur presque toute la longueur. A bout, la demoiselle craqua. C’en était trop. Elle se laissa glisser contre le mur jusqu’au sol et éclata en sanglots. Beaucoup trop…
Voir le profil de l'utilisateur
James Lenington [FY-159]
avatar


Votre personnage
Âge: 34 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Aucune

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Lun 14 Juil 2014 - 13:05

La faim tenaillée notre pauvre homme comme jamais, se serait-il souvenu de quoi que ce soit qu'il se serait tout de même précipité vers il ne sais trop où à la recherche de quelques aliments pouvant la tenir en échec. Il rêvait d'un repas chaud, s'en trop savoir ce qu'il contiendrait mais la sensation d'avoir le ventre vide l’affaiblissait. Le réveil lui avait coûté plus d’énergie qu'il n'en avait en stock. Ses mains tremblaient et ses doigts agités de spasme l'effrayait. Il lui fallait à tout prix trouver nourriture à son gosier.

Errant avec pour seul but celui de ne pas mourir de faim il atterrit dans cette pièce aux allures désinfectée. Blanche. Sans autre couleurs que des touches d'orange pâle. Fade. Propre. Trop propre, un sentiment de malaise, sans odeur autre que la sienne. Ou plutôt celle de ce liquide bleue qu'il avait dégurgité. Une odeur d’hôpital. Une essence, une flagrance revint à la limite de sa conscience et s’échappa en fumerolles invisibles. Elle lui manquait tellement, cette odeur inconnue. Un manque comme celui qu'éprouve le drogué. Son cœur s'était envolé à cette réminiscence, puis s'effondra juste après quand la solitude et l'incompréhension le regagna. Mais pour l'heure, il avait les crocs !

Un son étrange lui parvint bientôt. Un murmure étouffé, nuancé, évoluant comme des vagues tantôt puissant et violant, tantôt calme et à peine prononcé. James finit par reconnaître ce bruit au même moment où il en vit la source. Une jeune femme, à peine une femme, dans cette ridicule blouses blanche qu'ils portaient tous, effondrée et larmoyante. Il jeta un coup d’œil vers le panel auquel elle était appuyée. La pauvre.

- La faim doit bien t'avoir atteinte. Attend une seconde on vas trouver à manger !

La grande salle, remplis de tables et de fauteuil était attenante à une plus petite, une double porte coulissante et ouverte en témoignait. A l’intérieur, lorsque James s'en approcha pour inspecter, elle était équipés de toute une panoplie d'équipement dignes d'une cuisine de chef. Mais aussi d'un frigo ! James s'en approcha.
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Wu [LM-308]
avatar


Votre personnage
Âge: 19 ans
Langue maternelle: Vietnamien
Langue(s) apprise(s): Chinois

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Lun 14 Juil 2014 - 16:52

Alors même qu'elle se noyait dans ses propres larmes, la jeune femme entendit du bruit. Pas grand chose. Mais un bruit différent que celui mécanique de la ventilation. Cela suffit pour lui faire relever brusquement la tête. Et là, traversant tranquillement la salle, un... Un être vivant ! Mieux : un humain ! Un putain d'humain ! Pourquoi il ne s'est pas montré plus tôt cet idiot ?! Ca lui aurait évité de craquer aussi lamentablement ! Un homme, plus âgé qu'elle visiblement et qui devait faire deux têtes de plus qu'elle. Mais peu importe. C'est un autre détail qui attira son attention : il était vêtu de cette même blouse fade qu'elle. Et il portait aussi ce petit badge du côté gauche. Elle ne pu lire son code, savoir si c'était le même qu'elle ou non. Y avait-il des factions ? Une hiérarchie ? Mais d'abord : qui était-ce ? S'était-il réveillé comme elle ? En savait-il plus ? Forcément ! Il avait l'air plus familier qu'elle avec les lieux. D'ailleurs il ne se gêna pas pour aller directement vers la cuisine du fond. Y avait-il d'autres personnes ici ? Ou l'avait-il kidnappé, enlevé, séquestré, drogué ? Devait-elle s'en méfier ? Sa logique lui disait que oui. Mais les émotions l'emportaient. C'était la seule personne qu'elle ait vu depuis... Depuis quand d'ailleurs ? Depuis combien de temps dormait-elle ? Deux jours ? Une semaine ? Plus ?! Elle se demanda si elle avait manqué à quelqu'un puis se rappela que, de toute façon, personne ne lui manquait vu qu'elle ne se souvenait de rien. Peut-être quelqu'un la cherchait-elle désespéramment... Elle l'espérait au fond d'elle. C'était certes assez égoïste mais elle désirait plus que tout que quelqu'un tienne suffisamment à elle pour avoir assez de mémoire pour deux. Devait-elle se mettre à la recherche de ce quelqu'un ? La demoiselle cessa ses élucubrations ici. C'était absurde : comment la chercher ? Et puis la situation actuelle méritait qu'on se concentre un peu dessus.

Suivant des yeux l’homme, elle essaya de le replacer dans sa mémoire. Rien à faire. Se creuser la tête ne sert à rien quand on a pas le moindre souvenir. Tout ce qu'elle pu dire, c'était qu'il ne lui évoquait rien. Mais son air de savoir où il allait et ce qu'il voulait lui plaisait bien à cette heure où elle manquait cruellement de repères. En effet, si son passé lui échappait totalement, le temps et l'espace ne l'aidaient pas davantage à cerner son environnement. C'était le flou total...Son seul repère pour l'instant était donc cet homme, un parfait inconnu. Qui... Ne parlait pas la même langue qu'elle. Déception amère. Pas moyen de le questionner. A moins qu'il ne la comprenne, elle ? Il fallait tenter. Tenant sa blouse autour d'elle d'une main, elle essuya ses yeux encore embués et se releva. Puis elle le suivit à petits pas qui se voulaient rapides mais qui se faisaient plutôt titubants. Il marchait vite lui ! Enfin.. Il avait des grandes jambes... Une fois arrivé derrière lui, dans la cuisine, elle prit son courage à deux mains :

- Tu es qui ? lui demanda t-elle dans la langue qui lui paraissait le plus naturelle.

Entendre le son de sa propre voix lui fit bizarre. Cela réveillait quelque chose en elle, un sentiment difficile à décrire. Comme un souvenir qui n'a pas de réalité concrète... Elle mit cette étrange impression au coin et observa l'inconnu, l'air curieux. Elle ne pu s'empêcher de jeter un coup d’œil à son badge. FY-159. Elle regarda à nouveau le sien. Non, ce n'était pas le même... Elle portait l'inscription LM-308. Cela voulait-il dire qu'il venait avant ? Qu'il y avait un ordre ? Ca paraissait logique...

Finalement, ne pouvant se résoudre à attendre bien sagement et mourant de faim, elle se glissa devant lui et le devança pour ouvrir le frigidaire à haute compensation. Nouvelle déception. Il était vide. Parfaitement propre. Avec une odeur agressive de produit ménager. Elle le referma aussi vite et soupira profondément. Vacillante, elle se dirigea alors vers les différents tiroirs et placards dont regorgeait la pièce.
Voir le profil de l'utilisateur
James Lenington [FY-159]
avatar


Votre personnage
Âge: 34 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Aucune

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Mar 15 Juil 2014 - 13:08

La porte du frigo s'ouvrit et se referma à une tel vitesse que James eu à peine le temps de constater l’absence de vivre. Il ne serait donc pas si facile de trouver à manger hein ? Pourtant on ne semblait pas les vouloirs tous morts, puisque lui et les autres éveillés n'avaient eu aucun mal à sortir des capsules, ou bien encore à déambuler dans le vaisseau. Un vaisseau, il n'en revenais toujours pas, ils étaient dans l'espace ? Le voir à travers le hublot d'un couloir l'avais chamboulé. Hélas pas suffisamment pour lui faire oublier sa faim de loup. La jeune femme s'était levée et il décida dit voir un bon signe, au moins ne mourrait-elle pas encore devant ses yeux. Quand elle parla, il n'y capta rien, son cerveaux comme parasité par la cryogénie ne valait plus grand chose à l'heure actuel. Coup de théâtre, entré d'un personnage inattendu la voix de l'I.A. résonne. Implacable. Et elle balance son message. James regarde l'autre, la mire, l'air de dire que c'est elle la fameuse membre d'équipage. Après tout pour ce qu'il en sais elle viens de se réveiller.

Bon toute réflexions mise à part, on était pas ici pour rien et il se devait de trouver un truc à se mettre sous la dent. La console ! Celle auquel la fille à lunette était adossée. Il s'y rendis, en vient à la même conclusion qu'elle. L'immatriculation devait être la clef. De toute façon c'était tout ce qu'il avait, avec cette blouse ridicule. Et elle avait réussit à la déchirer ? Son seul bien à bord...

L’écran holo se réactiva à son contact aussi, une écriture incompréhensible l'avais envahie ainsi qu'un message clignotant. Tout ce que pouvait reconnaître notre homme était les nombres placés un peu au hasard dans le texte. N'y comprenant pas plus il fit la seule chose qu'il pouvais encore, se penchant au dessus et a proximité de l'écran il épeula avec toute la lenteur du monde son matricule priant intérieurement que la commande vocale fonctionne.

-FY-159
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Wu [LM-308]
avatar


Votre personnage
Âge: 19 ans
Langue maternelle: Vietnamien
Langue(s) apprise(s): Chinois

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Ven 18 Juil 2014 - 0:35

Aucune réponse. Pas même un signe pour dire s'il avait compris ou ne serait-ce qu'entendu... Voilà qui était très engageant tient. Pour qui se prenait-il ? Il ne l'écoutait même pas. Était-il sourd ou quoi ? Non, impossible. Juste orgueilleux. Ça ne faisait aucun doute. Il suffisait de voir cette attitude fière, sa démarche assurée. La demoiselle eut un mouvement dédaigneux vers l'homme puis noua sa blouse comme elle put au-dessus de sa poitrine. De toute façon, celui-ci ne la regardait même pas. Allait-elle devoir cohabiter avec cette personne ? Combien de temps ? Elle repensa à la thèse de l’enlèvement. L’Espace pour enlever quelqu’un, c’est un peu extrême ceci dit… Ou bien c’était une illusion ! Oui ! Juste des images, un écran holographique ! Tout ça pour l’obliger à rester dans ce foutu vaisseau ! On l’avait droguée. C’était certain. En témoignait son état lamentable, sa faiblesse qui ne se dissipait pas, ses nausées, son mal de crâne… Tout tendait à l’accuser. Elle plissa les yeux – qu’elle avait déjà bridés de nature – et l’observa plus attentivement. Il avait l’air louche : une barbe de quelques jours, le teint mat et un regard d’acier. Non, ça ne lui disait rien de bon. Pourtant il était en blouse… Un leurre ? La question était surtout…

Ses réflexions furent stoppées par une voix robotique qui lui lança apparemment un… Message de la Terre ? Dernier ?! Membre de l’équipage… Gagnants… An 8… Mais quoi ? Qu’est-ce que ça voulait dire ?! Ses pensées bouillonnaient, des questions fulminaient dans son esprit. Cherchait-on à la rendre folle ? Etait-ce une expérience, un jeu ? Cela avait-il seulement un sens ?! Elle fusilla du regard celui qui, pendant ce temps, la fixait avec l’air de la suspecter de haute trahison. La jeune femme tenta à plusieurs reprises de classer les informations, les analyser une par une mais rien à faire. L’impulsif l’emportait. Elle avait nagé jusque-là dans un épais brouillard. A présent, elle avait juste l’impression de s’y noyer, de se faire engloutir et dévorer. La fatigue, la lassitude, le désespoir la gagnaient à nouveau. Elle aurait bien aimé pouvoir s’écrouler encore et se lamenter sur son sort. Mais pas question. Pas devant lui. Elle releva la tête, ravalant son amertume, et se détourna de lui. De toute façon, voilà qu’il partait… Et il la laissait là, seule et mourant de faim. C’était tellement cruel ! Tellement injuste ! Elle ne voulait pas qu’il l’abandonne. Comme ça, sans rien dire. Elle l’épia du coin de l’œil et constata finalement qu’il n’était que retourné au poste qu’elle avait essayé tout à l’heure. Quel idiot. Evidemment, il ne pouvait pas savoir qu’elle avait tout tenté. Cela ne l’empêcha pas le trouver prétentieux.

Mais, une seconde… Un membre de l’équipage… Tout juste réveillé… Il y avait d’autres gens ? D’autres réveils ? D’autres membres de l’équipage donc d’autres endormis aussi ? Elle ouvrit un premier placard choisi de façon parfaitement aléatoire. Vide. Ou cet homme était-il le premier ? Non. Peut-être… Qu’avait dit cette fichue I.A. à son réveil ? Difficile de se rappeler… D’ailleurs pourquoi est-ce qu’elle ne lui expliquait rien ? Etait-elle contrôlée par un être profondément sadique ? Allait-on finir par lui expliquer… ? Un second placard. Toujours rien. Et « grands gagnants » alors ? Pouvait-on imaginer une espèce de jeu de holo-réalité ? Ce serait tellement pervers. Mais les Hommes sont ainsi. C’était plausible. Tiroirs, vides également. Trop d’hypothèses étaient tangibles de toute façon. Discerner celle véridique était une tache compliquée, si ce n’est impossible. Et dernier message ? Enième placard. Désespérément et encore vide. Dans quel sens ? Cela voulait au moins dire qu’ils n’étaient pas à proximité de la Terre. Enfin, proximité, tout est relatif… Mais alors où allaient-ils ? Pourquoi ? Et pourquoi l’équipage dormait-il ? Où était ce fichu membre enfin réveillé ? La demoiselle n’avait vu personne que cet individu-là. Etait-ce lui ? Non, de toute évidence, il vaquait là depuis plus longtemps qu’elle. Donc, qui ? Où pouvait-on trouver cette personne ? Là-bas, en salle de réveil ? Pas question d’y remettre les pieds. Voilà. Elle avait fouillé tous les placards. Toute la cuisine. Il n’y avait strictement rien à manger ici. Cette cuisine était d’une parfaite inutilité !

Enervée de ce manège dénué de sens, elle poussa à son tour la porte et revint dans la grande salle. Son compagnon d’infortune était penché sur la console, semblant attendre. Elle jeta un regard circulaire à la pièce. Il y avait bien une autre console à l’autre bout, en tous points semblables mais elle manquait de forces et de courage pour l’atteindre. Elle regarda alors l’autre faire. Passive. Blasée. Complètement découragée. Jusqu’à… Jusqu’à ce qu’elle voit l’écran holographique défiler. Il affichait désormais des images de… Menus ? Pour de vrai ?! Qu’avait-il fait pour que cela fonctionne ? Parlait-il la langue en laquelle tout était écrit ? Ca devait être ça. Elle regardait ses doigts entaillés. Elle se sentait bête. Mais n’avait même plus le courage de s’énerver contre elle-même. Un nouveau regard vers le poste, à l’autre bout de la salle. Bof. De toute façon, elle ne saurait s’en servir. Elle aurait juste l’air stupide, une fois de plus. Il ne lui restait qu’à attendre sagement que Monsieur ait fini et lui demander s’il voulait bien l’aider un peu…

Le regard fixe sur l’écran. Ce dernier affichait ses propositions et l’accompagnaient d’images. Cela lui permettait à elle de comprendre de quoi il parlait puisque la langue était un charabia incompréhensible. Néanmoins… Cela lui donnait encore plus faim… C’était un supplice digne des limbes éternels. L’I.A., Satan en personne.
Voir le profil de l'utilisateur
James Lenington [FY-159]
avatar


Votre personnage
Âge: 34 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Aucune

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Ven 18 Juil 2014 - 2:27

Absorbé qu'il était par l'appareil James ne se rendit pas compte de tous les vas et viens de sa comparse de famine, absorbé par les chiffres et les caractères incompréhensible devant ses yeux il s'avéra que la commande vocal fonctionna. Ils étaient sauvés et surtout cela indiquait un dialogue possible entre les réveillés et le vaisseaux. L'I.A. n'était donc pas la seule à bord à pouvoir communiquer peu-être pourraient-ils même tenter quelque chose pour se sortir... Non. Assez de pensés comme cela, il crevait littéralement la dalle et la jeune femme a ses côtés la bave aux lèvres tout autant. Pas le temps d'analyser tous les tenants et aboutissants !  Il cliqua alors sur l'une des icônes au hasard, peu importe ce qu'il commandais pourvu qu'ils puissent se nourrir.

Aussitôt son doigt quitta t-il l'écran qu'un fond sonore se mis en place, un étrange mélange entre une musique d'ascenseur et de la cyber-techno, l'homme ne put empêcher son pied de tapoter doucement le sol en ryhtme alors qu'il patientait. Il profita de ce moment d'attente pour détailler du regard sa compagne, jeune, jolie, de grand yeux expressif dans un visage fin et entouré par de beau cheveux tout aussi fin et à l'allure soyeuse. Il devait être assez agréable de les caresser. Oui après tout c'était juste des cheveux. Bip Bip. Une alarme. La machine. La faim. Le type retrouva ses esprits.

Finalement un plateau sortit fumant de la machine, une odeur se mis alors à envahir la pièce. L'odeur d'une pizza aux 3 fromages entraînant après son passage un torrent de salive dans la bouche de James. Enfin. Il ressentait l'impression qu'une éternité le séparait de son dernier repas, d’ailleurs son ventre en témoignait, tous comme celui de la fille derrière lui à en croire les drôle de bruits qu'il emmetait ! Tenant avec fierté son trophée le victorieux James se tourna vers elle et avec un sourire à demi pour le plat qu'il tenait de sa main et à demi pour la fille il l'invita à s’asseoir à une table puis entreprit de couper le festin en deux parts égales. Sans couvert ce ne fut guère évident mais la joie était plus que jamais au rendez-vous ! Aussi bien pouvaient-ils tous mourir dans l'heure du moins eux deux auraient au moins put savourer autre chose que le goût de bile au fond de la gorge.

Il tendit la main pour se servir. Et porta à sa bouche le met de choix.

- A table ! Bon appétit. Réussit-il à prononcer avant d'enfourner la part coulante de fromage fondue dans sa bouche.

_________________

L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracle prévoir un délais.


Dernière édition par James Lenington le Jeu 7 Aoû 2014 - 16:00, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Wu [LM-308]
avatar


Votre personnage
Âge: 19 ans
Langue maternelle: Vietnamien
Langue(s) apprise(s): Chinois

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Ven 18 Juil 2014 - 16:33

Ah, la musique bien agaçante ! C’était pile le style auquel on avait droit à chaque fois qu’il fallait patienter. Rien de plus énervant que ce genre pseudo dynamique qui, en réalité, vous enlise dans une attente qui se prolonge, se prolonge… Encore et toujours. Et à n’en plus finir. S’ajoutait à cela la cadence marquée par le bout de pied de l’homme à ses côtés. Elle aurait voulu briser la machine à coup de chaise, étrangler cet inconnu, saccager la salle et… Elle se sentit observée. Un coup d’œil discret vers l’autre le lui confirma. Elle détourna aussitôt la tête, gênée, et se mit à jouer fébrilement avec une mèche de cheveux. Heureusement, il avait fait rapidement son choix. Son tour viendrait bien vite. En espérant qu’il l’aide ou qu’un miracle se produise… Non, les miracles ne semblaient pas avoir de prise dans ce vaisseau diabolique. Il ne fallait pas trop espérer. Elle aurait bien aimé n’avoir qu’à compter sur elle-même… Elle patienta gentiment. Sans un mot. Léchant de temps à autre le sang sur ses doigts.

Un bip sonore mit fin à l’attente. Quelque chose sembla se déverrouiller dans la machine et une petite fenêtre coulissa pour laisser sortir un plat fumant. La jeune femme l’inspecta. Le plat en question était pour le moins curieux. Il s’agissait d’une espèce de galette ronde, un peu gonflé où s’étalaient dessus de la sauce tomate et du fromage de différentes couleurs. Elle resta à regarder ça, intriguée, alors que son camarade la prit et se tourna vers elle avec un grand sourire. Son enthousiasme était contagieux. Elle lui sourit en retour, presque malgré elle et eut une sorte de fierté pour lui. Mais son ventre grondait, lui faisait mal. Il eut un mouvement vers la table puis s’y installa. Devait-elle s’assoir également ? Attendre ? Lui expliquer qu’elle ne pouvait pas, elle, commander quelque chose... ? Et qu’elle était affamée. Que ce goût glacé et acide au fond de la gorge la tiraillait depuis si longtemps qu’elle fantasmait désormais de s’arracher la langue. Elle se sentait si faible. Elle avait l’impression de tanguer au moindre mouvement. Que tout allait se retourner d’un instant à l’autre. L’odeur de nourriture lui faisait encore plus tourner la tête… Craignant de tomber, elle se tint au dossier d’une chaise et concentra son regard sur les gestes de l’homme. Voilà qu’il découpait la grosse galette en deux. Partager ? Pourquoi ne pas prendre plutôt autre chose ? Ce plat était si…

Plus le moment de réfléchir, se questionner. La demoiselle s’effondra littéralement sur la chaise d’à côté. Elle lui jeta un regard puis, voyant qu’il avait entamé sa part sans autre forme de cérémonie qu’un charabia aussi rapide qu’incompréhensible, elle hocha la tête en toute réponse et prit la sienne sans se faire prier. De ses petites mains, elle en déchira un premier morceau et l’enfourna dans sa bouche. Elle ne prit ni le temps de mâcher, ni même le temps de réfléchir au goût que ça avait. C’était mangeable. Et elle devait manger, à tous prix. Alors peu importait le reste. Frénétiquement, elle poursuivit de déchiqueter sa part et d’avaler les bouts, les uns après les autres. Très rapidement, elle était venue à bout de sa moitié respective. N’ayant même pas pris le temps de respirer entre, elle inspira profondément. Elle avait soif maintenant. Terriblement soif. Le goût acide était un peu passé mais sa gorge brûlait toujours. Et son ventre la faisait encore plus souffrir. Manger trop vite, de façon trop soudaine… Quelle conne. Elle s’écarta de la table, essayant de respirer de façon normale. Mais son corps entier criait des douleurs dissonantes. Elle se tint le ventre en grimaçant. Ca allait passer, ça allait passer… Un peu de sang-froid ! Elle se sentait si mal…

Elle se leva brusquement. Il fallait qu’elle atteigne la cuisine, qu’elle boive... La tête lui tourna. Tout tournait d’ailleurs autour d’elle. Un voile blanc. Elle eut juste le réflexe de s’agripper. A l’épaule de l’inconnu.
Voir le profil de l'utilisateur
James Lenington [FY-159]
avatar


Votre personnage
Âge: 34 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Aucune

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Jeu 7 Aoû 2014 - 16:41

Il se brûlât la langue et le palais avec la sauce tomate chaude, sentait son estomac se remplir à mesure qu'il enfournait plus de nourriture et s’étouffait à moitié autant qu'il ne mangeait. Mais il mangeait. Sa part finit il prit le temps de respirer, de laisser à son ventre le loisir de se refaire au concepts de la digestion. L'autre se leva, respira bruyamment avant de s'écrouler à côté de la table en emportant dans sa main un pan de la robe de James. Il la regarda, une seconde incrédule, surpris qu'il était de la situation. Puis prit peur. Était-elle allergique ? Une indigestion ? Que ce passait-il pour qu'elle tombe ainsi ?

Il se leva, s'agenouilla près de son corps, souleva ses jambes de fille pour en déposer les pieds sur la table. Une phrase stupide lui vint en tête "Ne pose pas tes pieds sur la table". Elle tournoyait dans son esprit tandis qu'il effectuait la manœuvre. Comme pour se moquer de la situation. Et si elle ne se réveillait pas ? Jamais. Que devait-il faire, appeler à l'aide ? Oui. Alors il cria à gorge déployée. S'époumonant dans l'espoir que quelqu'un réponde. Ou bien accourt.

- Quelqu'un !

Personne ne vint ni ne répondit. Il s'adressa à elle, en lui tapotant rigoureusement les joues, qu'elle avait blanche de malaise. Une poupée fragile. Cassé et jetée à même le sol, voilà ce à quoi elle lui faisait penser avec dégoûts.

- Et ! Tu m'entend ? Allez, réveille toi...

Ses paupières frémirent et les couleurs lui revinrent peu à peu, révélant que le pire était derrière elle. Le peu de vie qui à présent la regagnait la rerendit désirable. Il en profita pour laisser son regard s'égarer le long des courbes bien faites et bien placées de la jeune femme.

- Voilà... C'est bien... Reste calme...

Il avait installé la tête de la fille sur ses genoux et veillait à ce qu'elle ne s’étouffe pas en lui tenant la langue entre ses deux doigts tendus comme pour imiter une paire de ciseaux lors d'une partie endiablée de chifumi. Bien évidemment tous ceci pour éviter de perdre un si précieux membre de cet équipée tragique. Ceci n'ayant aucun rapport bien-sur avec les délicates lèvres rougeoyantes, la langue sensuelle ainsi que le visage fin et irrésistible de la vict... sinistrée.  


_________________

L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracle prévoir un délais.
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Wu [LM-308]
avatar


Votre personnage
Âge: 19 ans
Langue maternelle: Vietnamien
Langue(s) apprise(s): Chinois

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Sam 9 Aoû 2014 - 20:08

Une voix. Une voix lointaine… Comme sortie d’un rêve. Elle semblait venir de nulle part. Du néant. Un écho sans origine, sans destination. Juste quelques sons. Des syllabes pêle-mêle. Pas beaucoup de sens à chercher là-dedans… Kim avait l’impression de flotter. C’était doux. Un petit nuage au-dessus de… Ah bah non. On lui tapotait à présent le visage frénétiquement. Elle fronça les sourcils. C’était comme les mouches. Pas de mal. Mais comme c’était agaçant ! Elle grimaça à nouveau, tentant de dégager l’importun d’un geste de la main. Mais son bras était bien trop lourd… Elle avait l’impression qu’on s’était assis dessus en fait. Des fourmis lui couraient le long du dos, des jambes. Enfin, au moins sentait-elle à nouveau son corps ! D’ailleurs… D’ailleurs, que foutait sa langue à l’extérieur ? Elle la replia d’un coup, sans comprendre. Que se passait-il… ? Un battement de paupière pour…

Ah, trop de lumière ! Ses yeux se refermèrent instantanément. Aveuglant. Comme un soleil face à elle. Des formes étranges s’étaient imprimées sur sa rétine. Elle tenta de les chasser avant d’ouvrir à nouveau les yeux. Cette fois-ci, de façon plus prudente, plus mesurée. Luttant contre la trop forte luminosité, la jeune femme plissait les yeux obstinément. Elle parvint tout de même à distinguer quelques contours. L’homme. Il était là, juste au-dessus d’elle. Mais que… Que pouvait-il… Oh non. Voilà qu’il la déshabillait du regard. Ses paupières se rabattirent aussi sec. Et il continuait de lui servir son incompréhensible charabia tout droit sorti de sa lande paumée ! Ce n’était pas possible… Un cauchemar. Un affreux cauchemar ! Elle allait se réveiller, n’est-ce pas ? Par pitié. Qu’on la réveille ! Qu’on la sorte de ce vaisseau infernal et des bras de ce prédateur ! Ce vautour ! Son corps tremblait imperceptiblement. Elle essaya de se calmer. Il fallait qu’elle reste maîtresse d’elle-même. Ne surtout pas perdre le contrôle de la situation… Le contrôle ? Comme si elle l’avait eu qu’une poignée de secondes depuis ce réveil lugubre ! Elle mourait d’envie de le repousser, bondir et lui envoyer son pied en plein visage. Pourquoi ne le faisait-elle donc pas… ?

Son corps. Son corps la trahirait. La vietnamienne venait à peine de se réveiller d’un évanouissement visiblement. Elle se sentait bien trop faible pour… Attendez. Ce réveil douteux. Sans le moindre souvenir. Cet évanouissement. Juste après avoir mangé sa nourriture… Ca ne faisait plus aucun doute. Il l’avait droguée. Emmenée ici. Séquestrée. Et probablement fait beaucoup d’autres choses… Des images lui vinrent en tête. Elle frémit de tout son être. La gorge serrée. Ne pas y penser. Surtout. Pas. Maintenant. Elle devait d’abord penser à s’échapper de là. Pour cela… Mais, une seconde. Il en avait mangé aussi de cette galette. …Il était encore plus malade que ce qu’elle pouvait imaginer. C’était un fou furieux ! Prêt à n’importe quoi ! S’échapper. A tous prix. Et fuir loin de là. De lui. Et ses sales pattes ! Elle aurait besoin de toutes ses forces pour cela. Il était donc nécessaire qu’elle soit un peu patiente… Le temps de récupérer pleinement ses moyens. En attendant : évaluer la situation. Les yeux toujours clos, elle sentit ses jambes qui reposaient en hauteur, sur une surface dure et froide. Le reste de son corps devait être au sol. Sur du carrelage. Toujours dans cette cantine sans doute. Seule sa tête était posé les genoux de ce psychopathe. Il devait donc être assis par terre et ça ne devait pas être très confortable pour lui. Ca allait l’aider… Pour finir, elle glissa très lentement sa main à sa poitrine afin de voir si sa blouse était toujours là, solidement nouée. C’était le cas. Une vague de soulagement la submergea, elle se retint de justesse de soupirer. Pas le moment de faire tomber la pression de toute façon.

Le problème, c’était ses jambes. Comme ça, en hauteur. Pas moyen de se lever rapidement. Et impossible de les déplacer sans être repérée. A moins… A moins de ne pas craindre d’être repérée. La voilà la solution ! Un fin sourire se dessina sur ses lèvres. Puis elle mit son plan à exécution. Alors, tranquillement, elle se recroquevilla. Ses jambes, tout d’abord, descendirent de la table pour se replier doucement sur le sol. Son corps entier alors se tourna très légèrement, tout en douceur, vers l’homme. Ses bras se replièrent ensuite contre son ventre et, touche finale, son visage s’enfouit tout contre lui. La demoiselle était à présent roulée en boule. Contre lui. Comme prête à s’endormir. Sauf qu’en vérité, elle était prête à se dégager de ses bras pour sauter à terre et détaler à toutes jambes. Où ? Elle n’avait pas encore trouvé de réponse mais peu importait. Pour l’heure, elle devait songer uniquement à récupérer et se concentrer pour la suite de l’opération. Elle n’aurait pas d’autres chances…
Voir le profil de l'utilisateur
James Lenington [FY-159]
avatar


Votre personnage
Âge: 34 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Aucune

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Ven 15 Aoû 2014 - 14:12


Le corps de la jeune femme se réveilla et s'agita plusieurs fois, ses yeux clignèrent et roulèrent sous ses paupières, ses lèvres frémirent et son torse se gonfla à plusieurs reprise et de façon trop prononcée pour qu'elle n'ai pas repris connaissance. Sans compté le rouge qui fulgura sur ses joues et les moues qu'elle fit, il était improbable que James ne remarque pas son réveil. La question était donc de savoir pourquoi. Pourquoi se cachait elle dans cette apparence de sommeil ? Peu-être trouvait-elle la position confortable... Après tout personne n'avait vraiment bien dormit depuis des lustres. Elle se frotta le ventre. La faim ? La soif ? Encore. Était-elle un monstre pour éprouver encore de l’appétit après le faste du repas et son évanouissement ? L'homme pensa à aller passer commande à la console pour obtenir de l'eau, ou tout du moins voir si c'était possible, puis se ravisa, tant qu'elle restait allongée il pouvait profiter de la vue à souhait. La robe déchirée plus tôt par la console ne mettait que davantage sa silhouette en valeur. Elle remua, puis se précipita sur lui, l’enlaçant avec fermeté. Pauvre petite, tant d'émotions, d'agitation devait l'avoir poussée dans ses derniers retranchements. Elle craquait. Forcément. Petite chose fragile.

Bon maintenant James ne pouvais lutter contre son corps, dans cette position, forcément aussi. Quelle idée de se coller à lui quasiment nue et en apportant avec elle la chaleur de son corps. Alors il lutta, en mirant fixement le plafond. A ce moment là il aurait apprécié avoir quelques souvenirs auxquels se raccrocher. Maudite amnésie. Maudite léthargie post-cryogénie. Maudit corps qui se réveil. James apprit une chose à ce moment là. Il n'aimait pas perdre le contrôle. Puis il tomba dans les pommes. Son champs de vision s'étrécissant, son ouïe ne captant plus qu'une espèce de froufrou variant de l’aiguë au grave. Il eu juste le temps de percevoir un liquide chaud et gluant couler depuis son nez jusqu'à ses lèvres avant de tomber à la renverse.

- Aïe



_________________

L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracle prévoir un délais.
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Wu [LM-308]
avatar


Votre personnage
Âge: 19 ans
Langue maternelle: Vietnamien
Langue(s) apprise(s): Chinois

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Ven 22 Aoû 2014 - 23:36


Ainsi roulée en boule, elle se sentait à la fois vulnérable et tout puissante. En effet, la position elle-même semblait la désavantager et elle fermait les yeux de sorte que l’inconnu pouvait faire ce qu’il souhaitait, cependant… Non seulement, elle avait un plan machiavélique en tête, mais en plus, l’homme était visiblement totalement sous son contrôle. Du moins, c’est ce que son corps lui disait. Lorsqu’elle eut remarqué cela, elle ne sut d’abord trop comment réagir. Elle eut envie de le repousser immédiatement, dégoûtée qu’un type pareil puisse profiter impunément de jeunes femmes pures et innocentes. Mais au fond… Il y avait cette espèce d’orgueil mal placé de savoir qu’elle lui plaisait. Elle pourrait facilement en jouer. Ca restait un atout non négligeable dans la guerre contre ce sociopathe ! Alors que faire… ? Difficile de faire comme si de rien n’était. Elle se sentait de plus en plus mal à l’aise. Supportant de moins en moins son air compatissant, ses gestes qui se voulaient doux. Ce mec était malade ! Il fallait l’enfermer ! Tout simplement ! Soudain, elle ouvrit grand les yeux et de ses bras, elle le repoussa fermement en arrière. Il tomba lourdement en arrière. C’est alors qu’elle vit… Du sang. Dégoulinant jusqu’à ses lèvres, gouttant sur son menton.

Stupéfaction. Instant comme suspendu. Le temps qui se retire et le silence… Complet silence. L’incompréhension. Et puis les doutes… L’aurait-elle tué ? Comme ça ? Une vie envolée en quatre secondes ? Merde, c’est possible ! On meurt pas comme ça ! C’est trop con. Elle ne voulait pas, elle… Merde, merde ! La panique. Totale. Son corps qui se met à nouveau à trembler, à commencer par ses lèvres puis ses mains. Le corps entier. Comme secoué. Elle n’ose pas bouger. A peine respirer. Elle ne parvient plus à parler. Même pas à crier. Juste le silence. Et son cerveau est comme une bombe à retardement. Elle est terrifiée. Non : pétrifiée. Dans un tic nerveux, elle ne peut se retenir de jouer avec un morceau déchiré de sa blouse entre ses doigts. Ca dure. Le cauchemar se poursuit. Quelqu’un va-t-il finir par stopper tout ça ?! Elle craque. S’approche de lui. Prudemment. Elle le fixe un moment. Le sang continue de couler des commissures de ses lèvres. Ca tombe sur sa blouse, sur le carrelage. Une jolie couleur. Mais surtout, sa poitrine se soulève. Régulièrement. Il respire. Il n’est pas mort. La voilà sauvée ! Sauvée de quoi… ? Elle n’y réfléchit pas plus. Trop heureuse, elle pose délicatement ses doigts sur sa gorge. Son pouls est là. Elle le sent. Déferlante de soulagement sur elle. Elle s’assoit à côté de lui et se met enfin à vraiment respirer. Vivant. Il est bien vivant.

Avec un pan de sa blouse, elle essuya du mieux qu’elle peut le sang de son visage. Autant éviter qu’il s’étouffe avec… Pour le coup, ce serait vraiment une mort idiote. Ce n’était pas d’une très grande efficacité. Elle étalait davantage le sang qu’elle ne l’enlevait mais peu importe… Elle continua. Et puis, son regard découvrit enfin les traits de cet homme. Il n’avait pas l’air bien méchant. Au contraire. Plutôt rassurant de nature. Il avait un visage assez carré, des cheveux bruns avec quelques mèches folles, un teint légèrement basané… Elle se demanda de quelle couleur étaient ses yeux. Récupérant ses esprits, elle souleva sa tête d’une main timide et la fit reposer sur ses genoux. Puis, elle posa sa main sur son front tout doucement. Pas de fièvre. Bon. Elle ne savait pas trop quoi faire d’autres… Alors elle lâcha sa blouse qui décidément n’était pas prévu pour nettoyer et de ses doigts tentait de récupérer le sang afin qu’il ne tombe pas dans sa bouche. Elle pensa bien à lui tourner la tête pour que le sang tombe directement au sol mais il lui plaisait de voir les gouttes de sang courir entre ses doigts, sur sa main puis tout le long de son bras. Elle souriait. Oubliant où elle était, qui il était. Oubliant le danger.
Voir le profil de l'utilisateur
James Lenington [FY-159]
avatar


Votre personnage
Âge: 34 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Aucune

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Sam 6 Sep 2014 - 14:00

La conscience de l'homme résonna, des fritures sur la ligne de ses pensés, incapable de résonner et assaillit par une vague de sens se réveillant, il râlât. Doucement, sans juron, mais de cette façon que seuls peuvent accomplir les râleurs invétérés. Les vrais. La crème de la crème de la mauvaise volonté. Sa tête se trouvait sur une surface moelleuse et une de ses oreilles était même en contacte avec une peau douce et chaleureuse qui le ramena enfin à la raison. Dommage que la jeune femme soit encore imprégnée de l'odeur post-cryo, c'était la seule tache au tableau idyllique qu'il peignait derrière ses paupières closes.
Il attrapa doucement la main posée sur son front et encore engourdit par son état réussit à peine à la déplacer vers sa joue. Un gout omniprésent de sang mêlé à sa salive le poussait à se relever, s'il restait plus longtemps dans cette position son cerveaux finirait inondé. Il ouvrit les yeux pour découvrir un visage souriant, chose qu'il n'avait pas encore vue ici. Il sourit alors à son tour, gardant un oeil fermé dans une tentative ridicule pour éviter d'être éblouit.

Grimaçant ainsi il se résolut à changer de position et se releva donc en position assise. Face à elle. Sur le sol qui lui glaçait littéralement la fesse droite, il recouvra son aplomb. Ses yeux se firent à la lumière et il la regarda droit dans les yeux, cherchant à communiquer. Elle ne lui avait adressée la parole qu'à une seule occasion et dans un langage incompréhensible mais au moins pouvait-il exclure l’hypothèse qu'elle soit muette. Il entreprit donc à défaut d'autre chose de lui parler avec des gestes. Il pointa du doigt la robe déchirée, puis la sienne et mima le fait d'enfiler une veste, puis un pantalon. Et la regarda d'un air interrogateur tout en essayant vainement de l'exprimer avec des mots.

- Tu n'a vraiment aucune idée d'où on pourrait trouver des vêtements ? VÊ-TE-MENTS... épela t-il malgré tout.
Non ? Rien ne te viens à a l'esprit ?

Il se frotta la barbe tout en cherchant une solution, le regard perdu dans le vide mais toujours dans la direction de sa proie. Il pensa à lui trouver une tenue qui la mettrait en valeur et la gênerait au plus haut point. S'en trop savoir pourquoi, l'attitude de la femme ou bien sa propre vicissitude le poussait à la taquinerie. Voir à l'espièglerie.

_________________

L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracle prévoir un délais.
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Wu [LM-308]
avatar


Votre personnage
Âge: 19 ans
Langue maternelle: Vietnamien
Langue(s) apprise(s): Chinois

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Mer 10 Sep 2014 - 21:12

Hein ? L’homme venait de déplacer sa main sur sa joue. Perdue dans ses pensées pour le moins sanguinolentes, elle n’avait pas fait attention mais… il avait repris conscience. Il ouvrait à présent les yeux. Quoiqu’aveuglé par la lumière blanche de la salle, il la regardait. Sa main s’immobilisa sur son visage. Il grimaçait de façon bien peu convenante. Toutefois, il lui souriait. Et ça… C’était bizarre. Enfin… C’était bizarre parce que… Ca lui faisait chaud au cœur. Alors qu’elle avait un dangereux criminel en face d’elle ! Ca y est, le filet se resserrait autour d’elle. Syndrome de Stockholm. Elle allait devenir sa gentille petite femme, n’existant qu’à travers lui et pour lui. Elle allait cuisiner, s’occuper des enfants, faire le repassage, le ménage… C’est vraiment de l’esclavage ! Des souris se mirent à chanter dans sa tête. Elle avait l’impression de venir barje. Si ce n’était déjà le cas.

Lui, il se releva tranquillement en position assise, tout simplement face à elle. Il la fixait droit dans les yeux. On aurait dit qu’il scannait son âme. Elle se demanda quelles pouvaient être le résultat d’une pareille analyse. Des pourcentages ? De quoi ? Des émotions, de sa personnalité ? Elle rit intérieurement. D’un rire amer. Décidément, tout allait de travers depuis cet affreux réveil. A commencer par cette amnésie. Puis ce psychopathe en mal de chair fraîche… Elle fut tentée de s’enfuir. Là, maintenant. Il venait tout juste de reprendre conscience alors le temps de se lever ajouté à l’effet de surprise… Elle pouvait avoir quelques secondes d’avance. Mais, et ensuite ? Se cacher ? Il devait tout connaître ! Et il avait sans doute des gars planqués partout. Comme si elle était en mesure de pouvoir faire quoi que ce soit tient… De toute façon, elle refusait de détourner le regard du sien. Pour qui la prenait-il ? Elle ne cillerait même pas ! C’est quoi là ? Un défi ? Elle resta les yeux plantés dans les siens, une lueur d’insolence dans le regard.

Ce fut lui qui rompit le face à face. Il se mit à gesticuler, mimer. Tout en utilisant ses sons si éloignés des siens. Il pointa sa blouse puis lui et fit des gestes désordonnés. S’habiller ? … Quoi ? Il voulait qu’elle lui rende sa blouse ? Sous la surprise, elle ouvrit des yeux ronds – ou plutôt ovales (Ok, j’arrête les vannes sur les yeux bridés). Elle eut un hoquet, comme choquée. Il articulait des syllabes à présent... Elle répéta incrédule :

- Vêt men ?

Là-dessus, elle se leva furieusement et se mit à hurler en répétant ces syllabes incompréhensibles à son oreille. Il voulait sa blouse ? Parfait ! Qu’à cela ne tienne, il l’aurait ! D’une main vive, elle arracha sa propre blouse et se jeta sur lui. Elle recouvrit sa tête de sa blouse et l’enserra dedans de toute sa rage. Elle continuait de s’époumoner avec ça.

- VÊT MEN ! VÊT MEN ! VÊT MEN ! VÊT MEN ! VÊT MEN ! VÊT MEN ! VÊT MEN ! VÊT MEN !

La jeune femme serrait, serrait, serrait de toutes ses maigres forces afin de… De quoi ? Qu’espérait-elle au juste ? Tout cela n’était sans doute pas très rationnel.
Voir le profil de l'utilisateur
James Lenington [FY-159]
avatar


Votre personnage
Âge: 34 ans
Langue maternelle: Anglais
Langue(s) apprise(s): Aucune

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Mer 26 Nov 2014 - 21:52

Assaillit comme il l'était, James ne put même entre-apercevoir la jeune femme dévêtue. Quelle honte ! La voilà nue et lui, être inconsolable n'y voyait rien. Ainsi affublé d'une robe sur la tête il s'agita en tout sens envoyant un bras par ci, une main par là. Tel un dément ou bien un fantôme dérangé. Tout devenait limpide, l'autre bridée n'y comprenait rien, bien que mignonne elle semblait folle. La pauvre, certainement que la cryogénie n'eut en rien amélioré sa condition. En arrivant à cette conclusion James se calma. Aussi immobile que si soudain lui était poussé des racines. Lui ainsi planté et elle le serrant de toutes ses forces ils formaient un bien bel équipage.

Équipage... Equipage ! Vaisseau. Espace. Pirate. Leurs situations. Le besoin de communiquer pour en sortir. Bordel ils devaient se presser, cesser d'agir comme des gamins. Trouver vêtements et compagnons. Dans cette ordre il valait mieux. Un plan des lieux, les réponses à leurs questions. Remplit de cette fougue, plein de ces bonnes intentions, exultant de cette détermination, James arracha le tissue qui lui voilait le crâne et faisant fit du câlin de la demoiselle la regarda droit dans les yeux. Une flamme embrasait son regard. Une étincelle de vie le possédait. Il tendit son bras vers elle, tout décidé à l'écarter gentiment afin de pouvoir enfin sortir de ce guêpier. Alors sa main toucha un bout du paradis. Un petit morceau de ce moelleux, de cette chaleur qui vous emporte ailleurs. Il était dans l'espace depuis son réveil et pourtant seulement à cette instant précis il fut propulsé au septième ciel.

Pour la seconde fois le sang coulât de ses narines, envahissant son visage qu'il défigurait à présent d'un sourire... Ravageur. Du fer dans la bouche. Il laissa choir le tissue et s'approcha de la femme, les bras tendue en avant cherchant à lui attraper les épaules pour lui donner un baiser.

- Tu es si belle. Prononça t-il malgré l'épais liquide qui coulait à présent le long de son cou.


_________________

L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracle prévoir un délais.
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Wu [LM-308]
avatar


Votre personnage
Âge: 19 ans
Langue maternelle: Vietnamien
Langue(s) apprise(s): Chinois

MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   Sam 29 Nov 2014 - 17:33

Bleu. Ses yeux étaient bleus. D’un bleu acier. Un regard glacial, dément. Cet homme était complètement fou. Cela ne faisait plus aucun doute. Un sociopathe… C’était certain à présent. Comment avait-elle pu en douter ne serait-ce qu’un instant ? Pourtant jusque-là il ne lui avait fait aucun mal. Il n’avait rien tenté contre elle. Au contraire… il l’avait nourri. …Il l’avait nourri. Fantastique. C’est ses animaux domestiques qu’on nourrit. La voilà au moins fixée. Sa place avait été semble-t-il définie. Non, non ! Il aurait pu la laisser crever de faim ! Ou lui demander quelque chose en retour… Quand il l’avait dégagée, cela avait eu pour effet de la calmer, de façon plutôt inattendue d’ailleurs. Elle commençait à être fatiguée de tout ça. Elle voulait comprendre. Ou retourner se coucher et se réveiller de cet affreux, affreux cauchemar. Au lieu de quoi, des questions tournaient en boucle dans sa tête. Cet homme lui voulait-il du mal ? Aucune conclusion. Elle ne parvenait pas à se faire une idée claire. Ce type était une véritable énigme et…

What the f… ?! Sa putain de main. Là. Est-il sérieux ? Sur son sein, à elle ?! Elle resta bloquée. Comme paralysée. Incapable de réagir. Déconnectée de toute réalité. Cela… Ne… Non-sens. Ou bien… Beaucoup trop de sens. Le voilà qui se levait et s’avançait dangereusement vers elle. Il arborait un large sourire. Ok. Ce mec est un malade. Il se mit à balbutier un dans son propre sang des paroles désaccordées. Ca faisait des petites bulles sanguinolentes. Putain de psychopathe ! Mais allait-il s’arrêter un jour ? Plus de place au doute. Plus de compassion, plus d’excuse. Plus de contrôle…

Sans pouvoir se retenir davantage, la demoiselle lui décocha un coup de pied magistral dans la mâchoire. Evidemment, pied nu, l’effet n’était pas le même mais cela devait quand même être assez douloureux… Même pour un homme bâti comme il l’était. Pas peu fière d’elle, elle se mit à l’insulter dans sa langue natale. Le flot d’invectives se tarit lorsqu’elle réalisa qu’il était plutôt dans son avantage de fuir. Histoire d’avoir un tout petit peu d’avance… Histoire d’avoir une chance… Aussitôt elle fit volte-face et décampa à toutes jambes.

La jeune femme sortit de la salle et traversa le couloir à toute allure. Puis un autre et encore un. Elle courait, courait sans relâche. Elle avait l’impression de s’envoler. Elle ignorait d’où lui venait cette énergie incroyable. L’instinct de survie ? L’envie de vivre ? La terreur ? Fort probable. Elle ne prenait pas garde aux couloirs qui s’enchaînaient. Ignorant où elle était et ne sachant où aller. Elle fuyait. S’enfuyait. Toujours plus loin, toujours plus en avant. Comme si elle avait le diable aux trousses. Etait-ce si loin de la vérité ? Finalement, elle freina devant un escalier. Il descendait. Dans une pénombre bleutée. Non, c’était pas très rassurant. Carrément inquiétant en fait. Pas question de l’emprunter. Mais alors, vite, où aller ? Il allait la rattraper. Il allait la rattraper et… Et elle préférait ne pas imaginer son sort. Ce qu’il ferait d’elle. Réfléchir, vite ! Elle pénétra dans la pièce la plus proche et, à force de tâtons, finit par trouver le bouton pour refermer la porte. Soulagement. Dans tout son corps. La porte ne pourrait s’ouvrir que de l’intérieur, n’est-ce pas ? Hein ? Hein ? Bon. Elle se retourna vers la salle, son regard en quête d’un meuble à place devant. Au cas où…
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé []



MessageSujet: Re: Faim de louve [PV James Lenington]   

 

Faim de louve [PV James Lenington]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

L'Eléonor ::  :: Mémoire externe :: RP